Baionako kortsarioak

XV. mendetik XIX.era, itsasoa gudu zelai izugarri bat da, non erresumak elkarren artean borrokatzen diren. Ingalaterra bezalako herri batzuen nagusitasunaren aurrean, aurkariek beren tropak azkartzen dituzte, ontzi zibil batzuei etsaien bandera daramaten edozein barku erasotzeko, abordatzeko eta sesitzeko baimena emanez. Zibil horiek, ezin direnak pirata arruntekin nahasi baimen ofiziala baitute eta gerra arau zenbaitzuen errespetatzea behartuak baitira, kortsario izendatuak dira, eta mendeak joan ahala, garrantzia gero eta handiagoa hartuko dute itsas guduetan.

Praktika horrek iraunen du 1856 urtea arte, nazioarteko itun batek debekatu arte.

 

Vue de la ville et du port de Bayonne : prise de l'allée Bouflers près la Porte de Mousserole, par Jacques-Philippe Le bas [1764]

1757ko Baionako itsas-kazeta

Mende horietan, euskal itsasturi anitz ezagun bilakatuko da jarduera arriskutsu baina irabazi oneko horri esker. Donibane Lohizune eta Ziburuko herriak hiritu eta aberastuko dira. Baiona ez da atzean egoki eta harro gelditzen da bere kortsarioez. Bilketa sarean dagoen prentsa izenburu zaharrena dedikatua zaie. Journal maritime de Bayonne [Baionako itsas-kazeta] izena du eta zenbaki bakar batek du gure garaia arte iraun: 17.a 1757ko apirilaren 23koa, Baionako mediatekan gordea.

Formatu ttipiko astekari horrek (145x205), herriko kontseiluaren “baimenarekin” argitaratua, Baionako portuari lotutako kortsario ontzien berriak zabaltzen zituen. 1757ko apirilaren 16tik 23ra, hona zer gertatu zen:

 

  • Le Conflant izeneko ontzia hondatu da, ez gerra eremu batean, baina Donostiako arradan egindako maniobra akats baten ondorioz. Beharrik, “jende gutxi zendu da hondatze horretan”;
  • La Représaille izeneko ontzia portura itzuli da eta desarmatua izanen da;
  • Le Conflant izeneko ontziaren gerlako harrapakinak (azukre kargak), Coruña eta Viveiroko bidean dira;
  • L’intrépide izeneko ontziak irrisaz osatutako harrapakin berri bat egin du;
  • Le comte de Gramont izeneko ontzia Arroxelan dago, konpontze lanetan, aro txarra jasanik eta etsaiaren zepo batetik ihes eginik: “portutik irten eta biharamunean, gurutzatu zuen 20 kanoiko fragata bat eta haren kontra talka ttipi bat izan. Eguna agertzean, ohartu zen fragata horrek urrunago zeuden 4 ontzi lodiren artera erakartzen saiatzen zela, eta haren abandonatzea erabaki zuen.”

Azkenik, herriko auzapez eta kontseilariek finkatutako arauak oroitarazten dira, portura iristen diren ontzietako erien kudeaketan: “eraman beharko dira ibaian behera antolatutako etxola batera, eskainia izanen zaien laguntza, lurraren onezia eta airearen garbitasunari esker, laster senda daitezen”. Baita era kapitainei eskainitako aholkuak eritasuna saihesteko: “kortsarioen kapitainei aholku beroa ematen diegu garbitasun anitz balia dezaten beren ontzietan, maiz garbi eta lurrindu araz ditzaten, eskifaiako jendeei janari onak hornitzeko arreta izan dezaten, horiek garbian atxikiz, marmutxak ez daitezen sar, eta aire librean ibil araztea bihotz edo sabel minak irabazi dituztenak.”

Dokumentu numerikoa

Numerizatutako dokumentua Bilketan aurki dezakezu:  http://gordailu.bilketa.eus/notice.php?q=id:57561

Transklripzioa

N°17
JOURNAL MARITIME DE BAYONNE
Du 23 avril 1757,

Le 16, à sept heures du matin, la frégate le Conflant eut le malheur de se perdre dans la rade de Saint-Sébastien. Les pilotes Espagnols qui étoient à bord, causèrent cet accident par une manœuvre trop précipitée. On ne sauvera que très peu de chose des agrès de ce vaisseau, dont la marche supérieure rend la perte plus sensible. Peu de personnes ont péri dans ce naufrage. Le sieur Balanqué qui le commandoit, attendit sans se presser le secours qu’on lui envoya, et profita de la chaloupe du corsaire  la Représaille pour y embarquer les deux otages dont on a parlé dans la dernière feuille, qu’il a conduits depuis dans cette ville.

Le 19, la Représaille, rentra dans ce port, et y débarqua ses prisonniers. Dans une assemblée des intéressés dans ce corsaire, il a été décidé  qu’il seroit désarmé, n’ayant plus que dix-huit jours pour finir la campagne de 90 jours de mer.

Le 22, on a été informé par un exprès de l’arrivée à la Corogne de la prise chargée de sucre, expédiée le 28 mars par le corsaire le Conflant, et il y a lieu d’espérer que les deux derniers sont arrivées à Vivero.

Le corsaire l’Intrépide étoit aussi de relâche à la Corogne. Il a fait une nouvelle prise chargée de ris, etc. dont on n’a pas eu de nouvelles.

La frégate le comte de Gramont est de relâche à Rochefort pour réparer quelque dommage survenu dans la mâture peu de jours après son départ, par trois jours de très-mauvais temps qu’il a essuyé. Le capitaine Garralon se trouvant à peu de distance de ce port, a préféré d’y relâcher dans les premiers jours pour prendre les rechanges nécessaires, au cas que les mâts de hune qu’il étoit obligé de substituer à ceux qui lui ont manqué, vinssent à avoir quelque nouvel échec. Il  avoit rencontré le lendemain de sa sortie de ce port, dans la nuit, une frégate de 20 canons contre laquelle il eut un petit choc. Le jour étant venu, il s’aperçut que cette frégate cherchoit à l’attirer au milieu de 4 gros vaisseaux plus éloignés, et ile se détermina à l’abandonner. Tous les officiers vantent les bonnes qualités de ce navire ; et par la lettre du capitaine, on a tout lieu de croire qu’il est actuellement sorti de Rochefort pour reprendre sa croisière.


Sur le rapport fait aux Maires et Echevins de cette ville, qu’il y avoit dans le corsaire  le Conflant de ce port, des maladies occasionnées par les effets de la mer qu’éprouvent ordinairement les gens peu accoûtumés à naviguer ; ils ont ordonné que tous les malades seroient transportés dans une barraque préparée au bas de la rivière, pour qu’au moyen des secours qui leur seroient fournis, de la bonté du terrain et de la pureté de l’air, ils soient promptement rétablis. On exhorte les capitaines des corsaires à user de beaucoup de propreté dans leurs vaisseaux, à les faire souvent nétoyer et parfumer, à avoir l’attention de fournir de bons alimens au gens de leurs équipages, à les faire tenir proprement, afin que la vermine ne les gagne pas, et à faire promener au grand air ceux qui seront attaqués de maux de cœurs ou d’estomac. On leur recommande de plus de mettre et laisser à terre sous les hommes qui seront malades au momens de leur départ pour aller en course. Ils sont aussi prévenus qu’on visitera désormais au bas de la rivière tous les corsaires qui reviendront de leur croisière, et que les dépenses des malades seront à la charge et aux frais des armemens.

A BAYONNE,

De l’imprimerie de JEAN FAUVET, près les Cinq-Cantons,

Avec Permission

Bibliografia

Bilaketa

Dokumentu bat bilatu

Artikulu bat bilatu

Gure hautaketa