Elezahar, ipuin eta legendak

1909ko Zenbait ichtorio chahar artho churitzetako liburutik hartutako ipuina.

Autore anonimoa.

Artikulu osoa ikusi

  • Voir le texte en français

    Bi zaldiak.

    Zaldi tchar bat erosi zuen behin Paueko ondoan herrichka batean zagoen etchetiar batek. Etchetiar ahula; diru guti moltsan, diru gutitan kabala tcharra.

    Hazien eraiteko sasoina baitzen, lanean ararazi zuen kontino lehertua goizetik arrats, erdi goserik atchikiz. Lanak egin eta, ez baitzuen gehiago beharrik, egin zuen hobe zuela saltzea. Larumbat goiz batez bere zaldia garbiturik, ontsa kharrakatuz khardaturik, espartzuz egin soka bat lephoan, eremaiten du auzo herriko merkhaturat, bridarik ez zelarik gabe. Atchik erretcha zen, gaicho alimalea, etzuen furfuria handirik. Doidoia zabilan eta chutik. Bizkar hezurra chorrotch, sahets hezur guziak ageri, biloa latz, burua aphal diliridan, zango besoak malin, ikhusgarria zen haren planta.

    Bide erditsutan baitzen fraide komentu bat, hain chuchen athe aitzinean zagoen fraide batekin solaskatzen da aphur bat. Galdegiten dio fraideak bere zaldia saltzeko duenetz ; berek ere baluketela bat etchetik khentzeko; nahi duenetz truk egin. Baietz ba, dio etchetiarrak.

    Badohazi zalditegirat; erakusten diote zaldi bat kankaila, bizkar gibelez gora, aitzinez aphal, lephoaluze, eihartua, orratza bezain mehe.

    Hura ikhusi eta, karkailaz irriz hasten da gure gizona. Fraideak aldiz, ez duela ongi egiten hola irri egitea; egia dela ba ez dela zaldia arras bringoan, anhitz akhitua baita ; bainan zembait egun phausurekin betze molderik hartuko duela; berrehun liberaz goiti saltzen dela egun oroz frango haren erdia balio ez dutenik.

    « Larrutu eta larruaren saltzeko da on bakharrik zure kabala, dio etchetiarrak, eta ez bertze deusetako. Estakuru gabeko kabala bat nahi baduzu ikhusi, beha zoza aldiz ene zaldiari; badu hunek itchura; iraulden, arhen, karroan, zelan, orotan bardin trebe da, eta choria bezain arin eta zalhu ».

    Bertzea mesprezatuz horren bertze espantu gabe bereaz, hobe dutela, dio fraideak, phoroatzea zoin den azkarrena ; buztanez estekatuko dituztela elgarri ikhusteko zoin den nausituko. « Zerragiaren erdian ezarriko ditugu. Zureak eremaiten balin badu gurea komentutik kampora, biak zure izanen dire; gureak balin baderama zurea zalditegirat, han utziko duzu ».

    Bi buztanak lotzen dituzte elgarri, eta bedera zaharo harturik hasten dira bakhotcha bereari yoka eta tiraka sokatik.

    Bat bertzearen bethe, indarka ariz ez zuten urhatsik irabazten nehorat; koropiloa tinkatzen bakharrik. Fraidea bethi tiraka izerdi trenpan zen. Etchetiarra ohartzen da bere zaldia indarrez bertzea baino ahulago duela, eta huna zer amesten duen, ihiziak. Bertze zaldiak oldarka bere indar guziak higa ditzan, amor egin arazten dio bereari emeki emeki; hura hatshantua gelditzen da hamar bat ichtape irabazi orduko, zainak oro galduak.

    « Alo, alo, guazen, alo, i, i, i, » lotzen zaio bere zaldiari oihuka. Hunek betbetan bere indar pochia bildurik, lurrari zango besoz bermaka, baderama bertzea herrestan. Zerragiako athe ezkinan harat bazeraman. Gure fraidea burutik yuana, yo, oihu, ala tira, oro alferretan; zaldiak osoki amor egina. Hesi mozteko puda bat hartzen du laster eta krak phikatzen buztana etchetiararen zaldiari. Bakhotcha bere alde badohazi zaldiak kalupan; fraideak komentuko athea zerratzen du ongi, utzirik gizona atheari zampaka yoka, oihuka eta yuramentu sakreka. Yaun aphezpikuari eta yuyeri galdegin zuen yustizia, bainan iri eta trufaturik despeitu zuten guziek, ez dela gisa hortako pariorik egiten, eta egiten denean ere ez dela legea berme yartzen.

  • Euskarazko testua ikusi

    Les deux chevaux.

    Un métayer d’un petit village des alentours de Pau acheta un jour un mauvais cheval. Un pauvre métayer ; peu de sou dans la bourse, un mauvais animal contre peu de sous.

    Puisque c’était la saison des semences, il avait mis, plutôt content, son cheval au travail, du matin au soir, en le gardant à moitié affamé. Une fois les travaux terminé, vu qu’il n’en avait plus besoin, il se dit qu’il ferait mieux de le vendre. Un samedi matin, son cheval bien nettoyé et bien brossé au chardon, une corde de sparte au cou, il l’emmène au marché du village voisin, sans bride ni selle. Il était facile à mener, le pauvre animal, il n’avait pas beaucoup d’énergie. Il allait déjà tout juste debout. La colonne vertébrale épineuse, toutes les côtes apparentes, le poil rugueux, la tête se balançant basse, les membres malins, son aspect était impressionnant.
    Comme il y avait un couvent de frères au milieu du trajet, il s’arrêta juste là, pour discuter un peu avec un frère qui était devant la porte. Le frère lui demande s’il vend son cheval ; qu’eux aussi, ils en auraient un à enlever de la maison ; s’il veut faire l’échange. Bien sûr, oui, lui répond le métayer.

    Ils vont à l’écurie ; il lui montre un cheval dégingandé, de dos haut, d’avant bas, au long cou, écrasé, aussi fin qu’une aiguille.

    Voyant cela, notre homme éclate de rire. Le frère, par contre, qu’il ne fait pas bien de rire comme cela ; que c’est vrai, oui, que ce n’est pas un cheval très en forme, parce qu’il est très fatigué ; mais qu’après quelques jours de repos il prendra une autre tournure ; que chaque jour il s’en vend à plus de deux cents livres des chevaux qui n’ont pas la moitié de sa valeur.

    « Ton animal n’est bon que pour l’équarrissage et la vente de sa peau, dit le métayer, et pour rien d’autre. Si tu veux voir un animal sans défaut, regarde donc mon cheval. Il a lui de l’allure, pour labourer, semer, tirer la carriole ou à la selle, il est aussi adroit partout, et aussi léger et rapide que l’oiseau ».

    Plutôt que de mépriser autant l’autre et de se vanter du sien, dit le frère, il vaut mieux prouver qui est le plus fort ; qu’ils vont les attacher par la queue pour voir lequel s’imposera à l’autre. « Nous les mettrons au milieu de l’enclos ; Si le tient emporte le notre hors du couvent, les deux seront à toi ; si le notre emporte le tien à l’écurie, tu le laisseras là-bas ».

    Ils attachent les deux queues ensemble, et prenant chacun une verge, ils commencent à frapper et tirer par la corde chacun le sien.

    L’un équivalent l’autre, en forçant ils ne gagnaient pas un pas d’un côté ou de l’autre ; ils ne parvenaient qu’à resserrer le nœud. Le frère, toujours tirant, était trempe de sueur. Le métayer se rend compte que son cheval et plus faible que l’autre, et voici ce qu’il invente, l’animal. Pour que l’autre cheval épuise toutes ses forces, il fait renoncer peu à peu son cheval ; l’autre reste tout essoufflé après avoir gagné une dizaine de pas, complètement hors d’état.

    « Allez, allez, allons-y, allez, i, i, i » il s’accroche à son cheval en hurlant ; Celui-ci, rassemblant son peu de force en une seule fois, s’appuyant au sol de ses membres, emporte l’autre à la traine. Il l’emporte vers la porte du cloître. Notre frère, à moitié fou, frappe, crie, tire, mais pour rien ; le cheval a complètement abandonné. Il prend rapidement une serpe à couper les broussailles et crac, coupe la queue du cheval du métayer. Les chevaux se précipitent au galop, chacun de son côté ; le frère ferme soigneusement la porte du couvent, laissant l’homme tambourinant à la porte, criant et jurant au sacré. Il demanda justice à l’évêque et au juge, mais s’est avec rire et moquerie qu’ils l’expédièrent tous, qu’on ne fait pas de pari de ce type, et que même quand on le fait, la loi ne les protège pas.

Bilaketa

Dokumentu bat bilatu

Artikulu bat bilatu