Elezahar, ipuin eta legendak

1909ko Zenbait ichtorio chahar artho churitzetako liburutik hartutako ipuina.

Autore anonimoa.

Artikulu osoa ikusi

  • Voir le texte en français

    Zikhoitza eta bekhaitza.

    Huna ichtoriochka bat berrikitan aditua adichkide bati; arras egiatzat eta segur gerthatuzat khondatzen zuen. Aho bero aire puchka bat baitu ene adichkideak, ez nezake zin egin egia dela. Bethi, dena den, nik entzun bezala sakatzen dautzuet. Ehun urthez goiti ba omen du gerthatua dela.

    Elgarren auzo bizi ziren bi gizon franko higuinak, bat zikhoitza eta bertzea bekhaiztia.

    Lehenak bazuen dirua nasai, eta halere harramaskatua ari bethi biltzen. Zuzenetik ala makhurretik, etzuen acholarik bardin nunbaitik biltzen ahal bazuen: Lukularia zen, intres doblian dirua prestatuz. Tratuan ari baitzen, ehun yukutria bazuen yenden zakuan emaiteko. Diru falsuz zuzen zitzaion bardin zorren pagatzea. Diru nahiak itsutua bezala zaukan. Abil behar zen eta goizik yeikia hari zerbait edekiko zuena. Bere azpiko eta etchetiarrentzat hala nola pobrentzat idorra zen. Holakoak badakizue adichkide guti duela bazterretan.

    Bertzea etzen hanbat hobea ; bekhaiztia zen, bethi bertzeren ongiaz yelos, nehor nehon ezin sofri. Bertzeak bere aferetan ontsa heltzen ikhusteak, eihartua zaukan yelosiaz. Auzoeri zerbait nahigabe gerthatzen zitzaiotenean, etzauken atseginez.
    Batak ez bertzeak adichkiderik ez eta elgarrekin zabiltzan ardura. Udako bero batez, bazoazilarik merkhaturat, kausitu zuten bidean Yon Doni Martine. Sainduak ezagutu zuen behako gutiz zer gizon ziren. Alabainan, itchurak emaiten du ardura barnearen berri.

    Behin heiekin egin zuen bide bere burua ezagutarazi gabe. Bide khurutze batetarat heltzearekin, heietarik berechterat egin zuen, eta gelditurik ichtant bat bere izena erran.

    « Ni kausiturik, nahi dautzuet orhoitzapen on zerbait utzi. Nahi duen fagorea galdegin dezadala zuetarik batek, berehala emanen diot; kondizionetan hargatik deus galdegiten ez duenak bertzeaz doblea ukhanen duela. »
    Zikhoitza zerbait handiren ukhaiteaz loriatua zitaken ; ba bainan, ichilik egonez doblea ukhanen eta orduan ez aski zozo deus galdegiteko.

    « Galdegiozu bada, dio erraiten lagunari, segur zarenaz geroz ardietsiko duzula. Hitz bat aski duzu sekulakotz aberats izaiteko. » Hilen zen bada hau, chagrinez bertzeak hartaz doblea ukhan zuelako yelosiarekin ; etzuen hirriskurik harek deus galdegitea.

    Han zauden bulta hartan elgarri beira, biak thematuz. Zikhoitzak azkenean aberasteko errabiarekin, mehatchatzen du bertzea zampaldi bat emanen dioela ez balin badu bere galdea egiten.

    « Ah ! hori duka, dio bekhaiztiak ; eginen diat ba galdea, bainan dolutuko ere hiri. »

    Eta orduan galdegilen dio Sainduari bera okher bilhakatzea, bertzea doblea ukhanez itsu bilhakatzea gatik.

    Huna beraz Sainduaren fagoretik beren faltaz zer irabazi zuten ; bere azken egunak iragaitea lurrean, bat okher bertzea itsu.

    Bi bizio ontsa higuin zikhoizgoa eta bekhaizgoa!

  • Euskarazko testua ikusi

    L’avare et l’envieux.

    Voici une petite histoire qu’un ami m’a récemment raconté un ami ; Il le raconte comme étant absolument vrai et s’étant réellement déroulé. Comme mon ami a un air un peu vantard, je ne pourrai jurer que c’est la vérité. Toutefois, je vous la raconte comme je l’ai entendu. Elle se serait déroulée il y a plus de cent ans.

    Deux hommes odieux vivaient en voisin. L’un était avare et l’autre envieux.

    Le premier avait beaucoup d’argent, et pourtant il continuait à gratter pour en amasser. De bon droit ou du mauvais, peu lui importait tant qu’il pouvait en ramasser : il était usurier, prêtant de l’argent au double d’intérêt. En affaire, il avait cent mauvais tours pour arnaquer les gens. Il lui était égal de rembourser ses dettes avec des fausses pièces. L’envie d’argent l’aveuglait. Celui qui voulait lui prendre quelque chose devait être habile et se lever tôt. Il était sec pour ses serviteurs et métayer ainsi que pour les pauvres. Vous savez bien que ce genre d’individu a peu d’amis près de lui.

    L’autre n’était guère mieux ; il était envieux, toujours jaloux du bien des autres, ne pouvant supporter personne nulle part. Quand les autres réussissaient en affaire, il explosé de jalousie. Quand quelque chose arrivait à ses voisins, cela ne lui faisait pas plaisir.

    Ni l’un ni l’autre n’avait d’ami, et ils se retrouvaient souvent ensemble. Lors d’une chaude journée d’été, alors qu’ils allaient au marché, ils croisèrent sur la route Saint Martin. Le saint reconnu en quelque regard quel genre d’homme ils étaient. Car souvent, l’aspect montre un peu ce que l’on est à l’intérieur.

    Il fit un peu de route avec eux sans se faire connaitre. Arrivant à un croisement, avant de se séparer d’eux, il s’arrêta un instant et fit connaitre son nom.

    « M’ayant rencontré, je voudrais vous laisser un bon souvenir. Que l’un d’entre vous me demande la faveur qu’il souhaite, je lui accorderais immédiatement ; la condition étant que celui qui n’a rien demandé pour lui recevra le double. »
    L’avare pouvait se réjouir d’obtenir quelque chose de grand ; cependant en se taisant il aurait le double et il n’était donc pas assez bête pour demander quelque chose.

    « Demande-lui donc, dit-il à son compère, comme tu es sûr de l’obtenir. Tu n’as besoin que d’un seul mot pour devenir immensément riche. » Cependant celui-ci mourrait de chagrin, jaloux que l’autre obtienne le double ; il n’y avait donc pas de risque qu’il demande quoi que ce soit.

    Ils étaient ainsi depuis un moment se toisant l’un l’autre, fermes sur leur position. L’avare, finalement, rageant de devenir riche, menace l’autre de lui administrer une correction s’il ne fait sa demande.
    « Ah ! c’est comme ça, dit l’envieux, je ferais donc ma demande, mais tu le regretteras. »

    Et alors, il demande au saint de le rendre borgne, sachant que l’autre, en recevant le double deviendra aveugle.

    Voici ce qu’ils gagnèrent des faveurs d’un saint à cause de leur défaut ; ils finirent leurs jours l’un borgne et l’autre aveugle.

    L’avarice et l’envie sont deux vices répugnant !

Bilaketa

Dokumentu bat bilatu

Artikulu bat bilatu