Kantuak

Ikus lotutako artikulua : http://www.bilketa.eus/eu/bildumak/gure-hautaketa/1619-augustin-etcheverry-sarako-zapatagina

  • Voir le texte en français

    Anddere xakhurra

    Adin gaztetik anddere xakhur bat zen
    Etxeko andre on batekin egoten,
    Bere graziez zion plazer egiten,
    Tretu ederrez zuen bethi ohoratzen,
    Haren parerik kausitzea pena zen.

    Andreak aldiz zuelakotz maithatu,
    Eta gogoan zuelakotzat hartu,
    Gauza goxoez nahi zuen bazkatu,
    Etzauntza guriak harentzat pharatu,
    Horretan zuen egin xakhur gastatu.

    Xakhur minunak bazituen pixkotxak,
    Pastiza puxkak, onkeriak, gauz'onak,
    Mundu huntako mainak eta karezak,
    Segur ederrak ziren haren egunak,
    Hola pasatu balituzke azkenak.

    Bainan denbora gutiko zen bonurra,
    Haren ondotik ethorri zen malurra,
    Ama xakhurra zenean hil hobira,
    Triste gelditu zen anddere xakhurra,
    Hezearen ondotik zuen idorra.

    Ama on hura zutenean ehortzi,
    Harren uneak partilan ziren hasi,
    Helas! xakhurra kanpoan zen ezarri.
    Eta ogi beltzetik eman janhari,
    Aitzinekotik ganbio zen ikusi.

    Bigarren ama bat izateko orde,
    Xakhurrak nausi bortitz bat zuen jabe,
    Ordutik zuru gora zuen atherbe,
    Bai eta lurra beretakotzat ohe,
    Gizenetik bilhakatu zen bai mehe.

    Estatu hortan zagonean nigarrez,
    Aditua zen zenbait xakhur lagunez
    Laster jin ziren kosolatu beharrez,
    Eta galdetu eri zenez suertez,
    Malurrak erran ziozkaten auhenez.

    Ikusliarrak hau aditzearekin,
    Mintzatu ziren guziak boz batekin,
    Erranez zinki: ez zutela zer egin;
    Hola bizitzeaz zutela atsegin,
    Hortakotz behar zela usaia egin.

    Anddere xakhur humilak aithormena
    Egin zioten ahalik laburrena,
    Erranez gaitzes zuela aiphamena
    Gauza goxoen, bai eta guriena,
    Hura maluraz bilhakatu zuena.

    Menturaz zenbait populuen artean,
    Kausitzen dire kasu hortan berean.
    Besta guziez, goizetik arratsean,
    Pulunpatzen direnak deboxkerian,
    Oro xiflatu eta penitzentzian.

  • Euskarazko testua ikusi

    Anddere xakhurra (le chien de la dame)

    Depuis tout jeune il était un chien à sa dame
    Restant avec une bonne maitresse de maison
    Il lui faisait le plaisir de ses grâces
    Il l’honorait toujours de jolis gestes,
    Trouver son semblable était difficile.

    Mais parce que la dame l’avait aimé,
    Et qu’elle le gardait dans son esprit,
    Elle voulait le nourrir de bonnes choses,
    Lui préparer de molles litières,
    C’est ainsi qu’elle avait gâté le chien.

    Le chien mignon avait des biscuits,
    Des morceaux de gâteau, des bonbons, de bonnes choses,
    Les manières et les caresses de ce monde,
    Et c’est ainsi qu’il comptait passer ses derniers jours.

    Mais son bonheur ne dura que peu,
    À sa suite était venu le malheur,
    Quand la mère fut emmenée à la tombe,
    Triste était resté le chien de la dame,
    Après la moiteur venait l’aridité.

    Quand ils enterrèrent sa bonne mère,
    Et qu’ils se partagèrent ses biens,
    Hélàs ! Le chien fut mis dehors
    Et fut nourri de pain noir,
    Il senti le changement.

    Au lieu d’avoir une seconde mère,
    Le chien eu un maitre violent,
    Il n’eut pour lors que le ciel comme abri
    Ainsi que le sol en guise de lit
    De gras il était devenu maigre.

    Tandis qu’il pleurait sur son sort
    Il fut entendu de quelques amis chiens
    Qui vinrent le consoler,
    Et après qu’ils lui eurent demandé s’il était malade,
    Il leur raconta ses malheurs en gémissant.

    Les auditeurs entendant cela
    Parlèrent d’une seule voix,
    Disant franchement qu’ils ne pouvaient rien faire
    Qu’ils aimaient vivre ainsi
    Et qu’il devrait s’y habituer.

    À l’humble chien à sa dame ils firent l’aveu
    Le plus brièvement possible,
    Qu’il renonce à l’idée
    Des choses douces, ainsi que des douces,
    Qui l’avaient rendu malheureux.

    Peut-être parmi les gens,
    Ils y en a dans le même cas.
    Qui après toutes les fêtes, du matin au soir,
    Àse vautrer dans la débauche,
    Ont tout dilapidé et font pénitence.

Bilaketa

Dokumentu bat bilatu