Kantuak

Ikus lotutako artikulua: http://www.bilketa.eus/eu/bildumak/gure-hautaketa/1619-augustin-etcheverry-sarako-zapatagina

  • Voir le texte en français

    Deserturra

    Biziaren primaderan harmetara gaitea
    Zorigaitzik dorpheena zitzautan yasaitea.
    Desertatuz uste nuen hobeki izaitea:
    Penxamendu zoroa, hic egin naikan kaltea

    Buru-kolpe ixua, hik egun batzuengatik
    Sekulako zertako nauk galarazi herritik,
    Aita ama haurrid eta adichkiden artetik,
    Gehiago othe naitek ikusiren bizirik.

    Gaizkirik dengutíena egin gabe nihori,
    Gachtagirik handiena naizela dut iduri.
    Zer malhura, gehiago etzautala zilhegi
    Agur baten erraitera nere sor-lekuari!

    Nere baitan gozo onik orai ez da sekulan,
    Bihotzeko har batekin izpiritua alhan,
    Amexetan ere bethi mugarrien ikaran,
    Bethi beldur aintzinegi sangoa sar dezadan.

    Gauaz eta egunaz dut begien aitzinean
    Sor-etzhola nere hura larrain bichkar batean;
    Bichta-bichtan hantche dago ithurri bat aldean,
    Oh! nik nuen zoriona han bizi nintzenean.

    Non zaituztet, mendi urdin, chirripa ithurriak,
    Nere behi, ahuntz eta ardi bizkar guriak;
    Non lehengo nere bide, chingola iduriak,
    Amex histu bat neretzat zaretenak guziak.

    Besta egun herrikoan nere gazte lagunak
    Chirola yoz, badohatzi kantuz plazara denak:
    Gaur pilotan, bihar dantzan hekien atseginak.
    Ni, hetarik urrundua, zer nere bihotz minak!

    Oh ezkila! hi neretzat lehenik yo huena,
    Hik orobat yoko bahu nere azken orena!
    Hire itzalean nian bizirik urosena,
    Aditzean mendi hetan hire hax-beherena.

    Nere ama orai urrun, kausitzen dut niganik;
    Gehiago ez dut hemen aren begitarterik.
    Ni hor, ez adichskide bat nitaz artha duenik;
    Ni hor, nere oinazetan konsolatzen nauenik.

    Hemen yende arrotzetan ni hiltzen naizenean,
    Bihotz minik gabe naute ezarriren lur-pean.
    Nork daut gero, noiz edo noiz, orhoitzapen batean,
    Loretto bat pausaturen nere tomba gainean.

    Bozkarioz bizitzera, ukaturik herria,
    Desterrura bertze behien ez nindake abia.
    Bai ondikotz! kiraxa zait desterruko ogia
    Hemen ezin bertzean dut higaturen bizia!

    Ur-chirripa ez da kaltzen nihoiz bere ohetik,
    Ez eta ere, harroka, sorthua den menditik.
    Hek bezala sor-lekuaz amodio izanik
    Zuhur denak kanta beza bethi bere herritik.

  • Euskarazko testua ikusi

    Deserturra (le déserteur)

    Faire l’armée au printemps de ma vie
    Me semblait le pire des malheur à subir
    Je pensais être mieux en désertant :
    Folle pensée, c’est toi qui m’as fait mal !

    Coup de tête aveugle, toi pour quelques jours
    Pourquoi m’as-tu éloigné du pays pour toujours,
    Du près de mes parents, fratrie et amis,
    Me verront-ils un jour en vie.

    N’ayant fait le moindre mal à quiconque,
    Il  faut que je sois le plus grand malfaiteur.
    Quel malheur, qu’il ne me soit plus autorisé
    De saluer ma terre natale !

    Il n’y a plus jamais de douceur en moi,
    D’esprit vaguant sur une prise du cœur,
    Même en rêve j’ai peur des bornes frontières,
    Toujours peur de rentrer un pied trop en avant.

    Nuit et jour j’ai devant les yeux
    Ma maison natale sur le versant d’un port;
    Bien en vue avec une fontaine sur le côté,
    Oh! Le bonheur que j’avais quand j’y vivais.

    Où vous ai-je, monts bleus, maigres sources,
    Mes vaches, chèvres et brebis au dos tendre ;
    Où mes anciens chemins, tels des rubans,
    Qui n’êtes plus pour moi qu’un rêve éteint.

    Mes jeunes amis des fêtes de village
    Jouant de la flûte, tous vont en chantant sur la place :
    Aujourd’hui à la pelote, demain dansant leur plaisir.
    Moi, loin d’eux, quelle douleur au cœur !

    Oh la cloche ! Toi qui sonnas d’abord pour moi,
    Si tu pouvais être celle qui sonnera ma dernière heure !
    À ton ombre j’avais la vie la plus heureuse,
    En entendant dans la montagne ton son grave.

    Ma mère que maintenant je trouve loin de moi ;
    Je n’ai plus ici son visage.
    Moi ici, sans un seul ami pour prendre soin de moi ;
    Moi ici, pour me consoler dans mes peines.

    Quand je mourrais ici au milieu d’étrangers,
    Ils me mettront sous terre sans peine.
    Qui, dans un souvenir, un jour,
    Posera une fleur sur ma tombe.

    Vivre dans la joie, en ayant renié le pays,
    Je ne repartirais pas déserteur.
    Oui hélas ! le pain du déserteur m’est aigre
    Ne pouvant faire autrement j’use ma vie ici !

    Le filet d’eau ne se perd jamais de son lit,
    Ni la roche de la montagne où elle est née.
    Ayant comme eux l’amour du pays natal
    Que le sage chante toujours de chez lui.

Bilaketa

Dokumentu bat bilatu