Chants

Chants

Le déserteur, Auguste Etcheverry, 1880

Voir l'article : http://www.bilketa.eus/fr/collections/notre-selection/1618-auguste-etcheverry-cordonnier-de-sare

  • Voir le texte en français

    Deserturra

    Biziaren primaderan harmetara gaitea
    Zorigaitzik dorpheena zitzautan yasaitea.
    Desertatuz uste nuen hobeki izaitea:
    Penxamendu zoroa, hic egin naikan kaltea

    Buru-kolpe ixua, hik egun batzuengatik
    Sekulako zertako nauk galarazi herritik,
    Aita ama haurrid eta adichkiden artetik,
    Gehiago othe naitek ikusiren bizirik.

    Gaizkirik dengutíena egin gabe nihori,
    Gachtagirik handiena naizela dut iduri.
    Zer malhura, gehiago etzautala zilhegi
    Agur baten erraitera nere sor-lekuari!

    Nere baitan gozo onik orai ez da sekulan,
    Bihotzeko har batekin izpiritua alhan,
    Amexetan ere bethi mugarrien ikaran,
    Bethi beldur aintzinegi sangoa sar dezadan.

    Gauaz eta egunaz dut begien aitzinean
    Sor-etzhola nere hura larrain bichkar batean;
    Bichta-bichtan hantche dago ithurri bat aldean,
    Oh! nik nuen zoriona han bizi nintzenean.

    Non zaituztet, mendi urdin, chirripa ithurriak,
    Nere behi, ahuntz eta ardi bizkar guriak;
    Non lehengo nere bide, chingola iduriak,
    Amex histu bat neretzat zaretenak guziak.

    Besta egun herrikoan nere gazte lagunak
    Chirola yoz, badohatzi kantuz plazara denak:
    Gaur pilotan, bihar dantzan hekien atseginak.
    Ni, hetarik urrundua, zer nere bihotz minak!

    Oh ezkila! hi neretzat lehenik yo huena,
    Hik orobat yoko bahu nere azken orena!
    Hire itzalean nian bizirik urosena,
    Aditzean mendi hetan hire hax-beherena.

    Nere ama orai urrun, kausitzen dut niganik;
    Gehiago ez dut hemen aren begitarterik.
    Ni hor, ez adichskide bat nitaz artha duenik;
    Ni hor, nere oinazetan konsolatzen nauenik.

    Hemen yende arrotzetan ni hiltzen naizenean,
    Bihotz minik gabe naute ezarriren lur-pean.
    Nork daut gero, noiz edo noiz, orhoitzapen batean,
    Loretto bat pausaturen nere tomba gainean.

    Bozkarioz bizitzera, ukaturik herria,
    Desterrura bertze behien ez nindake abia.
    Bai ondikotz! kiraxa zait desterruko ogia
    Hemen ezin bertzean dut higaturen bizia!

    Ur-chirripa ez da kaltzen nihoiz bere ohetik,
    Ez eta ere, harroka, sorthua den menditik.
    Hek bezala sor-lekuaz amodio izanik
    Zuhur denak kanta beza bethi bere herritik.

  • Euskarazko testua ikusi

    Anddere xakhurra (le chien de la dame)

    Depuis tout jeune il était un chien à sa dame
    Restant avec une bonne maitresse de maison
    Il lui faisait le plaisir de ses grâces
    Il l’honorait toujours de jolis gestes,
    Trouver son semblable était difficile.

    Mais parce que la dame l’avait aimé,
    Et qu’elle le gardait dans son esprit,
    Elle voulait le nourrir de bonnes choses,
    Lui préparer de molles litières,
    C’est ainsi qu’elle avait gâté le chien.

    Le chien mignon avait des biscuits,
    Des morceaux de gâteau, des bonbons, de bonnes choses,
    Les manières et les caresses de ce monde,
    Et c’est ainsi qu’il comptait passer ses derniers jours.

    Mais son bonheur ne dura que peu,
    À sa suite était venu le malheur,
    Quand la mère fut emmenée à la tombe,
    Triste était resté le chien de la dame,
    Après la moiteur venait l’aridité.

    Quand ils enterrèrent sa bonne mère,
    Et qu’ils se partagèrent ses biens,
    Hélàs ! Le chien fut mis dehors
    Et fut nourri de pain noir,
    Il senti le changement.

    Au lieu d’avoir une seconde mère,
    Le chien eu un maitre violent,
    Il n’eut pour lors que le ciel comme abri
    Ainsi que le sol en guise de lit
    De gras il était devenu maigre.

    Tandis qu’il pleurait sur son sort
    Il fut entendu de quelques amis chiens
    Qui vinrent le consoler,
    Et après qu’ils lui eurent demandé s’il était malade,
    Il leur raconta ses malheurs en gémissant.

    Les auditeurs entendant cela
    Parlèrent d’une seule voix,
    Disant franchement qu’ils ne pouvaient rien faire
    Qu’ils aimaient vivre ainsi
    Et qu’il devrait s’y habituer.

    À l’humble chien à sa dame ils firent l’aveu
    Le plus brièvement possible,
    Qu’il renonce à l’idée
    Des choses douces, ainsi que des douces,
    Qui l’avaient rendu malheureux.

    Peut-être parmi les gens,
    Ils y en a dans le même cas.
    Qui après toutes les fêtes, du matin au soir,
    Àse vautrer dans la débauche,
    Ont tout dilapidé et font pénitence.

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article