Chants

Chants

Santibate, jaun-andere

Pierre Duny-Petre classe « Santibate, jaun-andere » parmi les chansons de quête (Xirula-Mirula, 2011). Elle est à rapprocher des aubades déjà connues comme l’aubade de Larrau (Cf l'article dans Bilketa).

  • Voir le texte en français

    Chanson de quête de carnaval. Couplets donnés par mon oncle Marttinttu Larralde de Louhossoa vers 1935.

    Aurkezpena eta galdera

    1
    Santibate Jaun-Andere
    Aurten bezala gero ere
    Santibatek igortzen gitu
    Xingarketa gu ere.

    2
    Jinak gitzu urrundik
    Bidean dembora emanik
    Ihauteria dela entzunik
    Etxe guzietarat ibilik.

    3
    Ez gabiltza ederrez
    Ez eta ere beharrez
    Kostuma xaharren ustez
    Erreprotxien beldurrez.

    4
    Ez dugu nahi urdia
    Ez eta ere erdia
    Usaia gatik kostuma gatik
    Gerren hunen bethia
    Var.: Liberako zatia.

    5
    Ez dugu nahi tripotik
    Bertzian izan ez denik
    Ustez eta trompa gaitezen
    Var. Beldurrez eta trompa gaitezen
    Urde kakaz eginik.

    Etxek’ andereari lausenguak
    6
    Etxean eder gerrena
    Etxek’ andere lerdena
    Jure erhiko erhaztuna
    Hastaz eros niro Baiona.

    7
    Etxean eder gortzeiru
    Dabiltzanian inguru
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Parabisuan aingeru.

    8
    Etxean eder ohako
    Haurra sortzen deneko
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Zaldiz elizarako
    Eta zilar kadiran jarriko.

    8 bis, aldaera
    Etxek’ andere baliosa
    Haur ukaiten duzularik
    Haur ukaite urusa
    Eta zure haurrekilan promenatzeko
    Urrezko karrosa.

    9
    Landan eder ilharra
    Haren pian belharra
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Zer emazte zilharra.

    10
    Etxean eder ferreta
    Haren gainean kaneta
    Etxe huntako etxek’ anderea
    Zer emazte plaxenta.

    Nausiari erdi lausenga erdi mehatxu
    11
    Etxean eder haitzurra
    Nagusi bilo izurra
    Kolpuño bat eman ezaguzu
    Busti dezagun zintzurra.

    12
    Kadiran zaude jarririk
    Koloreak gorririk
    Guri xingarraren emaiterat
    Jeiki bazinte hortik.

    12 bis, aldaera
    Tolos eta Baiona
    Jinkoak dautz’ egun huna
    Guri xingarraren emaiterat
    Jeiki bazinte hunat.

    Eskerren bihurtzea
    13
    Eman duzu nobleki
    Kompañiak ere badaki
    Parabisuan sar zaitela
    Hamabi aingeruekin
    Hamabi aingeruekin
    Eta zure familiarekin.

    Deus ez dutelarik ukaiten
    14
    Goazen goazen hemendik
    Hemen ez duk xingarrik
    Etxe huntako gazitegian
    Saguak umiak hazten tik.

    15
    Etxean eder aihotza
    Etxek’ andere hoin hotza
    (edo hortz motza)
    Suburdinaz hautsiko ahal dun
    Sudur eta kokotza
    Var. Suburdinaz hauts ditzazula
    Sudur eta kokotza

     

  • Euskarazko testua ikusi

    Anddere xakhurra (le chien de la dame)

    Depuis tout jeune il était un chien à sa dame
    Restant avec une bonne maitresse de maison
    Il lui faisait le plaisir de ses grâces
    Il l’honorait toujours de jolis gestes,
    Trouver son semblable était difficile.

    Mais parce que la dame l’avait aimé,
    Et qu’elle le gardait dans son esprit,
    Elle voulait le nourrir de bonnes choses,
    Lui préparer de molles litières,
    C’est ainsi qu’elle avait gâté le chien.

    Le chien mignon avait des biscuits,
    Des morceaux de gâteau, des bonbons, de bonnes choses,
    Les manières et les caresses de ce monde,
    Et c’est ainsi qu’il comptait passer ses derniers jours.

    Mais son bonheur ne dura que peu,
    À sa suite était venu le malheur,
    Quand la mère fut emmenée à la tombe,
    Triste était resté le chien de la dame,
    Après la moiteur venait l’aridité.

    Quand ils enterrèrent sa bonne mère,
    Et qu’ils se partagèrent ses biens,
    Hélàs ! Le chien fut mis dehors
    Et fut nourri de pain noir,
    Il senti le changement.

    Au lieu d’avoir une seconde mère,
    Le chien eu un maitre violent,
    Il n’eut pour lors que le ciel comme abri
    Ainsi que le sol en guise de lit
    De gras il était devenu maigre.

    Tandis qu’il pleurait sur son sort
    Il fut entendu de quelques amis chiens
    Qui vinrent le consoler,
    Et après qu’ils lui eurent demandé s’il était malade,
    Il leur raconta ses malheurs en gémissant.

    Les auditeurs entendant cela
    Parlèrent d’une seule voix,
    Disant franchement qu’ils ne pouvaient rien faire
    Qu’ils aimaient vivre ainsi
    Et qu’il devrait s’y habituer.

    À l’humble chien à sa dame ils firent l’aveu
    Le plus brièvement possible,
    Qu’il renonce à l’idée
    Des choses douces, ainsi que des douces,
    Qui l’avaient rendu malheureux.

    Peut-être parmi les gens,
    Ils y en a dans le même cas.
    Qui après toutes les fêtes, du matin au soir,
    Àse vautrer dans la débauche,
    Ont tout dilapidé et font pénitence.

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article