Claude Laharie. Cairn, 2020. (en français)

Lorsque le Camp de Gurs a été construit en 1939, le Béarn n’en voulait pas. Après la guerre, on s’est acharné à l’oublier. Aujourd’hui, il suscite une certaine mauvaise conscience. Il est vrai qu’il symbolise, dans le sud-ouest de la France, l’exclusion, la persécution et l’antisémitisme. Bref, la dignité humaine bafouée. Cet immense camp, le plus vaste du sud de la France, « accueillit » dans un premier temps les combattants de l’armée républicaine espagnole vaincue par le franquisme. Sous le régime de Vichy, il fut utilisé durant l’été 1940 comme centre de rétention de toutes les catégories d’hommes et de femmes jugées « indésirables ». Il devint ensuite l’une des bases de l’internement puis de la déportation des Juifs de nationalité étrangère.

Agrégé d’histoire, l'historien Claude Laharie a mené ses recherches à Gurs, Pau, Bayonne, Paris, Bonn ou Tel Aviv. Il est l’historien du camp de Gurs. Ses recherches et ses publications, depuis une vingtaine d’années, ont permis de tirer le camp de l’oubli.

Voir Cairn éditions


Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Lettre d'information