Zarrakamalda et Autobusa berriro bera gabe abiatu zen egunekoa

Deux visions du monde

Zarrakamalda / Iñaki Martiarena. Txalaparta, 2016. (en basque)

Autobusa berriro bera gabe abiatu zen egunekoa / BéKa, Marko Armspach. Harriet2016.  (en basque)

Le jour où le bus est reparti sans elle/ BéKa, Marko Armspach. Bamboo 2015.  (en français)

Il y a parfois des lectures qui se percutent. C'est le cas de deux BD récemment sorties en basque: Zarrakamalda d'Iñaki Martiarena “Mattin” et Autobusa berriro bera gabe abiatu zen egunekoa, traduite du français et dont les dessins ont été réalisés par Marko. Elles se percutent par ce qui les rassemble et par ce qui les différencie... Reflets du caractère désenchanté de ce début de 21ème siècle, les deux ont pour personnage central un jeune vivant en ville, célibataire, déconnecté de la nature et cherchant un sens à sa vie. Là se terminent les ressemblances...

Avec Zarrakamalda, on rentre dans le monde sombre d'une ville du Pays basque sud écrasée par la crise. C'est l'hiver et il pleut. “Euskal Herriko tristura, soineko beltzen joskura, txori negartiz bete da...[1] Le héros, Lokatzak (lokatz=boue), est au chômage et accumule les déboires sentimentaux face à une gente féminine perçue comme inaccessible, incompréhensible et castratrice. Le dessin à gros traits en noir et blanc exprime parfaitement l'ambiance lourde et dépressive dans laquelle se débat le héros.

Son arme pour reprendre sa vie en main sera un outil de jardinage, une zarrakamalda, faucille à long manche qui permet de s'attaquer aux ronces. Avec cela, il transformera une friche urbaine en jardin et rompra sa solitude. Jusqu'à ce que la société le rattrape...

L'univers de « Le jour où le bus est reparti sans elle » écrit par le couple de dessinateurs français BéKa est tout à fait différent. Le graphisme précis et arrondi de Marko et la colorisation soignée de Maëla Cosson dessinent un monde lumineux et esthétique, même s'il paraît vide à Clémentine l'héroïne. Celle-ci est l'exemple type de la jeune Parisienne bobo qui sans avoir de raison objective, sait qu'elle passe à côté de sa vie. Éloge du lâcher-prise, le scénario se tisse autour de contes édifiants, de belles rencontres désintéressées, de repas raffinés dans des décors parfaits. Une feel-good[2] BD parfaite, face à l'uppercut déstabilisant et efficace de Zarrakamalda. Deux cultures, deux visions du monde, deux BD qui ne laissent pas indifférent...

Elise Dilet – Centre pédagogique Ikas

Où trouver ces ouvrages ?

Zarrakamalda

Autobusa berriro bera gabe abiatu zen egunekoa

[1]« Tristesse du Pays Basque, vêtu de noir, empli d'oiseaux en larmes. » Extrait du chant “Mendian gora haritza” d'Imanol

[2]Les feel-good movies sont une tendance dans le cinéma actuel : des films qui aident à se sentir bien, qui remontent le moral...

 

Cherch'pas à comprendre ! Ez da konprenitzen ahal gerra !

Begoña Durruty. Denonartean, 2016 (en basque)

Begoña Durruty, connue pour ses illustrations de nombreux livres jeunesse, propose un premier roman graphique singulier. Elle y retrace l’histoire de son père Gregorio. Né en Hegoalde d’un père originaire d’Hasparren, il fait le choix à 16 ans, de prendre la nationalité française. A la fin des années 1950, comme de nombreux hommes de son âge, il s’engage comme soldat pour partir en Algérie. Il revient de ce conflit armé paraplégique et profondément marqué psychologiquement.

L’auteur propose un texte simple et optimiste, véritablement mis en scène par les illustrations réalisées au crayon et à l’aquarelle. Le récit personnel se mêle à la grande Histoire pour évoquer, tout en délicatesse, les heures sombres du XXe siècle.

Emilie Gangnat - Médiathèque de Bayonne

Où trouver cet ouvrage?

 

Txinara bidaia

Béka, Marko. Harriet, 2016 (en basque)

Connu depuis de nombreuses années comme scénariste BD (Justin Hiriart, La marque des sorcières…), Gregorio Muro Harriet s’est lancé dans une nouvelle aventure en créant sa propre maison d’édition, à son nom, afin de publier des BD et romans graphiques pour enfants et adultes, en basque en en espagnol. L’occasion pour lui de rééditer certains de ses titres, mais également de promouvoir le travail d’autres auteurs basques dont Marko.

Txinara bidaia est la traduction de Voyage en Chine, publié aux éditions Bamboo, écrit par le duo Béka et illustré par Marko. Une série de saynètes humoristiques consacrées à la découverte de la Chine par un couple de jeunes trentenaires.

À découvrir également, dans la même collection, Indiara bidaia (Voyage en Inde)

Où trouver cet ouvrage ?

 

Justin Hiriart

Gregorio Harriet Muro, Francisco Fructuoso. Erein, 2016 (en basque)

Justin HiriartAu début des années 80, la bande dessinée basque a connu une de ses heures de gloires grâce aux chasseurs de baleines du capitaine Justin Hiriart. La série d’Harriet et Fructuoso, mêlant histoire, guerres, courage, rencontres et aventures avait connu un succès international et des traductions dans de nombreuses langues.

Publiée au départ en basque dans la revue Ipurbeltz, la série comprend au total cinq volumes, dont seuls les trois premiers avaient été publiés au format album...  La langue basque se retrouvait moins bien traitée que les traductions, les éditions Glénat, par exemple, ayant publié les 5 albums en français. Une lacune corrigée maintenant par la maison d’édition Erein qui a publié en 2015 la version intégrale de la série. Juste à temps pour faire rêver une nouvelle génération d’enfants.

Où trouver cet ouvrage ?