Selon le cycle solaire, le solstice du 21 ou 22 décembre annonce la fin de l’hiver astronomique. Cette nuit est la plus longue de l’année mais dès le lendemain le rallongement des journées s’amorce, annonçant le retour de la lumière. A partir du mois de janvier, au Pays Basque comme un peu partout en Europe, la coutume veut que l’on fête le retour des beaux jours. Ces rituels sont systématiquement associés à la gastronomie.

Entre 1931 et 1937, le journal Eskualduna publiait une rubrique dédiée à la cuisine : Mayi sukalderen Chokoa [Le Coin de Mayi Cuisine]. Mayi y proposait des recettes rustiques, simples, aux quantités approximatives. Voici une sélection de préparations pâtissières à déguster pendant Carnaval

L’Épiphanie et sa galette des rois

Deux semaines après Noël, le 6 janvier précisément, c’est l’Épiphanie. Le rallongement des jours devient alors perceptible. Avant de devenir une fête religieuse, cette journée se révélait déjà importante pour les civilisations de l’Europe antique. Étymologiquement, epiphanês signifie « éclatant ». L’apparition de la lumière faisait l’objet de célébrations dans la Grèce antique donc, mais également à Rome lors de Saturnales. Pour la communauté chrétienne, cette date correspond à la présentation publique de l’enfant Jésus.
Traditionnellement ce jour-là, on mange la galette des rois. Brioche ou gâteau fourré de crème d’amande, cette pâtisserie serait un symbole solaire.

  • Mayi sukalderen Chokoa. Eskualduna, 1931.01.02

    Franchiprana

    Nahas elgarrekin hiru arroltze oso eta hiru culler irin; eman gainera, pinta erdi bat esne bero bethi nahasiz, bi edo hiru culler sucre, eta suaren gainean egosaraz crema hori loditu arte. Koñaka ihitz batez edo banila izpi batez eman gostu ona. Krema hori phastitzen egiteko balia daiteke.

  • Mayi sukalderen Chokoa. Eskualduna, 02.01.1931

    La Frangipane

    Mélanger trois œufs et trois cuillères de farine ; verser dessus un demi-litre de lait chaud tout en mélangeant, deux ou trois cuillères de sucre et faire cuire la crème sur le feu jusqu’à ce qu’elle épaississe. Aromatiser avec une larme de cognac ou un peu de vanille. Cette crème peut s’utiliser pour faire des gâteaux.

Consulter le numéro du 02.01.1931

Les crêpes de la Chandeleur

Le 2 février soit quarante jours après Noël, c’est la Chandeleur. Fête païenne tout d’abord, à partir du Ve siècle les chrétiens célèbrent ce jour-là la Purification de la Vierge. Pour les profanes en revanche, c’est le prosaïque « jour des crêpes ». Cette tradition remonterait aux Lupercales, festivités de la Rome antique. La renaissance de la nature y était célébrée et des petites galettes à base de farine de blé étaient données en offrande aux déesses-dieux dans l’espoir d’obtenir de belles récoltes.

  • Mayi sukalderen Chokoa. Eskualduna, 1936.01.31

    Eta krepak?

    Nahas bi arroltze oso kuller bat oligorekin gatz izpi bat emanik; eman sei kulleren heina irin, phastak lodi aire izan behar du, esnea eman beraz arabera.
    Utz phausatzera bi hiru oren. Zarthainan eginaraz mehe eta pollitik. Sukre erhautsa eman gainetik; bero direno zerbitza.

  • Mayi sukalderen Chokoa. Eskualduna, 31.01.1936

    Et les crêpes?

    Mélanger deux œufs entiers avec une cuillère d’huile et une pincée de sel ; ajouter l’équivalent de six cuillères de farine, la pâte doit être assez épaisse, ajouter du lait en conséquence.
    Laisser reposer deux trois heures. Dans une poêle, les faire fines et jolies. Saupoudrer de sucre ; servir tant que c’est chaud.  

Consulter le numéro du 31.01.1936

Carnaval et merveilles

Selon le calendrier chrétien, la période de Carnaval débute avec l’Epiphanie et se termine avec Mardi-Gras. La date de Mardi-Gras peut varier : elle se situe entre le 3 février et le 9 mars, exactement quarante jours avant Pâques. Le lendemain on célèbre  Mercredi des Cendres qui marque le début d’un jeûne de quarante jours, le Carême. Avant de faire maigre, Mardi-Gras est l’occasion de manger abondamment : les gens se délectent alors de beignets et de merveilles.

  • Mayi sukalderen Chokoa. Eskualduna, 1933.02.24

    Kruchpetak

    Nun nahi egiten dira kruchpetak, bainan ez ahatik bardin onak. Gai berekin eginez hamar aldiz hobeak izaiten ahal dira. Nik segurik bakan jan ditut kruchpeta zinez ongi eginak. Kozinaria, kasu huni.
    Lehenik erosazu hirin fin fina, eta hirin horren gainera ezar ur chorta bat. Busti hirin guzia, pikorkatzerat utzi gabe eta ahurrean ongi tinkatuz orha ahal bezan ontsa.
    Bota gainerat arroltze bate do biga, kullira ttipi bat erroma edo aguardienta eta gatz pochi bat. Nahas oro ongi eta utzi hiru oren pausatzen.
    Gero urin puska bat ezar zartainean – Sarako aldean padera erraiten dute – zartainaren zola guzia nasaiki estaltzeko gisan, urina hurtzen delarik.
    Urina berotu denean, harzazu kullira bat orhe eta ezar zartainean.
    Kruchpetak mehea nahi du izan ez sobera pizu izaitekotz. Hortakotz aski da zartaina giderretik hartzea eta higitzea esker eta eskuin orhe hura bazter guzietara zabaltzeko. Utzi alde bat ongi freitzera bertze aldera itzuli baino lehen.
    Mahainerat ekhartzean, kruchpetak behar dira izan bero beroak eta gostu onarentzat behar da ezarri zukre erhauts birbira bat plataren gainean.
    Zer gauza onak ihauterietako!

  • Mayi sukalderen Chokoa. Eskualduna, 24.02.1933

    Les merveilles

    On fait des merveilles un peu partout, mais elles ne sont pas toutes également bonnes. Avec les mêmes ingrédients, on peut en faire de bien meilleures. J’ai rarement mangé des merveilles vraiment bien préparées. Cuisinier-Cuisinière, attention à ce qui suit.
    Acheter d’abord de la farine bien fine et y  verser une goutte d’eau. Mouiller toute la farine, sans faire de grumeau et bien travailler la pâte en la pressant dans la paume de la main.
    Incorporer un œuf ou deux, une cuillère à café de rhum ou d’eau de vie et une pincée de sel. Bien  mélanger et laisser reposer pendant trois heures.
    Mettre ensuite un morceau de graisse au fond de la poêle – du côté de Sare ils disent padera – de sorte qu’en fondant la graisse recouvre abondamment le fond de la poêle.
    Lorsque la graisse est chaude, prendre une cuillerée de pâte et la déposer dans la poêle.
    La merveille doit être fine pour qu’elle ne soit pas trop lourde. Pour cela il suffit de prendre la poêle par le manche et de la remuer de gauche à droite afin que la pâte s’étire. Bien faire frire un côté avant de retourner.
    Au moment de les servir à table, les merveilles doivent être bien chaudes et pour leur donner bon goût il faut saupoudrer le plat de sucre.
    Quel délice pour Carnaval !  

Consulter le numéro du 24.02.1933

 

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Notre sélection

Lettre d'information