Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Il s’agit d’une photo en noir et blanc acquise par la Médiathèque de Bayonne en 2018, aux dimensions suivantes : 19 x 25,5 cm. Elle est parvenue sans légende, et il manque plusieurs informations qui permettraient d’appréhender précisément l'événement.

S'agit-il d'une Fête-Dieu ?

S’il paraît évident qu’il s’agit d’une fête religieuse (l’église se situe à cinquante mètres de là),  de quelle cérémonie s’agit-il précisément ?
On reconnaît beaucoup de figures de la Fête-Dieu telle qu’elle est pratiquée au Pays basque : les sapeurs du premier plan, les musiciens, les soldats, les porteurs de drapeaux, les makilari, reconnaissables à leurs costumes et à leurs accessoires. Les enfants sont devant, habillés en blanc, avec pour certains des corbeilles contenant des fleurs, plus loin des jeunes filles habillées en noir, avec une longue mantille blanche. Mais s’il s’agit de la Fête-Dieu, comment se fait-il que le curé est habillé en simple soutane, et non pas avec une aube et une chasuble comme pour la messe ? A quel moment de la fête la photographie a-t-elle été prise ? Les paroissiens venus assister à la cérémonie sont à évoquer également : il s’agit surtout d’hommes et de garçons, habillés en noir. A droite, il semble qu’une file de femmes et de jeunes filles commence, que l’on ne voit pas. Tous les villageois ont une apparence semblable, habillés en xamar (1) et avec un béret, sauf quelques hommes en veste et chapeau. Sur la gauche, on voit une carriole tirée par trois chevaux, et à l’intérieur un homme avec deux fillettes, à l’apparence plutôt aisée.

Où cela se passe-t-il ?

La cérémonie a lieu à Eiheralarre (Saint-Michel), à environ cinq kilomètres de Saint-Jean-Pied-de-Port. La photographie a plus d’un siècle, et le village a connu des modifications, mais ce lieu reste identifiable, derrière le fronton. La maison que l’on voit au fond avec la porte en plein cintre existe toujours, à l’état d’abandon, derrière le fronton actuel. La trace de l’ancien mur de frappe a disparu, recouvert par l’enduit (2).

Ci-dessus une vue datant de 2016. © Google Maps

De quand date la photographie ?

Le cliché ne comporte pas de date, et il est difficile d’attribuer une année. L’ethnologue Thierry Truffaut assure qu’il est antérieur à 1914. A la vue des vêtements portés par les hommes (essentiellement des xamar, peu de vestes), il est enclin à le situer bien avant, peut-être autour de 1880. Cependant, les xamar auraient quand même pu être portés longtemps après ; de plus la présence d’un photographe dans un village comme Eiheralarre lui semble étonnante à cette époque.

Le photographe

La photographie a été prise par Jean-Pierre Erguy, photographe installé à Saint-Jean-Pied-de-Port comme portraitiste dès les années 1880, auteur à la fin des années 1890 de photographies de scènes de la vie rurale en Basse-Navarre, d'une grande valeur ethnographique. Son atelier est repris vers 1930 par André Ocaña. Il fut actif des années 1880 au début du XXe siècle(3).

Si vous souhaitez enrichir cet article ou signaler une erreur, une imprécision, nous vous invitons à rentrer en contact avec nous grâce à ce formulaire.


(1) sorte de blouse sombre traditionnelle

(2) catalogue du Musée basque et de l’Histoire de Bayonne

(3) Pays basque 1860-1930. Un monde intemporel ? Photographies anciennes dans les collections du Musée basque et de l'histoire de Bayonne.

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Notre sélection

Lettre d'information