Archives de la parole

En 1911, le linguiste et philologue français Ferdinand Brunot (1860-1938) inaugure au sein de l’université de la Sorbonne le département des Archives de la parole. Ces archives sonores marquent un tournant décisif dans l’histoire des langues et de l’oralité. En effet, pour la première fois en France, des linguistes prennent conscience de la richesse des langues parlées sur le territoire national et de la nécessité d’en garder une trace «vivante», afin de les étudier et les conserver.

Ainsi, avec l’aide d’Émile Pathé (1860-1937), responsable de la branche phonographique de la Société des Machines Parlantes Pathé frères, Ferdinand Brunot entreprend d’enregistrer les voix de nombreux locuteurs français, connus ou anonymes, et de constituer un véritable atlas linguistique phonographique de la France.

Ces enregistrements originaux sont précieusement conservés au département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, et grâce à des campagnes de numérisation, il est aujourd’hui  possible d’écouter ces témoignages venus tout droit du passé.

Ferdinand Brunot avec un pavillon acoustique et un technicien Pathé. Source : Cairn.info

Parmi les 1300 enregistrements sonores que constituent les Archives de la Parole, un disque a attiré notre attention : le récit du voyage d'un jeune originaire d'Ispaster (Biscaye) dans son pays natal, en trois langues.

  • Le 14 juin 1927
    Mr Acordagoicoechea (Juan)
    a improvisé un récit en basque espagnol.
    Il l’a ensuite résumé en espagnol et en français.

  • 1927ko ekainaren 14an
    Acordagoicoechea (Juan) jaunak
    kontakizun bat inprobisatu du Espainiako euskaran.
    Gaztelaniaz eta frantsesez laburbildu du ondotik.

L'orateur : Juan Acordagoicoechea

La voix que nous entendons est celle de Juan Acordagoicoechea. Selon les informations qui figurent sur la fiche descriptive de l'enregistrement, nous savons que l'homme de vingt-deux ans, né à Ispaster, est récemment arrivé à Paris. Le jeune homme raconte ses dernières vacances en Biscaye, d'abord en basque, puis en espagnol et en français. Ces derniers sont des résumés du récit initial, et nous remarquons que le propos a légèrement changé par rapport à la version originale.

Écouter :

Face A : Récit en Basque d'Espagne [improvisation]

Face B : Résumé du même récit en espagnol et en français

  • Enregistré

    Nom  Acordagoicoechea
    Prénom Juan
    Sexe masculin
    Âge 22 ans
    Profession employé
    Lieu de naissance Ispaster (Biskaye)
    Domicile 15 Passage du Ramey IV
    A habité Barcelone, Pays Basque, Paris
    Voyage à
    Service militaire auxiliaire
    Domicile des parents Ispaster (Biskaye)
    Patrie du père Ispaster
    - de la mère Liquitio

    Enregistrement

    Date 14 juin 1927
    Lieu Archives de la Parole
    Nature du sujet Improvisation
    Langue Basque. Espagnol. Français.
    Dialecte Biscaye

    Appareil Pathé
    Diaphragme 8
    Pavillon n°1
    Ingénieur Pernot

  • Grabatua

    Deitura Acordagoicoechea
    Izena Juan
    Sexua maskulinoa
    Adina 22 urte
    Lanbidea langile
    Sorlekua Ispaster (Bizkaia)
    Helbidea 15 Passage du Ramey IV
    Bizileku ohia(k) Bartzelona, Euskal Herria, Paris
    Bidaiak
    Zerbitzu militarra laguntzaile
    Burasoen bizilekua Ispaster (Bizkaia)
    Aitaren sorterria Ispaster
    Amaren - Lekeitio

    Grabaketa

    Eguna 1927ko ekainaren 14a
    Tokia Mintzoaren artxiboak
    Gaia Bat-bateko
    Hizkuntza Euskara. Gaztelera. Frantsesa.
    Euskalkia Bizkaia

    Tresna Pathé
    Diafragma 8
    Pabiloia 1.
    Ingeniaria Pernot

  • Texte

    Le diseur est né à Ispaster. Il y est resté jusqu’à l’âge de 14 ans. Il est ensuite allé en Pays Basque français, à Hasparren (Basses-Pyrénées), au collège (1 ans ½). Puis à Barcelone, où il a étudié l’espagnol qu’il comprenait un peu, mais ne parlait pas (2 ans ½). Retour à Ispaster (4 ou 5 ans). Venu à Paris, où il est employé de banque.

  • Testua

    Hizlaria Ispasterren sortu zen. Han egon zen 14 urte bete arte. Gero Ipar Euskal Herrira joan zen, Hazparnera (Behe-Pirinioak), kolegiora (1 urte ½). Gero, Bartzelonara, non pixka bat ulertzen zuen baina hitz egiten ez zuen gaztelania ikasi zuen (2 urte ½). Ispasterrera itzuli (4 edo 5 urte). Parisera etorria, non bankuko enplegatua den.

Consulter le document sur Gallica : [Archives de la parole]. , Sermon en basque souletin ; Le barde Etchahun et le barde Otchaldé : chant populaire [en] basque souletin ; Urzo churia : chant populaire [en] basque souletin / Hubert Pernot, éd. ; M. l'abbé Jean Larrasquet-Priora, chant 1927.


Lire les autres articles Bilketa à propos des Archives de la parole :

- Deux chants basques enregistrés au début du XXe siècle
- Un sermon et deux chants souletins enregistrés en 1927

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Notre sélection

Lettre d'information