Arnaut Oihenart (1592-1668)(1)

Arnaut Oihenart est né à Mauléon le 7 août 1592 dans une famille bourgeoise. Fils d’avocat (son père était procureur du roi en Soule), petit-fils  et frère d’avocat, il entreprend, sans grande surprise, des études de droits. Diplômé en 1612, nommé avocat en 1618, il met à profit sa formation dans de nombreuses missions publiques. Syndic général du tiers-état de Soule, il s’oppose au clergé et à la noblesse. Député par les Etats de Soule, il affronte le gouverneur Jean de Belsunce en raison du soutien que ce dernier apporte aux protestants.

Grâce à son mariage avec Jeanne d’Erdoy, descendante des vicomtes de Méharin, Oihenart obtient la propriété de trois maisons nobles en Basse-Navarre,  et surtout le droit de siéger aux Etats de Navarre dans le corps de la noblesse. Il y poursuivra son rôle politique, en tant qu’avocat, chargé de la gestion de la maison Gramont de Bidache, jurat de Saint Palais, etc.

Outre ses talents de juriste, il collaboret au glossaire basque-français de Silvain Pouvreau. Il publie également en 1638 du Notitia utriusque Vasconiæ, tum Ibericæ, tum Aquitanicæ : une histoire du Pays basque.

Sur la dernière partie de sa vie, la curiosité d’Oihenart s’étend à des domaines toujours plus nombreux et il recherche et compile toute information disponible sur la géographie, l’histoire, les mœurs, la culture, les coutumes des différentes provinces basques. Les très nombreux documents de sa main conservés dans le fonds Duchesne du département Archives et manuscrits de la BnF en témoignent. Il était en effet en relation avec André Duchesne, géographe et historiographe français du début du XVIIe siècle qui a été reconnu comme le père de l'histoire moderne.

Atsotizac edo refrauac

Ce travail de compilation l’amène à la publication, en 1657 d’un ouvrage en deux parties, intitulé Les proverbes basques recueillis par le Sr d'Oihenart. Plus les poesies basques du mesme auteur.

Agissant en véritable folkloriste, Oihenart a rassemblé 537 proverbes en différents dialectes, provenant d’une bonne partie du Pays basque. L’auteur ayant fait le choix de les classer par ordre alphabétique, la philosophie y côtoie la météorologie, l’humanisme, la misogynie, de vieux dictons typiquement basques et des emprunts plus récents. Chaque proverbe est traduit en français, voire expliqué, dans un chapitre intitulé Interprétation des proverbes basques. Un travail imposant, mais nécessaire selon l’auteur car, comme il s’en explique dans la préface en paraphrasant Aristote « Les Proverbes estoient les restes de l’ancienne Philosophie, ruinée par les guerres & calamitez publiques, & qu’ils s’estoient conservez par le moyen de leur brieveté, & de l’agréable façon qu’ils ont d’exprimer les choses. »

Quelques exemples de proverbes et leur interprétation :

  • Atsotizac edo refraüac

     

  • Interprétation des proverbes basques
    « Ce qui se trouvera en cette interpretation, escrit en lettre Italique, sont des adjoustemens faits au texte basque, pour un plus ample explication diceluy. »

  • 25. Amorazea, gastearentzat lorazea, saharrarentzat da sorazea.
  • 25. ester amoureux, c’est fleurir, à l’égard des ieunes mais c’est devenir fol, à l’égard des vieux.
  • 31. Ardia ahunsari ile eske.
  • 31. La brebis est après la Chevre, en quete de laine.
  • 66. Baigorrin baxera lures, nic haraguei nüeneam urres.
  • 66. A Baygorri la vaisselle est de terre; lors qu’on parloit de m’y marier, elle estoit toute d’or.
  • 79. Beha lehenic, minsa askenic.
  • 79. Escoute le premier, & parle le dernier.
  • 80. Beharra eraguile handi.
  • 80. La nécessité est fort agissante.
  • 107. Campoan urso, Etxean bele.
  • 107. Il est gay comme une colombe hors de la maison, & triste, comme un Corbeau, dans la maison.
  • 111. Desdixatuac estu adiskideric bere molsas berzeric.
  • 111. Le malheureux n’a point d’autres amy que sa bourse.
  • 147. Eroria borrokara
  • 147. Celui qui abattu, demande encore à luicter.
  • 178. Gandeleru hoz, negua boz: Ganderalu bero, negua Pascos guero
  • 178. La Chandeleur froide marque un bon hyver; La Chandeleur chaude menace d’un hyver après Pasques.
  • 213. Has nasac egunco araguias, azoco oguias, eta xasco arnoas, eta Axeterrac bihoas.
  • 213.  Nourris moy de la chair d’auiourd’huy, du pain d’hier, & du vin de l’année passée, & ie diray adieu aux Medecins.
  • 214. Haurrac hasi, nekeac hassi.
  • 214. Au moment que les enfants sont achevez de nourrir, nos peines & soucis commencent à venir.
  • 225. Hegoa iduri da emasten gogoa.
  • 225. L’esprit des femmes est leger, comme le vent de midy.
  • 282. Isana isen gaiza.
  • 282. C’est un mauvais nom que celuy d’avoir esté, & ne l’estre plus.
  • 285. Itsassoac adarric ez.
  • 285. La mer n’a point de branches,  à quoi on se puisse prendre quand on se noye.
  • 297. Lan lasterra, lan alferra.
  • 297. Un travail fait à la haste, est un travail inutile.
  • 308. Maiatz eurite, urte oguite.
  • 308. May pluvieux, l’année abondante en grains.
  • 311. Mandoa nor duc aita ? Bortuco behorric ederrena ama.
  • 311. Mulet qui est ton père ? la plus belle jument qui soit en tous les monts-Pyrenées, est ma mere.
  • 322. Naguia beti lansu.
  • 322. Le paresseux fait tousiours l’occupé.
  • 335. Nic xoriac otseman, hic atzeman.
  • 335. I’ay chassé les oiseaux, & tu les a pris.
  • 337. Non fida, han gal.
  • 337. On se perd souvent par celuy duquel on se fie.
  • 342. Odolac su gabe diraqui.
  • 342. Le sang boüillit sans feu, c’est lors qu’on a du ressentiment de l’injure faite à quelqu’un de son sang ou parenté.
  • 357. Oiloac eta emasteac galtzen’tu sobera ebilteac.
  • 357. Les trop longues promenades, perdent les poules & les femmes.
  • 358. Oilo ebildari, axeriaren ianhari.
  • 358. Poule promeneuse deviant la proye du renard.
  • 366. On-gosseac guicon bat hilic ihes seguin elica-barnera, eta esta gueros hantic atera.
  • 366. L’avarice ayant tué un homme se refugia dans l’Eglise, & elle n’en est pas sortie du depuis.
  • 382. Otsoa artzain.
  • 382. Le loup est le gardien des brebis.
  • 388. Otsoac eta horac ahunsaren araguias bake.
  • 389. Le Loup & le chien s’accordent aux despens de la chevre, qu’ils mangent ensemble.
  • 394. Otso larruric iauns estesala, ensun nahi espaduc otsoa isala.
  • 394. Ne te couvre pas de la peau du loup, si tu ne veux pas estre reputé loup.
  • 412. Sua esta hain barna eguiten non esten kea campora ialguiten.
  • 412. Le feu ne se peut faire en un lieu si creux, que la fumée n’en sorte.
  • 430. Sein da orotaco aberatsena ? bere doias gogobetatzen dea.
  • 430. Lequel est le plus riche de tous ? C’est celuy qui se contente de ce qui luy faut iustement.
  • 446. Tontoac se daqui eguiten ? onsa eguinaren deseguiten.
  • 446. Que sçait faire le lourdaut ? il sçait deffaire ce qui est bien fait.
  • 453. Unsi gaxtoa da, galtzen duena arnoa.
  • 453. C’est une mauvaise vaisselle, que celle qui corrompt le vin.
  • 475. Ustea, esta iaquitea.
  • 475. Opinion n’est pas science.
  • 481. Ximinoac gora iganago-eta uskia agueriago.
  • 481. Le singe tant plus il monte en haut, tant plus il montre son cul.
  • 490. Barnea harro duen Alcateac astaparretan ditu legueac.
  • 490. Le Iuge qui à l’âme tachée, tient les loix entre ses grifes [C'est-à-dire qu’il les renverse & les déchire selon qu’il luy plaist].
  • 504. Esiaquinaren iaquitea, onsa erranaren huts-eristea.
  • 504. La science de l’ignorant, c’est de reprendre les choses bien dites.
  • 524. Hoguei urtetan dues estena, hoguei eta hamarretan estaquiena, eta berrogueietan estüena da iagoiti estatena, esta quiqueena, eta estuqueena.
  • 524. Celuy qui à vingt ans rien n’est, à trente ne sçait, & à quarante n’a, iamais ne sera, ne sçaura, ny n’aura.
  • 535. Sursai oroc adar eihar.
  • 535. Il n’y a arbre qui n’ait quelque branche seiche.

La seconde partie de l’ouvrage est dédiée à ses poèmes, ceux qu’il a écrits dans sa jeunesse comme d’autres plus récents. La langue qu’il emploie, basée sur un basque très ancien mais qu’il parsème d’essais d’orthographes plus modernes et de néologismes reflète les deux aspects qui transparaissent dans ses écrits : un profond respect de la tradition et un esprit curieux, novateur et libertin(2).

 

L’exemplaire de la Médiathèque de Bayonne

La première édition de l’ouvrage, celle de 1657, n’indique ni nom d’éditeur, ni d’imprimeur. Un signe, selon Julien Vinson dans son Essai d’une bibliographie de la langue basque (1891), « que le livre ne fut point mis en vente et qu’il en fut tiré seulement un très petit nombre d’exemplaires qu’Oihenart distribua à ses amis ». Ceci expliquerait la très grande rareté de l’ouvrage.

On n’en connait apparemment que deux exemplaires dans les bibliothèques publiques : un à la BnF, disponible en version numérique sur le site Hedatuz, et un autre à la bibliothèque de Bayonne, que Jules Balasque – auteur et magistrat originaire de Bayonne – aurait trouvé « dans la hotte d’un chiffonnier » et donné à la médiathèque en 1856. Le livre, relié en vélin blanc dur, est légèrement incomplet dans sa partie proverbes, mais dispose de plusieurs pages de plus que l’exemplaire de Paris dans la partie Poésies. Le volume porte des corrections et des ratures dans cette deuxième partie ; elles pourraient être d’Arnaut Oihenart lui-même. Le philologue et médiéviste Francisque Michel a pu comparer les deux exemplaires connus et a collé sur celui de Bayonne des petits papiers où il a rétabli le texte initial, partout où manquait un feuillet ou un coin de page, et là où une main avait rayé (renié ?) certains couplets des poèmes.

Le document en ligne

Retrouvez la version numérisée du document sur Bilketa à l’adresse http://gordailu.bilketa.eus/notice.php?q=id:120133

Bibliographie

Les publications d’Oihenart

-          Déclaration historique de l'injuste usurpation de rétention de la Navarre par les Espagnols, 1625 [Attribué à Oihenart]

-          Navarra iniuste rea, sive de Navarrae regno contra ius fasque occupato expostulatio, 1625 [Attribué à Oihenart]

-          Notitia utriusque Vasconiae, 1656

-          Les proverbes basques recueillis par le Sr d'Oihenart. Plus les poesies basques du mesme auteur, 1657

-          Art poétique, 1665

Quelques publications sur Oihenart :

-          A. d’Oihenart historien : aspects de son profil social, politique et culturel, Manex Goihenetxe, Iker, Euskaltzaindia, 1994

-          Jainkoa eta jainkotiarrak Oihenart-en atsotitzetan, Jean Haritschelhar, Iker, Euskaltzaindia, 1992, pp.195-205

-          Oihenarten amodiozko poesien azterketa konparatiboa, Aurelia Arkotxa, Iker : Oihenarten Laugarren Mendeurrena (1992) - Cuarto Centenario d'Oihenart (1992) - Quatrième Centenaire d'Oihenart (1992), Euskaltzaindia - Académie de la langue basque, 1994, pp.401-450

-          Euskal Herria Oihenarten atsotitz eta errefrauetan, Jean Haritschelhar, Euskera, 1989, pp.549-561

-          Emaztea Oihenartek bildu atsotitzetan, Jean Haritschelhar, Iker, Euskaltzaindia, 1994, pp.273-294

L'encyclopédie Auñamendi propose une courte bibliographie sur Arnaut Oihenart : http://www.euskomedia.org/aunamendi/ee78447/103503

 

(1) Graphie retenue par Euskaltzaindia. La BnF retient Arnauld Oihénart, et la graphie de ce nom a énormément varié, y compris sur ses œuvres imprimées. On trouve les formes Arnauld d'Oihénart, Arnaud d'Oyhénart, Arnaud Oihenart, Arnaud d'Oïhenart, Arnaud d'Oyhenard, Arnaldus Oihenartius, Arnaldus Oihenartus, Arnold Oihénart ou Arnaldo Oihenarto.

(2) Libertin dans le sens historique du terme. Voir l'article de Manex Goihenetxe A. D'Oihenart historien: Aspects de son profil social, politique, culturel (« […] ces érudits libertins s'illustrèrent par le refus du principe d'autorité et de tradition dans le domaine scientifique, par la dénonciation de l'ignorance et de la crédulité, par le développement de l'esprit de critique et d'interrogation […] »). disponible sur le site d'euskaltzaindia.

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Notre sélection

Lettre d'information