Jean Martin Hiribarren (1810-1866)

Jean Martin Hiribarren (1810-1866)

Jean Martin Hiribarren, appelé également Juan Martin Hiribarren ou Martin Hiribarren, né à Ascain le 8 mai 1810, fut, comme beaucoup d’auteurs basques du XIXe siècle, un ecclésiastique. Ordonné prêtre en 1833, il sera nommé vicaire à Urrugne la même année, puis à Bardos l’année suivante. Il restera dans ce village, dont il sera nommé curé en 1839, quasiment jusqu’à la fin de sa vie.

Hiribarren est poète, et reconnu comme tel, notamment après la publication d’Escaldunak en 1853, qui fait dire à l’abbé Goyetche, l’auteur des fables, que « Le Barde(1) a paru. Ses poésies étincelantes d’esprit, brillantes de pureté de langage et d’une beauté continue de rimes les a tellement éclipsées [ses propres fables] qu’un sacristain n’a pas hésité à dire à l’auteur, sur son nez, qu’elles n’étaient que de la rimaille. »(2) Il est aussi un bascophile passionné qui travaille avec les personnalités les plus reconnues de son époque : Augustin Chaho, le capitaine Duvoisin ou l’abbé Goyhetche.

Le dictionnaire d’Hiribarren

Parmi les très nombreux manuscrits qu’il a laissés à sa mort, et dont bon nombre sont actuellement conservés au Musée basque et de l’histoire de Bayonne, entre un essai de grammaire, un recueil de proverbes, des traductions de textes liturgiques, ou un poème en 1 248 vers sur les fêtes de Pampelune, on trouve un monument qui n’a jamais été publié : son dictionnaire.

Le manuscrit original est composé de 70 cahiers format écolier, reliés en deux volumes de 483 et 438 feuillets, reliés demi-peau à coin, 4 nerfs, titre doré. Toutes les entrées du dictionnaire sont en basque, dans un ordre alphabétique très bien respecté, les traductions ou définitions sont en français. Le dialecte majoritaire semble être le labourdin, même si l’auteur incorpore également les néologismes de Larramendi ou de Chaho.

Malgré tous ses efforts et le soutien d’Antoine d’Abbadie, Hiribarren ne parviendra pas à faire imprimer son œuvre. Une grande partie de son travail sera toutefois intégrée dans d’autres dictionnaires, notamment celui de Lhande en 1926.

Le contenu du dictionnaire

Le dictionnaire est très riche, de par la quantité de mots listés, mais également par les choix de l’auteur. Quelques exemples permettent de mieux appréhender son contenu.

Des déclinaisons de mots

« Aakal : respiration, haleine, manque de respiration. Etym. a, ouverture, aspiration, gal, perdre : a-ahal-gal, perdre respiration »

Le premier terme du dictionnaire est « Aakal ». Il est suivi immédiatement de « Aakaldu », « Aalkatze » et « Aakalkor », des termes déclinés du premier. C’est en effet une constante du dictionnaire que l’auteur essaye de lister toutes les déclinaisons possibles, usitées ou potentiellement utilisables, de chaque racine. Si certains choix paraissent exagérés, il en résulte toutefois une richesse et une approche de l’exhaustivité plus qu’intéressante.

Des termes témoins de leur époque

« Airetikako, maladie aérienne, action de nuire aux hommes, aux animaux, aux fruits, par de prétendues opérations magiques ; espèce de magie qu’on emploie pour causer du mal à quelqu’un, par l’intervention des esprits des tenèbres »

La définition d’« Airetikako » laisse penser que l’ombre de la sorcellerie était encore très présente dans la vie quotidienne de nombre de bascophones. Si la plupart des mots présents dans ce dictionnaire sont encore régulièrement utilisés de nos jours, certains ont plus ou moins disparu, soit parce qu’ils ont été remplacés par d’autres, soit parce que la société n’en avait plus besoin.

Quelques noms propres

« Achular : nom d’un auteur basque curé de Sare en 1642. Etym. anchularre, lande propre à élever des agneaux qui viennent d’être sevrés. La maison de l’auteur de Geroko gero se trouve à Urdazubi, au pied d’une montagne toujours couverte de jeunes brebis. Ce nom s’est écrit Axular, par l’ignorance où l’on était de rendre dans l’écriture le son des mots. »

Même s’ils sont rares, quelques noms propres, et notamment celui de l’auteur Axular, sont cités. Hiribarren avait également des idées très précises sur les règles orthographiques devant s’appliquer en basque. Il était contre l’utilisation du ç et l’histoire – sur ce point -  lui a donné raison. Par contre, il ne parviendra à convaincre que peu de monde du bien-fondé de l’abandon du x.

 Les nombres

« Ehunetabat : cent-un »

Dans sa volonté d’exhaustivité, outre les listes de déclinaisons possibles, Hiribarren retranscrit également la liste de presque tous les nombres possibles.

Des termes familiers

« Gabach, habitant des gaves, lâche, sans honneur, malpropre. »

« Gabacho : gave, terme de mépris qui concerne les habitants du pays des gaves, de petits ruisseaux. Etym. gabe -cho, sans silence, gain-cho, petit du haut en bas »

Hiribarren n’hésite pas à inclure dans ses choix des mots relativement familiers, ou à ajouter la connotation familière que peut prendre un terme dans ses différents usages.

Des étymologies surprenantes

« Garona, Garonne, fleuve qui longe Bordeaux. Etym. gale-on, courant rapide, bon coureur. Il n’est pas douteux que ce nom soit basque. Burdigala, nom primitif de Bordeaux ne l’est pas moins : be-urdi-gale, qui laisse couler en bas quantité d’eau »

Pour de nombreux mots, Hiribarren propose une étymologie. Malgré le ton (très) affirmatif, il s’agit pour l’essentiel de simples théories personnelles de l’auteur.

Des conjugaisons

« Hintuzken, hintuzkeien, hintuzketen : il te pouvait, ils te pouvaient »

Hiribarren a listé un nombre important de formes verbales déclinées en fonction des cas de conjugaison. Il liste des formes d’auxiliaires, mais également quelques verbes forts.

Des nombres déclinés

« Hiruhogoietahamalauka : par soixante-quatorze ».

Dans des longues litanies de nombres, on trouve également des nombres déclinés, par exemple « hiruhogoietahamalauka », (par soixante-quatorze), suivi de « hiruhogoietakamalaukatu » (partager par soixante-quatorze), « hiruhogoietahamalauna » (soixante-quatorze à soixante-quatorze) ou « hiruhogoietahamalaunatu » (rendre ou devenir soixante-quatorze à soixante-quatorze). De termes logiques, potentiellement utilisables, mais difficiles à placer dans une conversation courante.

Des commentaires

« khuia : citrouille ; La prononciation de ce mot forme sur les joues la forme de la citrouille ; homme stupide, sot ».

Outre la définition du terme « Khuia » : citrouille, Hiribarren ajoute, comme c’est souvent le cas, un usage familier du terme : homme stupide, sot. Il ajoute également, ce qui est beaucoup plus rare, un commentaire sur la forme des joues de celui qui prononce ce mot : peut-être une piste de réflexion sur l’origine du terme ?

Zuzun

« Zuzun, Zutzun : il était, ils étaient »

« Zuzun », la forme allocutive de « il était » vient conclure le dictionnaire.

Les manuscrits numérisés

Retrouvez la version numérique de ces manuscrits sur Bilketa :

Le Musée basque et de l’histoire de Bayonne possède également un troisième manuscrit, intitulé [Dictionnaire basque de A à H] et disponible dans Bilketa (http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:196100). Il s’agit d’une copie incomplète du dictionnaire.

Bibliographie

  • Eskaldunac, J.-M. Hiribarren, 1853,
  • Les proverbes d'Hiribarren (1 et 2), Gure herria 1928-1929
  • Eskaraz eguia, J.-M. Hiribarren, 1858,
  • [Grammaire basque],  J.-M. Hiribarren, manuscrit non publié : http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:196101
  • [Lexique basque],  J.-M. Hiribarren, manuscrit non publié : http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:196102
  • L'abbé Martin Hiribarren et son dictionnaire basque, Pierre Lhande, 1925, Gure Herria
  • Dictionnaire basque-français et français-basque, dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin : d'après le dictionnaire basque-espagnol-français de l'abbé R. M. de Askué et les dictionnaires manuscrits des abbés M. Harriet, M. Hiribarren et Pierre Foix., Pierre Lhande, 1926, Ed. Beauchesne
  • Juan Martin Hiribarren : 1810-1866, Xipri Arbelbide, 2011, Eusko Jaurlaritza

(1)    Surnom donné à Hiribarren par Augustin Chaho.

(2)    Cité par Pierre Lhande dans l’introduction de son dictionnaire

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Notre sélection

Lettre d'information