Itxasora ! Lauaxeta, 1931

"Soñutzik ontzi-puntan, sakoneko lemazain,
itxaso-barne nua zidor ezezaunen gain.
Ondartzan oro laga! —arriskubak darraigu—,
Lur-barri billatzale ametsa lagun dogu,
Liorreko lokatzok geure malkoz egiñak.
Arnas artzeko, billau
                       amaibako urdiñak.
Euren solas utzakaz gixonak lotzen gabez;
Azkatasun oldiak ilten dira atsekabez.
Aurrera! Iparraldian edur-mendi ixoztubak,
eta ugarte otzetan lamiñen gaztelubak.(…)"

 

 

Lauaxeta (1905-1937), de son vrai nom Estepan Urkiaga Basaraz fait partie, aux côtés de Lizardi, Aitzol ou Orixe du fleuron de la nouvelle vague de poètes basques du début du XXe siècle.

Une poésie engagée, novatrice et portée par l’espoir d’un renouveau politique et économique pour le Pays basque. Un espoir détruit par la défaite contre les franquistes lors de la guerre civile espagnole et notamment le bombardement des villes de Durango et de Gernika.

Pour avoir fait visiter les cendres de Gernika à des journalistes français, Lauxaeta sera fusillé le 25 juin 1937, à l’âge de 32 ans.

Itxasora!   A l’océan !
Soñutzik ontzi-puntan, sakoneko lemazain,
itxaso-barne nua zidor ezezaunen gain.
Ondartzan oro laga! —arriskubak darraigu—,
Lur-barri billatzale ametsa lagun dogu,
Liorreko lokatzok geure malkoz egiñak.
 

Nu à la proue du navire, timonier des hauts-fonds,
Je vogue au plus profond de la mer sur des entiers inconnus.
Laissez tout sur la plage ! – le danger nous poursuit -,
Le rêve de découvrir de nouvelles terres nous guide,
Les boues de la terre ferme sont faites de nos larmes.

Arnas artzeko, billau
                      amaibako urdiñak.
Euren solas utzakaz gixonak lotzen gabez;
Azkatasun oldiak ilten dira atsekabez.
 

Pour respirer, je cherche
          des bleus infinis.
Sans que les hommes ne nous lient de leur propos futiles ;
Laissant cruellement mourir le désir de liberté.

Aurrera! Iparraldian edur-mendi ixoztubak,
eta ugarte otzetan lamiñen gaztelubak.
Eruango zaitubet:
            —eunak arro axian—.
Itxaropena bai dot begi onein ganian.
Bide barrijak nai dauz abendaren kezkeak:
Lar lurrari egon da.
                 Zabaldu osertzeak!
Ekintza gurenentzat landa au dan zabala,
Izki-mota orontzat burdinori garbala
  En avant ! Au nord les montagnes gelées de neige,
Et les palais des sirènes dans les îles froides.
Je vais vous quitter :
           – Les voiles fièrement au vent –
Mes yeux brillent d’espoir.
Les soucis de la race appellent de nouvelles voies :
Elle est restée trop longtemps à terre.
           Elargissez les horizons !
Pour nos exploits l’espace est large,
Un bronze vierge pour toutes sortes de lettres.
Geure itxaso gogorra, abendak maite zaitu!
Zeure altzora gatorz, lurra ba txiker yaku.
Indar irakasle oi,
                            kendu odei ta laño!
  Notre océan si dur, le peuple t’aime !
Nous venons dans tes bras, la terre nous est trop petite.
Maître de l’énergie,
         Enlève les nuages et les brumes !
Balerik eztogu nai gogai barrijak baño.
Argizkorrija dager, urrezko yantzi barriz.
Ementxe gatorkixuz jakintzaren egarriz.
Ametsik ezkenduban legorretan egiten,
uraren barna baña goyak doguz ikusten.
Geure itxaso gogorra!
         Gogayen arraunlari
Agur egiten dautzu itxaro argijari.
Soñak esitzen dozuz, goguak ariago:
Geuregan legez, zeugan, beti kezka bat dago.
Sakon ori nok dazau?
                                  Oso zara zadorra!
Ekaitz orrein orruba koldarren bildurkorra.
Euzkuak soilik dabiltz altzo zabal orretan;
imin dozu oldia euren begi barnetan.
  Nous ne voulons plus de baleine, mais des idées neuves.
L’aube apparaît, vêtue d’habits d’or.
Nous voici ici assoiffés de savoir.
Nous ne faisions pas de rêves sur la terre sèche,
Au profond de l’eau nous voyons les plus hauts.
Notre océan si dur !
          Rameur d’idées
Nous te saluons, lumière d’espérance.
Tu calmes les corps et rends l’esprit plus léger :
Comme en nous, en toi, il y a toujours un remords.
Qui connait cette profondeur ?
          Tu es tellement secret !
Le mugissement de la tempête apeure les lâches.
Seuls les Basques voguent en ton large sein ;
Le désir ancré au fond de leurs yeux.
Gudarijak dagixuz, berunezko bizkarrak,
tente diran erruak, burni diran iztarrak.
—Gixonjale leyentzat jaki ziltzagilliak...—
Itxaso aundi orrek, zabal, zeru-atiak.
Erijotza or dabil, or dabil maitasuna.
Erri gogor onentzat, zeugan etorkixuna.
Odiseu barri gara, lamiñik ezta baña,
Emen sortuba ezta Aprodite liraña.
Geure abenda-antzo pioneer gaste gara.
Altzuan beti dozu irri baten ikara.
  Tu forges en nous des combattants, au dos de plomb,
muscles raides, cuisses de fer.
— Nourriture tentante pour un anthropophage –
Ce vaste océan, large, aux portes du ciel.
La mort y rôde, l’amour y rôde.
Pour ce pays dur, l’avenir est en toi.
Nous sommes une nouvelle odyssée, mais il n’y a pas de sirènes,
La belle Aphrodite n’est pas née ici.
Comme notre race, nous sommes de jeunes pionniers.
Et tu gardes en toi le tremblement d’un sourire.
Baña leoyen legez darresixu galparra.
Euzkoen itxasua!
                            Oldia eta indarra!
Aurrera, aurrerantza!
                        Ontzi-puntan soñutzik.
Axe oron mosubai bijotzak zabaldurik.
Ibillaldi au ezta bixitzan amaituko;
Bein ontziratu danik barriz ezta itzuliko.
Miñak lurrean itxi, begoz itun diranak.
Itxaroz kezkatubak nai dabez geure lanak.
Zerubak argi dagoz, begoz pozez begijak.
Uñen ganian dabiltz geroko abestiak...
Barriro esi daigun ludijaren gerrija,
Ez bitsez, ez indarrez, gogayakaz baño.
Itxaruak berua euzkotarren ontzija,
Goguak nausi diran argitasun goiraño.
  Mais vous secouez votre crinière à la manière du lion.
Océan des Basques !
          Impétueux et vigoureux !
En avant, toujours en avant !
          Nu à la proue du navire,
Le cœur ouvert à tous les baisers du vent.
Ce voyage ne se terminera pas dans cette vie ;
Celui qui a embarqué ne reviendra pas.
Laissez les maux à terre, regardez les inutiles.
Nous voulons que nos travaux soient soucieux d’espérance.
Les cieux sont clairs, regardez ces yeux brillants de joie.
Les chants d’avenir voguent sur les vagues…
Parcourons de nouveau le tour de la terre,
Pas sur l’écume, pas par la force, mais par les idées.
Que l’espoir guide le navire des Basques,
Jusqu’aux hautes lueurs où l’esprit est maître.
Lauxeta, Itxasora!, 1931ko Bide-barrijak bildumatik Ed. Verdes-Atxirika    

 

Couverture de Bide-Barrijak, premier recueil de Lauxaeta (1931, Ed. Verdes-Atxirika)

 

Bibliographie

La tradition de danse en Béarn et Pays basque français, Jean-Michel Guilcher, 1984

"Quiconque s’interroge sur l’origine et l’histoire de nos répertoires régionaux doit garder présent à l’esprit qu’ils n’ont pas toujours été le moyen d’expression des seuls milieux populaires, et particulièrement paysans, qui nous les ont conservés. Les conditions premières et le processus initial de leur genèse ont pu différer à beaucoup d’égards de ceux qu’il nous est possible de connaître par une enquête directe portant sur un passé proche, dérisoirement limité. (…)"

 

 

Jean-Michel Guilcher (1914-2017) était un éthnologue breton spécialiste des danses populaires.

Son ouvrage intitulé la tradition de danse en Béarn et Pays basque français est une référence pour nombre de chercheurs et de créateurs du Pays basque, à la fois pour la richesse des contenus que pour la méthode d’approche de la question, à la fois précise, rigoureuse et respectueuse.

Introduction   Celle que je suis
A la date où nous pouvons la saisir, la danse traditionnelle, en Pays basque comme en Béarn, a un public presque uniquement populaire, majoritairement rural. Les habitants des villages, avec les artisans, les ouvriers et petits employés de quelques gros bourgs, demeurent les derniers détenteurs d’un moyen d’expression qui en d’autres temps fut partagé par la société locale toute entière. Son abandon par les classes dirigeantes, amorcé dès la fin du XVIIIe siècle, paraît n’avoir été total que dans la seconde moitié du XIXe. Iztueta vieillissant en avait noté les premiers signes en Guipuzcoa, mais A. de Quatrefages, en 1854, parlant des provinces basques d’Espagne, pouvait encore écrire : « … aux réunions de chant, aux soirées dansantes des dimanches et des jours de fête, j’ai vu réunis des nobles titrés, des négociants, et jusqu’à des personnes qui, chez nous, seraient à peine au-dessus des artisans. Des marquis, des comtes, figuraient à la même contredanse avec des tailleurs ou marchands quincaillers, et ce rapprochement paraissait tout simple. »
 

Harrapatzen ahal dugun orduan, dantza tradizionalak, Euskal Herrian Biarnon bezala, publiko herrikoi bat dauka, kasik osoki, eta nagusiki baserrialdekoa. Herrixketako biztanleak, hirixka lodi batzuetako artisau, langile eta enplegatu ttipiekin,  garai batez lekuko gizarte osoak partekatzen zuen adierazpen molde baten azken jabeak gelditzen dira. Buruzagi klasearen uzteak, XVIII. mendean ja abiatua, osoa gerta izan liteke XIX. mende erditsutan. Zaharkiturik, Iztuetak horren lehen seinaleak ikusi zituen Gipuzkoan, baina 1854an, A. de Quatrefages-ek, Espainiako euskal probintziak aipatzerakoan, idazten ahal zuen: “… kanta bileretan, igande eta besta egunetako dantza gaualdietan, ikusi ditut bildurik noble tituludunak, merkatariak eta jende batzuk gure herrian, doi-doietarik artisauen gainean liratekeenak. Markesak, kondeak agertzen ziren jostun edo kinkail saltzaile batzuen kontradantza berean, eta hurbilketa honek oso arrunta ematen zuen.”

Trente ans plus tard de Lagrèze faisait une constatation semblable à Saint-Palais (« J’ai vu les Basques et les Basquaises de toutes les classes danser ensemble… »). Observation confirmée, mais nuancée, par le témoignage d’une vieille habitante de la ville, interrogée en 1927 par F. Vogel : « Il n’y avait pas, en effet, que le vulgaire à fréquenter ces réunions dominicales, on y rencontrait aussi des gens du meilleur monde, non point en spectateurs amusés ou intéressés, mais en acteurs et dansant avec des personnes de leur rang social en un coin des Allées, qui leur était spécialement réservé… » De son côté Ph. Tissié rapporte en 1900 ce propos désabusé d’un vieux Basque : « Hélas ! Tout s’en va ! La démarcation des classes s’affirme et s’accentue de jour en jour ! (…) les notables de nos villages ne dansent plus avec le peuple ; jadis ils tenaient à honneur d’ouvrir le bal, aujourd’hui c’est presque un déshonneur pour eux ! c’est une fin de race ! »  

Hogeita hamar urte berantago, Lagrèze-ek ohar bera egiten zuen Donapleun (“Ikusi izan ditut klase guzietako euskal gizon eta emazteak elkarrekin dantzan…”) Baieztatutako behaketa, baina ñabardurekin, herriko biztanle zahar batengandik, 1927an F. Vogel-ek elkarrizketatua: “alabaina ez zen bakarrik arrunkeria igandeko bileretan ibiltzen zena, aurkitzen ziren ere mundu hobereneko jendea, ez baizik ikusle libertitu edo interesatu gisa, baina parte hartzaile gisa eta beren maila sozialeko jendeekin dantzan, Etorbideetako iskina batean, haientzat bereziki atxikia zena…” Bere aldetik Ph. Tissé-k 1900an salatzen zituen euskaldun zahar eta etsitu baten hitzak : “Ondikoz! Dena badoa! Klaseen arteko mugarriztatzea baieztatzen eta azkartzen ari da! (…) Gure herrietako jaunttoek  ez dute gehiago herritarrekin dantzatzen; lehen dantzaldi abiatzeko ohoreari atxikiak ziren, gaur kasik desohore bat liteke! Arraza bukaera bat da!”

Témoignages précieux. Quiconque s’interroge sur l’origine et l’histoire de nos répertoires régionaux doit garder présent à l’esprit qu’ils n’ont pas toujours été le moyen d’expression des seuls milieux populaires, et particulièrement paysans, qui nous les ont conservés. Les conditions premières et le processus initial de leur genèse ont pu différer à beaucoup d’égards de ceux qu’il nous est possible de connaître par une enquête directe portant sur un passé proche, dérisoirement limité. (…)   Lekukotasun baliotsuak. Gure eskualdeetako errepertorioen jatorri eta historiaz bere buru galdekatzen duen edonork gogoan atxiki behar du ez direla beti bakarrik maila herrikoien adierazpen moldeak izan, eta bereziki kontserbatu dizkiguten laborari klaseenak. Jatorrizko baldintzek, eta haien sorkuntzarako lehen prozesuek, iragan hurbil eta irrigarriki mugatuta hunkitzen dituzten inkesta zuzenei esker ikasten ahal genukeenaz  anitz alderditarik bestelakoak izan daitezke (…).
Extrait de La tradition de danse en Béarn et Pays basque français, Jean-Michel Guilcher, éditions de la maison des sciences de l’Homme, 1984    

 

Danseurs et musicien lors du carnaval à Ascain, vers 1915, collection du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

Bibliographie

la ballade d'Inessa, Hasier Etxeberria, 2005

"Inesa  Indazubikoa,  horixe  naiz  ni  izatez.  Gure  etxe  atariko  lizar lodienak  baino  urte  gehiago  ditut  gainean  baina,  hala  ere,  oroimena  eta zentzuak  oro,  goizeroko  lehen  argiarekin  esnarazten  ditut  beti. Mahaspasa  zimelena  bezain  zimurra  nago,  bai.  Nire  gorputz  eta aurpegiko  azalak  itsas  mapa  edo  karta  zaharkitua  dirudi,  mila  eskuk erabili  eta  mila  haizek  astindutako  oihal  mehetua  baizik  ez  da  jada, edozein  unetan  kraskatu  eta  hauts  bihur  litekeela  dirudi.  Baina  argi dauzkat  oraindik  ere  adimena  eta  erne  gorputzaren  ahalmen  guztiak. Berarentzat  nahi  lituzke  ni  baino  arras  gazteago  denak  ere,  zerbait baldin  badut  eskertzekoa  beste  ezer  baino  gehiago,  horixe  baita:  osasun ona. (…)"

 

Argazkia: argia.eus CC-by-sa

Hasier Etxeberria, né le 6 avril 1957 à Elgoibar, est décédé à l’âge de 60 ans le 29 mars 2017. Journaliste de profession, et animateur notamment de l’émission littéraire Sautrela, blogueur par passion (zuzeu.eus),  il était aussi écrivain, publiant notamment des romans (Arrainak ura baino, 1999), des pièces de théâtre (Antso erregea, 2004) des livres de cuisine (Sukaliztegi partikularra, 1996) et de la littérature jeunesse.

Inesaren balada, publié en 2002, raconte l’histoire d’une jeune fille au XVIIIe siècle qui rêve de prendre la mer. Une seule solution s’offre à elle : se travestir en garçon et quitter les siens…

Naizena baino ez.   Celle que je suis
(…) Inesa  Indazubikoa,  horixe  naiz  ni  izatez.  Gure  etxe  atariko  lizar lodienak  baino  urte  gehiago  ditut  gainean  baina,  hala  ere,  oroimena  eta zentzuak  oro,  goizeroko  lehen  argiarekin  esnarazten  ditut  beti. Mahaspasa  zimelena  bezain  zimurra  nago,  bai.  Nire  gorputz  eta aurpegiko  azalak  itsas  mapa  edo  karta  zaharkitua  dirudi,  mila  eskuk erabili  eta  mila  haizek  astindutako  oihal  mehetua  baizik  ez  da  jada, edozein  unetan  kraskatu  eta  hauts  bihur  litekeela  dirudi.  Baina  argi dauzkat  oraindik  ere  adimena  eta  erne  gorputzaren  ahalmen  guztiak. Berarentzat  nahi  lituzke  ni  baino  arras  gazteago  denak  ere,  zerbait baldin  badut  eskertzekoa  beste  ezer  baino  gehiago,  horixe  baita:  osasun ona.
 

(…) Pour l’instant, je suis encore Inessa d’Indazubi. Davantage d’années pèsent sur mes épaules que sur le frêne de l’entrée ; et cependant, chaque matin, je réveille ma raison et ma mémoire au premier rayon du soleil. Il est vrai que je suis aussi fripée qu’un raisin de Corinthe, que mon corps et mon visage ne sont plus qu’une vieille carte en relief des fonds de l’océan, manipulée par mille mains, secouée par des vents innombrables, et qui semble risquer de se déchirer et de tomber en poussière d’un moment à l’autre. Flamme vacillante qui ne peut plus grand-chose contre les tempêtes et qui attend, je le crains, son ultime tremblement. Mais mon esprit demeure encore extraordinairement lucide et mon corps est toujours vif. Plus d’un jeune homme les voudrait pour lui, parce que s’il est une seule chose pour laquelle je doive rendre grâce, c’est que j’ai une santé de fer.

Gaur  egunean  ere  neu  izaten  naiz  itsas  mugako  horizontean ontziak  agertzen  ikusten  dituen  lehenengoa:  hara  goleta  bat,  edo bapore  bat,  edo  bi  mastako  bergantin  bat...  Eta  neu  izaten  naiz, halaber,  urrutiko  trumoiaren  orroa  entzuten  duena  inguruko  guztien aurretik.  Neu,  udazkeneko  lehen  kurriloa  iparraldetik  eta  udaberriko lehen  amiamokoa  hegoaldetik  bistaratzen  ikusten  dituena.  Oraindik ere.  

Celle qui s’adresse à vous est encore aujourd’hui la première personne qui aperçoit les navires à l’horizon : observez, là-bas une goélette et, plus loin, un brigantin à deux mâts... vous les voyez ? C’est moi qui pressens encore, et avant qui que ce soit, le rugissement lointain de la tempête. Moi qui découvre le premier vol de grues venant du nord, en automne, moi qui remarque la première cigogne qui remonte du sud, au printemps.

Inesa  Indazubikoa,  bai,  horixe  naiz  ni  izenez  eta  izatez. Zazpigarrena,  zazpi  alabako  gurasoen  etxean.  Onerako  eta  txarrerako, zazpigarrena.  1789  garren  urteko  Santa  Ines  egunean  sortutakoa.  Hala ere,  ez  harritu  baten-baten  ahotan  Inesa  ez  den  beste  izenen  batekin ezagutzen  banauzue  inoiz,  izan  ere,  izenak  eta  izanak  asko  eduki  ditut nik gaurdaino, katuen antzera.   Moi, Inessa d’Indazubi, car c’est ainsi que mon nom et mon lieu de naissance passeront à la postérité, septième fille d’une famille de sept sœurs ; la septième, pour le meilleur et pour le pire, née le jour de la sainte Inès de l’an de grâce 1789. Mais que personne ne soit surpris de me voir répondre à l’appel d’un autre nom, car à ce jour, mes diverses apparences et mes multiples identités d’emprunt ont été aussi nombreuses que les sept vies que l’on a coutume de prêter aux chats.
Batez  ere  bi  izan  dira  Kantauri  guztian,  eta  urrunagoko  itsasoetan ere  bai,  jarri  dizkidaten  gizonezkoen  izenak:  Beñat  Mutua  eta  Nikolas Pozoin.  Bi  izen  aldrebes  horiek  biltzen  dute  egiazko  Inesa  Indazubikoa baizik ez naizen emakume xahar honen oihartzuna eta itzala.   Les noms d’hommes que l’on m’a donnés et qui m’ont rendu particulièrement célèbre sur le pourtour du golfe de Gascogne, et même sous d’autres cieux plus lointains, ont été au nombre de deux : Beñat Le Taciturne et Nicolas l’Empoisonneur. Ces surnoms plus ou moins heureux ne reflètent que l’ombre et l’écho de cette dame déjà vieille qui vous parle, qui n’est autre que la véritable Inessa d’Indazubi.
Gaztainaren  antzera,  oskol  askoduna  naiz  ni,  kanpotik  zorrotz  eta barrutik  ezti,  arantzazko  morkotsa  erakusten  dakit  batzutan  eta  mami azukrezkoaren  gozoa  bestetan.  Batean  hala  eta  bestean  hola,  nola esnatzen  naizen  neronek  ere  ez  dut  jakiten  segur.  Haizea  mendien atzetik  etorri  ohi  den  bezain  aldakor,  halaxe  agertzen  naiz  batzuetan musker  eta  bestetan  urre,  noiznahi  bare  eta  bestetzuetan  anker.  Haizea kontra  dabilenean,  mamu  beldurgarri  bihur  daitekeen  ardi  otzana  naiz ni,  edota  mila  eta  bi  aurpegi  erakuts  ditzakeen  deabru  maltzurra  ala aingeru  maitagarria.  Neronek  ere  ez  dut  askotan  jakiten  xuxen  nor naizen, hainbeste izaeraren artetik.   Plusieurs gangues me recouvrent, comme il en est du fruit du châtaignier. Piquante au-dehors et douce à l’intérieur ; je puis parfois montrer un aspect hostile, mais je sais aussi être agréable comme un sourire. Je puis passer d’une attitude à l’autre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tout dépend de quel pied je me suis levée. Aussi changeante que le vent qui fouette la montagne, c’est ainsi que je me montre, tour à tour perfide, candide, parfois conciliatrice, parfois intraitable. À l’instar de la paisible brebis qui se transforme en bête sauvage pour lutter contre la tempête, ange aimable ou démon malicieux au double visage. Souvent, parmi tant de personnalités différentes, je ne saurais moi-même dire qui je suis réellement.
“Zazpigarrena,  sorgina  fina”  esan  zioten  gure  amari  jaio  nintzen egunean eta hark entzundakoa sinistu egin zuen itsu-itsuan.   « La septième fille, une sorcière à coup sûr », lança-t-on à ma mère le jour de ma naissance. Et elle crut le proverbe les yeux fermés.
“Zazpi  alabatatik  zazpigarrenak,  derrigorrez  behar  du  sorgin”  esan zioten  gure  aita  alproja  eta  mozkorriloari  eta  hark  ere  sinistu  egin  zuen, goitik behera, inguruko mihi zorrotzek ziotena.   « De sept filles, la septième est forcément sorcière », rappela-t-on aussi à mon ivrogne de père, qui ne se fit pas prier pour croire ce que lui répétaient les mauvaises langues.
“Zazpi ahizparen artean zazpigarrenak marka dakar” esan zieten nire  sei  ahizpei,  eta  haiek  ere  ez  zuten  esan  kontrakorik,  esamesei  men eginez eta betiko geratuko zitzaidan ospea irentsiz.   « De sept filles, la septième porte la marque de la patte d’oie des sorcières dans les yeux », expliqua-t-on à mes six sœurs, qui ne doutèrent pas un instant avant d’acquiescer et de donner crédit à une superstition qui, le temps aidant, se transforma en une réputation qui me colla à la peau toute ma vie durant.
Izan ala ez izan, sorgin izendatu ninduten guzti-guztiek jaiotze beretik.  Begi  orotan  niganako  begiramenduen  seinaleak  ikusi  izan  ditut sehaskatik  bertatik.  Izuz  eta  espantuzko  urruntasunean  hazi  eta  hezi ninduten  etxekoek  eta  kanpokoek,  nola  hazten  duen  birigarroak kukuaren kumea: bertakoa izan arren, beti arrotz.   Vérité ou mensonge, à peine née, il était certain pour eux tous que j’étais une sorcière. Dès le berceau, je me souviens avoir perçu les signaux trahissant cette certitude transparaître dans diverses attitudes, au sein de ma famille ou au-dehors, que ce soit dans des regards suspicieux ou dans l’attention insuffisante que l’on m’accordait. Je conserve aussi le souvenir d’une éducation fondée sur la peur, le rejet de tous, à l’image de l’accueil que la grive réserve au petit du coucou. Bien qu’elle l’élève dans son nid, elle le considère toujours comme un intrus.
Alabaina,  sorginarena  barik,  beste  lan  bat  ezarri  nion  umetan  nire buruari  handitzen  nintzenerako  eta,  alajinkoa,  zinez  egina  dut  eta frogatua.  Sorgin  gabe,  mutil  izan  nahi  nuen  nik  txiki-txikitandik. Zehatzago esanda, itsasmutil, marinela, alegia. (…)   Néanmoins, au lieu de cultiver mon prétendu signe de sorcière, je me donnai un autre objectif pour le jour où je serais grande, et ce presque dès ma plus tendre enfance. Dieu m’est témoin que j’y suis parvenue, et que je l’ai démontré à l’envi. Je ne sais si j’étais tout à fait prédestinée à être sorcière, mais ce dont je pris conscience dès mon plus jeune âge, c’est que je voulais, par-dessus tout, être un garçon. Pour être plus précis, un mousse... Un marin, quoi.
Inesaren balada-ren zati bat, Elkar 2002  

Extrait de La ballade d’Inessa, Quai rouge, 2005

Traduction de Fermin Arkotxa

 

Présentation du livre au travers du concours de booktrailer de galtzagorri.eus

Bibliographie

Biographie, Pierre Charriton, 2013

"(…) De bonnes âmes savaient faire parvenir au presbytère d’Hasparren, au point d’inquiéter nos parents, tous les renseignements concernant les brebis égarées : j’avais 16 ans et je venais de prendre la soutane lorsqu’on fit savoir à mes parents que certainement je devrais quitter le séminaire à cause de mes idées subversives.

Je ne crois pas avoir jamais rejeté depuis lors ces idées subversives auxquelles l’abbé Lafitte m’aurait initié, bien au contraire. Cependant mon supérieur, le chanoine Garat, ne me parla jamais de cet incident. J’ai appris cependant à cette occasion combien injustement certains chrétiens sont prêts à voir partout des signes de sorcellerie. (…)"

 

Argazkia : eke.eus

Pierre Charritton ou Piarres Xarriton (1921-2017) était un écrivain et académicien basque. Prêtre de 1947 à 1976, enseignant, historien, fondateur du collège technique d’Hasparren, il a participé à de nombreux projets collectifs. Privilégiant une vision basque et humaniste, Charritton a toute sa vie analysé les mutations politiques de son pays.

En 2013, Euskaltzaindia publie Le fondement moral des droits culturels de l´homme, le recueil de plusieurs travaux de Pierre Charritton sur la théologie. En guise d’avant-propos, l’auteur y glisse son autobiographie dont est issu l’extrait suivant. Une anecdote qui souligne ce que sera sa vie : une formation classique, des idées progressistes, des rencontres avec de grands hommes et les tiraillements d’un homme en avance sur son temps.

Avant-propos   Aitzin solas
(…) Quoi qu’il en soit, c’est avec bonheur que j’arrivai au Petit Séminaire d’Ustaritz au moment d’accomplir mes 14 ans, en octobre 1935. Il me semble que je dois beaucoup à tous les professeurs que j’y ai rencontrés. Je devrais remercier particulièrement le supérieur, l’abbé Joseph Garat, de la maison Lorda à Hasparren et l’abbé Pierre Lafitte qui fut mon directeur de conscience et mon maître à penser.  

(…) Dena den, zorionez iritsi nintzen Uztaritzeko Seminario txikian, 14 urte ospatzerakotan, 1935eko urrian. Han aurkitu nituen irakasleei anitz zor diedala iruditzen zait. Eskertu beharko nuke bereziki gainekoa, Joseph Garat abadea, Hazparneko Lorda etxekoa eta Piarres Lafitte Abadea nire kontzientzia zuzendaria eta gogoeta maisua izan dena.

En évoquant le souvenir de Pierre Lafitte, je dois cependant ajouter qu’à cette époque où la guerre civile faisait rage au-delà de la frontière et dont les échos parvenaient jusqu’à nous, le fait d’avoir lu les articles ou les livres de Jacques Maritain, de François Mauriac, de Georges Bernanos, d’Emmanuel Mounier ou de Iñaki de Azpiazu, connus grâce à l’abbé Lafitte, nous rendait suspects aux yeux de beaucoup.  

Piarres Lafitte aipatzerakoan, aldiz, gehitu behar dut mugaz haraindian gerra zibila bortitzenean zelarik eta haren oihartzunak gutara heldu zirelarik, Lafitte abadeari esker ezagutu genituen Jacques Maritan, François Mauriac, Georges Bernanos, Emmanuel Mounier, edo Iñaki de Apiazuaren liburu edo artikuluak irakurtzeagatik, susmagarri agertzen ginela anitzentzat.

De bonnes âmes savaient faire parvenir au presbytère d’Hasparren, au point d’inquiéter nos parents, tous les renseignements concernant les brebis égarées : j’avais 16 ans et je venais de prendre la soutane lorsqu’on fi t savoir à mes parents que certainement je devrais quitter le séminaire à cause de mes idées subversives.   Bihotz oneko jendeak jakin izan zuen Hazparneko apezetxera igortzen, nire burasoak kezkatu arte,  ardi galduei buruzko informazio guzia: 16 urte nituen eta sotana berrikitan hartua, nire burasoak abisatu zituztelarik seminarioa segurki utzi beharko nuela, neramatzan ideia subertsiboengatik.
Je ne crois pas avoir jamais rejeté depuis lors ces idées subversives auxquelles l’abbé Lafitte m’aurait initié, bien au contraire. Cependant mon supérieur, le chanoine Garat, ne me parla jamais de cet incident. J’ai appris cependant à cette occasion combien injustement certains chrétiens sont prêts à voir partout des signes de sorcellerie.(…)   Ez zait iruditzen inoiz ez ditudan geroztik baztertu Lafitte abadeak erakutsitako ideia subertsibo horiek, justu alderantziz. Aldiz, nire gainekoak, Garat kalonjeak, ez dit inoiz gertakari hura aipatu. Ikasi dut aldiz kari horietan, zenbat zuzenkontra kristau batzuk sorginkeriaren markak  edonon ikusteko prest diren. (…)
Extrait de l’Avant-propos du fondement moral des droits culturels de l´homme, Euskaltzaindia, 2013    

 

Rassemblement de l’Académie de la langue basque en 1968. Photo : Euskaltzaindia

Bibliographie

Textes choisis