Géographie illustrée de la France et de ses colonies, Jules Verne, 1866

"(…) Il faut distinguer dans le département les Béarnais des Basques; les premiers ont beaucoup d'esprit et de finesse, de l'intelligence, mais ils sont généralement processifs. Les Basques, beaucoup plus simples et plus sobres, sont très-francs, très-hospitaliers, et ils possèdent toutes les vertus des montagnards. (…)

Entre la langue parlée par ces deux races, les différences sont également notables ; l'idiome béarnais est un mélange de celte, de latin et d'espagnol, tandis que le basque est une langue mère qui dérive du phénicien. (…)"

 

 

Jules Verne (1828-1905) est un écrivain français célèbre dans le monde entier pour ses romans d’aventure et sa capacité à faire partager ses mondes imaginaires.

Il n’a pourtant pas écrit que des fictions. Il publie, à partir de 1866, en collaboration avec Théophile-Sébastien Lavallée une Géographie illustrée de la France et de ses colonies.

Il y parle deux fois des Basques et de la langue basque, la première dans l’introduction consacrée à la France, la seconde dans le chapitre consacré aux Basses-Pyrénées.

 

 

La France   Frantzia
(…) Races. – La nation française est formée principalement d'éléments celtiques ou gaulois auxquels ont été ajoutés d'abord des éléments romains, ensuite des éléments germaniques. On retrouve encore sur quelques points du territoire des débris des éléments primitifs: tels sont les Bas-Bretons d'origine celtique, les Basques d'origine ibérique, les Allemands de la Lorraine et de l'Alsace, et les Flamands de race germanique.   (…) Arrazak. – Frantses nazioa nagusiki elementu zeltiko edo galiarrez osatua da, zeinei lehenik erromatar elementu batzuk, eta ondotik germaniar elementu batzuk gehitu zizkien. Elementu primitibo batzuen porroskak aurki daitezke ere lurraldeko puntu zenbaitzuetan: hala nola Behereko-bretoiak jatorriz zeltiarrak, euskaldunak, jatorriz iberiarrak, Lorrena eta Alsaziako alemanak, eta arraza germanikoko flandriarrak.
Sur 38 millions d'habitants, on compte en France 1 million de Bretons, 150 000 Basques, 1 300 000 Allemands, 70 000 Juifs, 7 000 Bohémiens de race hindoue, 200 000 Flamands et 250 000 Italiens de la Corse et de l'arrondissement de Nice.   Diren 38 milio biztanleetatik, Frantzian 1 milio bretoi, 150 000 euskaldun, 1 300 000 aleman, 70 000 judu, 7 000 hindu arrazako buhame, 200 000 flandriar eta Kortsikako eta Nizako arrondizamenduko 250 00 italiar.
Langues. – La langue française est, comme la nation, née des idiomes celtique, romain et germanique. Perfectionnée constamment depuis son origine, et principalement depuis le commencement du dix-septième siècle, elle est devenue la première des langues modernes, celle de la diplomatie et des classes élevées chez tous les peuples; mais si elle est parlée partout, jusqu'en Orient, elle est loin d'être d'un usage général dans toute la France. Six millions de Français parlent environ 30 patois dérivés des deux anciennes langues du moyen âge, la langue d'Oc et la langue d'Oil. Le gascon, le béarnais, le provençal, le languedocien, sont la langue usuelle du peuple au delà de la Loire; le picard, le bourguignon, le champenois ont aussi leur patois particulier, et ce n'est réellement que dans l'île de France, l'Orléanais, la Touraine et le Blaisois, c'est-à-dire l'ancien domaine des ducs de France, où l'on parle le français pur. A ces divers patois, il faut ajouter les langues originales : le celtique dans la Basse-Bretagne, l'ancien ibérique et l'espagnol dans les Pyrénées, l'allemand dans l'Alsace et la Lorraine allemande, le flamand dans le Nord et l'italien en Corse et à Nice. (…)   Hizkuntzak. – Frantses hizkuntza, nazioa bezala, mintzaira zeltiko, erromatar eta germaniarretik sortu da. Eten gabe hobetua bere jatorritik, eta bereziki hamazazpigarren mende hastapenetik, hizkuntza modernoen arteko lehena bilakatu da, diplomaziarena eta herri guzietako goiko klaseena; baina denetan mintzatua bada, Ekialderaino, Frantzia osoan erabilia izateaz urrun dago. Sei milioi frantsesek 30 bat basa mintzaira baliatzen dituzte, Oc eta Oil Erdi-Aroko lehengo bi hizkuntzetarik eratorriak. Gaskoiera, biarnesa, proventzera, languedocera Loire ibaia haraindiko herritarren usaiako hizkuntzak dira; Pikardiarrek, borgoiarrek eta champagnarrek beren basa mintzaira berezia badaukate ere, eta île-de-France eskualdean, Orleanerrian, Turena eta Blois-ko eskualdean, hots Frantziako Dukeen lehengo domeinuan baizik ez da frantses garbi bat ematen. Basa mintzaira desberdin horiei, gehitu behar zaizkie jatorrizko hizkuntzak: Zeltera Bretaina-Beherean, lehengo iberiera eta espainola Pirinioetan, alemana Alsazia eta aleman Lorrenan, Flandriara Iparraldean eta Italiera Korsikan eta Nizan.
Les Basses-Pyrénées   Pirinio-Apalak
(…) Superficie.Population. — La superficie du département des Basses-Pyrénées est de 762 266 hectares, et sa population de 435 486 habitants; ce qui donne environ 57 habitants par kilomètre carré. Cette population s'est accrue de 79 913 habitants depuis le commencement du siècle, et elle a diminué de 1 142 habitants depuis le dernier recensement. Elle comprend 254 000 agriculteurs, 146 000 industriels ou commerçants, 11 000 habitants qui exercent des professions libérales, et 22 000 sans profession.   (…) Hedadura. – Biztanleria. – Pirinio-Apaletako hedadura 762 266 hektareakoa da, eta biztanleria 435 486 jendekoa; Horiek ematen dute guti gorabehera 57 biztanle kilometro karratuka. Jendetza hori 79 913 biztanlez igo da mende hastapenetik, eta 1 142 biztanlez apaldu da azken erroldatik. 254 000 laborari ditu, 146 000 industrial edo dendari, 11 000 biztanle ofizio liberaletan ari direnak, 22 000 ofiziorik gabekoak.
Il faut distinguer dans le département les Béarnais des Basques; les premiers ont beaucoup d'esprit et de finesse, de l'intelligence, mais ils sont généralement processifs. Les Basques, beaucoup plus simples et plus sobres, sont très-francs, très-hospitaliers, et ils possèdent toutes les vertus des montagnards.   Departamenduan bereizi behar dira Biarnesak eta Euskaldunak; lehenek izpiritu eta finezia baita adimendu anitz badaukate, baina gehienetan auzizaleak dira. Euskaldunak, anitzez bakun eta soilagoak, biziki zintzoak dira, biziki abegitsu, eta menditarren bertute guziak badauzkate.
Béarnais et Basques fournissent un large contingent à l'émigration, principalement pour l'Amérique du Sud.   Biarnes eta euskaldunek emigrazioari kopuru handiak eskaintzen diete, Hego-Amerikarako bereziki.
Entre la langue parlée par ces deux races, les différences sont également notables ; l'idiome béarnais est un mélange de celte, de latin et d'espagnol, tandis que le basque est une langue mère qui dérive du phénicien. (…)   Bi arrazek mintzatzen dituzten hizkuntzen artean, desberdintasunak nabari dira ere: Biarnesen hizkuntza zelta, latina eta espainolaren nahasketa bat da, euskaldunena ama-hizkuntza bat da, Fenizieratik eratorria.
Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies    

 

Vue de Bayonne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies liburutik ateraia. Iturria: Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6567060h/f559

Bibliographie

  • Géographie illustrée de la France et de ses colonies / par Jules Verne, précédée d'une Etude sur la géographie générale de la France / par Théophile Lavallée ; illustrations par Clerget et Riou ; cartes par Constans ; gravées par Sedille, disponibles sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6567060h

Matalas, Piarres Larzabal, 1968

"(…) MATALAS: Hona egia, den bezala. Barda ilundirian, bi jandarma etorri zaizkiat arrastatzerat. Gobernadorearen manuz, omen. Nahi baitzaiztaten eskuak katenaz lotu, erran zioteiat: «Katenak ezartzekotan beharko nauzue lehenik hil!» Piska bat izitu ditiat eta bien artean eraman naie, batere estekarik gabe. Gero, ur handiko zubia iragaitean, —zubi horrek ez baitu saihets makilarik— berek uste ez zutelarik, galtz-ipurtik, «brau!», hartu diat batto, ondotik bestea eta biak urerat aurtiki.

GOIHENETXE:  Ta gero?

MATALAS: Gero, to!... Pentsatzen diat uretik jali direla.(…)"

 

 Piarres Lartzabal, Source: eke.eus

Piarres Larzabal (1915-1988), prêtre et académicien basque, est surtout connu en tant que dramaturge. Il a écrit plus d’une quarantaine de pièces de théâtre, en basque.

Si ses premières pièces étaient plutôt destinées à faire rire le public, de nombreuses autres avaient pour objectif d’impulser une prise de conscience de l’identité basque.

Matalas, écrite en hommage à Bernard Goyeneche, dit Matalaz, curé de Mauléon qui fut à la tête du soulèvement populaire de 1661 contre le roi de France, est de celles-là.

 

Matalas   Matalas
GOIHENETXE: Agur, osaba!   GOIHENETXE: Bonjour, mon oncle!
MATALAS: Agur, iloba! Hi, tenore hontan hemen? Zer gertatzen zaik?   MATALAS: Bonjour, mon neveu ! Toi, ici à cette heure ? Que t’arrive-t-il?
GOIHENETXE: Ta zuri zer gertatu zaizu barda bi jandarmekin?   GOIHENETXE: Et à toi, que t’est-il arrivé hier soir avec ces deux gendarmes?
MATALAS: Hiregana heldu baita berria?   MATALAS: La nouvelle t’est donc parvenue ?
GOIHENETXE: Maule guzia hortaz mintzo da. Neri goiz hontan jin zait Atarratzera berria.   GOIHENETXE: Tout Mauléon parle de cela. La nouvelle m’est parvenue à Tardets ce matin.
MATALAS: Hona egia, den bezala. Barda ilundirian, bi jandarma etorri zaizkiat arrastatzerat. Gobernadorearen manuz, omen. Nahi baitzaiztaten eskuak katenaz lotu, erran zioteiat: «Katenak ezartzekotan beharko nauzue lehenik hil!» Piska bat izitu ditiat eta bien artean eraman naie, batere estekarik gabe. Gero, ur handiko zubia iragaitean, —zubi horrek ez baitu saihets makilarik— berek uste ez zutelarik, galtz-ipurtik, «brau!», hartu diat batto, ondotik bestea eta biak urerat aurtiki.   MATALAS: Voici la vérité, telle qu’elle est. Hier soir au crépuscule, deux gendarmes sont venus m’arrêter. Par ordre du gouverneur, soi-disant. Quand ils ont voulu me lier les mains de leurs chaînes, je leur ai dit : « Pour me mettre des chaînes, vous devrez d’abord me tuer ! » Je leur ai un peu fait peur et ils m’ont conduit entre eux deux, sans aucune attache. Plus tard, au moment de traverser le pont des grandes eaux – parce que ce pont n’a pas de garde-corps – quand ils ne s’y attendaient pas, j’en ai pris un, « brau ! » par le fond de culotte, puis l’autre et j’ai jeté les deux à l’eau..
GOIHENETXE:  Ta gero?   GOIHENETXE: Et ensuite ?
MATALAS: Gero, to!... Pentsatzen diat uretik jali direla. Ni etxerat itzuli nauk. Berehala bildu gaituk hemengo gizonak eta multzo bat armaturik prest ziaudek, jandarma edo botiga heldu badira bazterren nahasterat.   MATALAS: Après, et beh !... Je pense qu’ils sont sortis de l’eau. Moi je suis rentré à la maison. Nous nous sommes rassemblés immédiatement, avec les hommes d’ici, et un groupe est prêt et armé au cas où les gendarmes et compagnie viendraient mettre la pagaille.
GOIHENETXE: Gobernadore zikin hori da bazterren nahasten ari: Atarratzeko inguruan lan bera egin dauku; neri ere arrastatzaileak igorri dauzkit.   GOIHENETXE: C’est ce sale gouverneur qui sème les troubles : il nous a fait la même chose autour de Tardets ; à moi aussi il a envoyé des gens m’arrêter.
MATALAS: Nola egin duk ihes?   MATALAS: Comment as-tu fui ?
GOIHENETXE: Nere zaintzaleak prest nituen aintzinetik: Arrastatzaileak agertu direlarik gizon multzo bat bildu dira ene ingururat eta arrastatzaileak, iziturik, laster lekutu. Harrikaldi on bat ukanik ordea, gibeletik.   GOIHENETXE: J’avais des vigiles prêts à l’avance. Quand les gendarmes sont apparus, un groupe d’hommes s’est réuni autour de moi, et les gendarmes, apeurés, sont vite repartis. En prenant une bonne volée de cailloux, par derrière.
MATALAS: Ta hi, gero, mendiz hona etorri?   MATALAS: Et toi, ensuite, tu es venu ici par les montagnes ?
GOIHENETXE: Bai eta bi lagun kontseilarieri ere gaztigatu, hona bil diten haiek ere.   GOIHENETXE: Oui, et je l’ai fait savoir à deux amis conseillers, qu’ils viennent ici également.
MATALAS: Zer ziok bada herriko jendeak?   MATALAS: Et que disent donc les gens du village ?
GOIHENETXE: Gure eskualdean bederen arras alde ditugu: Gobernadoreak euskal besta handi bat prestatu nahi omen du, Calvoren amorantearen ohoretan. Gure dantzari eta kantari batzueri dei egin diote, bainan denenganik eza ukan du. Salbu batenganik eta hau erregetiar kontseilari horietarik baten etxezaina, omen: Ogia ez galtzekotz, «bai» erran behar.   GOIHENETXE: Dans notre secteur pour le moins ils nous sont largement favorables : le gouverneur veut soi-disant organiser une grande fête basque en l’honneur de l’amoureux de Calvo ; il a appelé certains de nos danseurs et de nos chanteurs, mais il n’a obtenu que des refus. Sauf de la part d’un seul et c’est un gardien d’un conseiller royal, apparemment. Pour ne pas perdre son gagne-pain, il a dû dire « oui ».
MATALAS: Gobernadore zitala! Lur ebatsien jabek ohore eta besta egin behar orai beren ohoinari! Hauxe da kopeta!   MATALAS: Misérable gouverneur ! Les propriétaires des terres dérobées devraient fêter et honorer leur voleur ! Quel toupet !
GOIHENETXE: Bai, ohore ohoinari eta gainera ohoin-nagusiaren amoranteari: Gure larrutzea ez aski; larrutuen esker ona oraino nahi!   GOIHENETXE: Oui, honneur au voleur et surtout à l’amant du roi des voleurs : ils n’en ont pas assez avec notre peau, ils veulent également les remerciements des écorchés !
Matalas, hiri ekitaldiko antzerkia, Piarres Larzabal, 1968   Matalas, pièce en trois actes, Piarres Larzabal, 1968 

 

Voir le chant Matalaz intérprété par Benito Lertxundi sur Youtube :

 

Bibliographie

Les sorcières basques - 1609, Jules Michelet, 1862

"(…) Jamais les Basques ne furent mieux caractérisés que dans le livre de L’Inconstance. Chez nous, comme en Espagne, leurs privilèges les mettaient quasi en république. Les nôtres ne devaient au roi que de le servir en armes; au premier coup de tambour, ils devaient armer deux mille hommes, sous leurs capitaines basques. Le clergé ne pesait guère; il poursuivait peu les sorciers, l’étant lui-même. Le prêtre dansait, portait l'épée, menait sa maîtresse au sabbat. Cette maîtresse était sa sacristine ou bénédicte, qui arrangeait l'église. Le curé ne se brouillait avec personne, disait à Dieu sa messe blanche le jour, la nuit au Diable la messe noire, et parfois dans la même église (…)"

 

 

Jules Michelet (1798-1874) a longtemps été considéré comme l’un des plus grands historiens français, avant que l’idéalisation et la passion transparaissant dans son œuvre n’en fassent plus que relativiser la qualité scientifique.

En 1862, il publie La sorcière, un recueil de faits et de croyances sur les sorcières de France. Il y consacre un chapitre aux sorcières basques, vues par le prisme des procès de Pierre de Lancre en 1609. Une vision plus romanesque qu’historique.

 

Les sorcières basques, 1609   Euskal sorginak, 1609
(…)Jamais les Basques ne furent mieux caractérisés que dans le livre de L’Inconstance. Chez nous, comme en Espagne, leurs privilèges les mettaient quasi en république. Les nôtres ne devaient au roi que de le servir en armes; au premier coup de tambour, ils devaient armer deux mille hommes, sous leurs capitaines basques. Le clergé ne pesait guère; il poursuivait peu les sorciers, l’étant lui-même. Le prêtre dansait, portait l'épée, menait sa maîtresse au sabbat. Cette maîtresse était sa sacristine ou bénédicte, qui arrangeait l'église. Le curé ne se brouillait avec personne, disait à Dieu sa messe blanche le jour, la nuit au Diable la messe noire, et parfois dans la même église. (Lancre.)  

(…) Inoiz Euskaldunak ez dira L’inconstance liburuan baino hobeki ezaugarrituak. Gure herrian, Espainian bezala, zituzten pribilegioek kasik errepublikan ezartzen zituzten. Gureek erregeari zor zioten gauza bakarra armetan zerbitzatzea zen; danborraren lehen kolpean; bi mila gizon armatu behar zituzten, euskal kapitainen manamenduan. Apezeriak gutxi pisatzen zuen; sorginak gutxi lasterkatzen zituen, bera horrelakoa baitzen ere. Apezak dantzatzen zuen, ezpata gerrian zebilen, eta bere ohaidea akelarrera eramaten zuen. Ohaide hori bere gelaria zegoen edo andere serora, eliza zaintzen zuena. Erretorea ez zen nehorekin samurtzen, Jainkoari bere meza zuria zion egunaz, gauaz meza beltza Deabruari, noiztenka eliza berean. (Lancre)

Les Basques de Bayonne et de Saint-Jean-de-Luz, têtes hasardeuses et excentriques, d'une fabuleuse audace, qui s'en allaient en barque aux mers les plus sauvages harponner la baleine, faisaient nombre de veuves. Ils se jetèrent en masse dans les colonies d'Henri IV, l'empire du Canada, laissant leurs femmes à Dieu ou au Diable. Quant aux enfants, ces marins, fort honnêtes et probes, y auraient songé davantage, s'ils en eussent été sûrs. Mais, au retour de leurs absences, ils calculaient, comptaient les mois, et ne trouvaient jamais leur compte.  

Baiona eta Donibane Lohizuneko euskaldunak, menturazko eta xelebre buruekin,  ausartzia izugarrikoak, bazoazenak barkuz itsaso salbaienetaraino balea arpoiatzera, alargun andana bat egiten zuten. Beren burua nasaiki Henri IV.aren kolonietara, Kanadako inperiora bota zuten, emazteak utziz Jainkoari edo Deabruari. Et haurrak, marinelari horiek, biziki leial eta zintzo, gehiago kontutan hartuko zituzten, haietaz segur izan balira. Baina kanpoko egonaldietatik itzultzean, kalkuluak egiten zituzten, hilabeteak kontatuz, eta beren kontua inoiz ez zuten aurkitzen.

Les femmes, très-jolies, très-hardies, imaginatives, passaient le jour, assises aux cimetières sur les tombes, à jaser du sabbat, en attendant qu'elles y allassent le soir. C'était leur rage et leur furie.   Emazteek, bizki politak, biziki ausartak, irudimen handikoak egunak pasatzen zituzten, hilarrietan jarririk hilerrian, akelarreaz mintzatzen, arratsean harat joan artean. Haien errabia eta amorrua zen hori.
Nature les fait sorcières : ce sont les filles de la mer et de l'illusion. Elles nagent comme des poissons, jouent dans les flots. Leur maître naturel est le Prince de l'air, roi des vents et des rêves, celui qui gonflait la sibylle et lui soufflait l'avenir.   Natura sorgin egiten ditu: itsasoko eta itxurapenaren alabak dira. Arrainak bezala igeri egiten dute, uhinetan jostatuz. Maisu naturaltzat dute aireko Printzea, haize eta ametsen erregea, sibila hanpatzen eta etorkizuna xuxurlatzen ziona.
Leur juge qui les brûle est pourtant charmé d'elles : « Quand on les voit, dit-il, passer, les cheveux au vent et sur les épaules, elles vont, dans cette belle chevelure, si parées et si bien armées, que, le soleil y passant comme à travers une nuée, l'éclat en est violent et forme d'ardents éclairs... De là, la fascination de leurs yeux, dangereux en amour, autant qu'en sortilège. »   Erretzen dituen epaila, alta, haien xarmapean zegoen: “Ikusten direlarik, dio, pasatzen, hileak haizean eta espaldetan, badoaz, beren adats eder horretan, hain apaindu eta armatuak, non, eguzkiak laino bat bezala zeharkatu dituenez, dirdira bortitza den eta tximista goriak sortzen dituen… Hortik, haien begien lilura, lanjerosa amodioetan, sorginkerietan bezain bat.”
Extrait de La sorcière de Jules Michelet, 1862   Jules Michelet-ren La Sorcière-en zati bat, 1862

 

Illustration de La sorcière par Martin van Maële pour l’édition de 1911. Source Wikipédia

 

Bibliographie

Limosnatxo bat, Pedro Mari Otaño, 1904

"Mutill koxkor bat itxu-aurreko
zubela aldamenian,
gizon burusoill bizar-zuri bat
bi makuluren gañian,
kale eskiñan ikusi nuben
iñora eziñ joanian;
ta bera nor zan jakiñ nayian
inguratu nintzanian....
limosnatxo bat eskatu ziran
Jainkuaren izenian."

 

 

Pedro Mari Otaño (1857-1910) aurait souhaité mourir dans son village natal, à Zizurkil (Gipuzkoa), mais c’est dans la pampa argentine qu’il décéda, contraint à l’exil par la pauvreté.

Ses malheurs, il les utilisa pour créer de la poésie (Alkar, 1904) des bertso et un opéra (Artzai mutilla, 1906).

Limosnatxo bat est l’une de ses œuvres les plus célèbres, salué pour son audace et sa maitrise technique.

 

Limosnatxo bat   L’aumône
Mutill koxkor bat itxu-aurreko
zubela aldamenian,
gizon burusoill bizar-zuri bat
bi makuluren gañian,
kale eskiñan ikusi nuben
iñora eziñ joanian;
ta bera nor zan jakiñ nayian
inguratu nintzanian....
limosnatxo bat eskatu ziran
Jainkuaren izenian.
 

Je vis un homme chauve à barbe blanche
sur deux béquilles,
Un jeune garçon en guise de guide d’aveugle
à ses côtés,
Au coin de la rue,
ne pouvant aller nulle part ;
Et quand je m’approchai,
voulant savoir qui il était,
Il me demanda l’aumône
au nom de Dieu.

Zerbait emanaz galdetu niyon
altzan modu onenian,
jayotzatikan al zeukan ala
gaitzak artuba mendian;
erantzun ziran: ez, semia, ez,
nik sasoya nubenian,
ez nuben uste iritxitzerik
onetara azkenian ...
gaur limosna bat eskatutzen det
Jainkuaren izenian.
 

En lui donnant quelque chose
je lui demandai poliment,
Si c’était de naissance
ou si le mal l’avait pris durant sa vie,
Il me répondit : Non mon fils, non,
quand j’avais toute ma santé
Je ne pensai pas en arriver
finalement là…
Aujourd’hui je demande l’aumône
au nom de Dieu.

Eta seguitu zuben esanaz:
— lengo gerrate denian,
ni aurren xamar ibiltzen nintzan
beti edo geyenian;
nekatu gabe, aisa igoaz
aldapik luzienian;
etzan burura asko etortzen
gu ala gebiltzanian...
gero limosna eskatutzerik
Jainkuaren izenian.
  Et il poursuivit en disant :
— Lors de la dernière guerre,
J’étais presque toujours devant
Toujours ou presque ;
Sans me fatiguer, montant facilement
La plus longue des côtes :
Il ne me venait pas beaucoup à l’esprit
Quand nous allions ainsi…
Que nous demanderions l’aumône
Au nom de Dieu.
Odolak bero eta buruba,
arrua daguenian,
edozeiñ moduz sartutzen da bat
alako itxumenian,
atsekabe ta negar-samiñak
badatoz ondorenian;
nola erebait batek biziya
utzitzen ez dubenian...
limosnatxo bat eskatu biar
Jainkuaren izenian.
  Quand on a le sang chaud
Et la tête fière,
D’une quelconque manière on s’enferme
Dans une telle cécité,
Chagrin et larmes acides
Viennent par la suite ;
Et c’est ainsi que
S’il ne veut laisser sa vie…
Il doit demander l’aumône
Au nom de Dieu.
Iñoiz pentsatzen nere artian,
ni jarritzen naizenian,
gaur ere asko dirala joango
lirakenak zuzenian,
ez luke iñork sinistatuko
zer pena ematen diran..
Ai!, orla nintzan ni ere sano
ta gazte nenguenian...
gaur limosna bat eskatutzen det
Jainkuaren izenian.
  Parfois je songe
Lorsque je m’assois,
Qu’aujourd’hui aussi beaucoup
Partirons tout droit,
Et personne ne peut croire
Combien de peine cela me donne…
Aï ! Moi aussi j’allai ainsi,
Quand j’étais plein de santé et jeune…
Aujourd’hui je demande  l’aumône
Au nom de Dieu
¡Ai! txohakeri asko egiten,
da zentzurik ez danian,
sinista zazu ur au pasia
daukanaren esanian;
obiago da sasoi dan arte
sayatutzia lanian,
negar egiñaz ibilli gabe
gero denbora joanian...
limosnatxo bat bildu eziñik
Jainkuaren izenian.
  Aï ! On fait beaucoup de bêtises
Quand on n’a pas de bon sens,
Crois donc ce que te dis
Quelqu’un qui est passé par là ;
Il vaut mieux tant qu’on en a la force
Entreprendre et travailler,
Sans aller pleurer ensuite
Quand le temps est passé…
Sans pouvoir ramasser une aumône
Au nom de Dieu.
Pedro Mari Otaño, Alkar¸ 1904   Pedro Mari Otaño, Alkar¸ 1904 

Ecoutez la version de Zazpi eskale sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=nsHKKUlWTaY

Textes choisis