la ballade d'Inessa, Hasier Etxeberria, 2005

"Inesa  Indazubikoa,  horixe  naiz  ni  izatez.  Gure  etxe  atariko  lizar lodienak  baino  urte  gehiago  ditut  gainean  baina,  hala  ere,  oroimena  eta zentzuak  oro,  goizeroko  lehen  argiarekin  esnarazten  ditut  beti. Mahaspasa  zimelena  bezain  zimurra  nago,  bai.  Nire  gorputz  eta aurpegiko  azalak  itsas  mapa  edo  karta  zaharkitua  dirudi,  mila  eskuk erabili  eta  mila  haizek  astindutako  oihal  mehetua  baizik  ez  da  jada, edozein  unetan  kraskatu  eta  hauts  bihur  litekeela  dirudi.  Baina  argi dauzkat  oraindik  ere  adimena  eta  erne  gorputzaren  ahalmen  guztiak. Berarentzat  nahi  lituzke  ni  baino  arras  gazteago  denak  ere,  zerbait baldin  badut  eskertzekoa  beste  ezer  baino  gehiago,  horixe  baita:  osasun ona. (…)"

 

Argazkia: argia.eus CC-by-sa

Hasier Etxeberria, né le 6 avril 1957 à Elgoibar, est décédé à l’âge de 60 ans le 29 mars 2017. Journaliste de profession, et animateur notamment de l’émission littéraire Sautrela, blogueur par passion (zuzeu.eus),  il était aussi écrivain, publiant notamment des romans (Arrainak ura baino, 1999), des pièces de théâtre (Antso erregea, 2004) des livres de cuisine (Sukaliztegi partikularra, 1996) et de la littérature jeunesse.

Inesaren balada, publié en 2002, raconte l’histoire d’une jeune fille au XVIIIe siècle qui rêve de prendre la mer. Une seule solution s’offre à elle : se travestir en garçon et quitter les siens…

Naizena baino ez.   Celle que je suis
(…) Inesa  Indazubikoa,  horixe  naiz  ni  izatez.  Gure  etxe  atariko  lizar lodienak  baino  urte  gehiago  ditut  gainean  baina,  hala  ere,  oroimena  eta zentzuak  oro,  goizeroko  lehen  argiarekin  esnarazten  ditut  beti. Mahaspasa  zimelena  bezain  zimurra  nago,  bai.  Nire  gorputz  eta aurpegiko  azalak  itsas  mapa  edo  karta  zaharkitua  dirudi,  mila  eskuk erabili  eta  mila  haizek  astindutako  oihal  mehetua  baizik  ez  da  jada, edozein  unetan  kraskatu  eta  hauts  bihur  litekeela  dirudi.  Baina  argi dauzkat  oraindik  ere  adimena  eta  erne  gorputzaren  ahalmen  guztiak. Berarentzat  nahi  lituzke  ni  baino  arras  gazteago  denak  ere,  zerbait baldin  badut  eskertzekoa  beste  ezer  baino  gehiago,  horixe  baita:  osasun ona.
 

(…) Pour l’instant, je suis encore Inessa d’Indazubi. Davantage d’années pèsent sur mes épaules que sur le frêne de l’entrée ; et cependant, chaque matin, je réveille ma raison et ma mémoire au premier rayon du soleil. Il est vrai que je suis aussi fripée qu’un raisin de Corinthe, que mon corps et mon visage ne sont plus qu’une vieille carte en relief des fonds de l’océan, manipulée par mille mains, secouée par des vents innombrables, et qui semble risquer de se déchirer et de tomber en poussière d’un moment à l’autre. Flamme vacillante qui ne peut plus grand-chose contre les tempêtes et qui attend, je le crains, son ultime tremblement. Mais mon esprit demeure encore extraordinairement lucide et mon corps est toujours vif. Plus d’un jeune homme les voudrait pour lui, parce que s’il est une seule chose pour laquelle je doive rendre grâce, c’est que j’ai une santé de fer.

Gaur  egunean  ere  neu  izaten  naiz  itsas  mugako  horizontean ontziak  agertzen  ikusten  dituen  lehenengoa:  hara  goleta  bat,  edo bapore  bat,  edo  bi  mastako  bergantin  bat...  Eta  neu  izaten  naiz, halaber,  urrutiko  trumoiaren  orroa  entzuten  duena  inguruko  guztien aurretik.  Neu,  udazkeneko  lehen  kurriloa  iparraldetik  eta  udaberriko lehen  amiamokoa  hegoaldetik  bistaratzen  ikusten  dituena.  Oraindik ere.  

Celle qui s’adresse à vous est encore aujourd’hui la première personne qui aperçoit les navires à l’horizon : observez, là-bas une goélette et, plus loin, un brigantin à deux mâts... vous les voyez ? C’est moi qui pressens encore, et avant qui que ce soit, le rugissement lointain de la tempête. Moi qui découvre le premier vol de grues venant du nord, en automne, moi qui remarque la première cigogne qui remonte du sud, au printemps.

Inesa  Indazubikoa,  bai,  horixe  naiz  ni  izenez  eta  izatez. Zazpigarrena,  zazpi  alabako  gurasoen  etxean.  Onerako  eta  txarrerako, zazpigarrena.  1789  garren  urteko  Santa  Ines  egunean  sortutakoa.  Hala ere,  ez  harritu  baten-baten  ahotan  Inesa  ez  den  beste  izenen  batekin ezagutzen  banauzue  inoiz,  izan  ere,  izenak  eta  izanak  asko  eduki  ditut nik gaurdaino, katuen antzera.   Moi, Inessa d’Indazubi, car c’est ainsi que mon nom et mon lieu de naissance passeront à la postérité, septième fille d’une famille de sept sœurs ; la septième, pour le meilleur et pour le pire, née le jour de la sainte Inès de l’an de grâce 1789. Mais que personne ne soit surpris de me voir répondre à l’appel d’un autre nom, car à ce jour, mes diverses apparences et mes multiples identités d’emprunt ont été aussi nombreuses que les sept vies que l’on a coutume de prêter aux chats.
Batez  ere  bi  izan  dira  Kantauri  guztian,  eta  urrunagoko  itsasoetan ere  bai,  jarri  dizkidaten  gizonezkoen  izenak:  Beñat  Mutua  eta  Nikolas Pozoin.  Bi  izen  aldrebes  horiek  biltzen  dute  egiazko  Inesa  Indazubikoa baizik ez naizen emakume xahar honen oihartzuna eta itzala.   Les noms d’hommes que l’on m’a donnés et qui m’ont rendu particulièrement célèbre sur le pourtour du golfe de Gascogne, et même sous d’autres cieux plus lointains, ont été au nombre de deux : Beñat Le Taciturne et Nicolas l’Empoisonneur. Ces surnoms plus ou moins heureux ne reflètent que l’ombre et l’écho de cette dame déjà vieille qui vous parle, qui n’est autre que la véritable Inessa d’Indazubi.
Gaztainaren  antzera,  oskol  askoduna  naiz  ni,  kanpotik  zorrotz  eta barrutik  ezti,  arantzazko  morkotsa  erakusten  dakit  batzutan  eta  mami azukrezkoaren  gozoa  bestetan.  Batean  hala  eta  bestean  hola,  nola esnatzen  naizen  neronek  ere  ez  dut  jakiten  segur.  Haizea  mendien atzetik  etorri  ohi  den  bezain  aldakor,  halaxe  agertzen  naiz  batzuetan musker  eta  bestetan  urre,  noiznahi  bare  eta  bestetzuetan  anker.  Haizea kontra  dabilenean,  mamu  beldurgarri  bihur  daitekeen  ardi  otzana  naiz ni,  edota  mila  eta  bi  aurpegi  erakuts  ditzakeen  deabru  maltzurra  ala aingeru  maitagarria.  Neronek  ere  ez  dut  askotan  jakiten  xuxen  nor naizen, hainbeste izaeraren artetik.   Plusieurs gangues me recouvrent, comme il en est du fruit du châtaignier. Piquante au-dehors et douce à l’intérieur ; je puis parfois montrer un aspect hostile, mais je sais aussi être agréable comme un sourire. Je puis passer d’une attitude à l’autre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tout dépend de quel pied je me suis levée. Aussi changeante que le vent qui fouette la montagne, c’est ainsi que je me montre, tour à tour perfide, candide, parfois conciliatrice, parfois intraitable. À l’instar de la paisible brebis qui se transforme en bête sauvage pour lutter contre la tempête, ange aimable ou démon malicieux au double visage. Souvent, parmi tant de personnalités différentes, je ne saurais moi-même dire qui je suis réellement.
“Zazpigarrena,  sorgina  fina”  esan  zioten  gure  amari  jaio  nintzen egunean eta hark entzundakoa sinistu egin zuen itsu-itsuan.   « La septième fille, une sorcière à coup sûr », lança-t-on à ma mère le jour de ma naissance. Et elle crut le proverbe les yeux fermés.
“Zazpi  alabatatik  zazpigarrenak,  derrigorrez  behar  du  sorgin”  esan zioten  gure  aita  alproja  eta  mozkorriloari  eta  hark  ere  sinistu  egin  zuen, goitik behera, inguruko mihi zorrotzek ziotena.   « De sept filles, la septième est forcément sorcière », rappela-t-on aussi à mon ivrogne de père, qui ne se fit pas prier pour croire ce que lui répétaient les mauvaises langues.
“Zazpi ahizparen artean zazpigarrenak marka dakar” esan zieten nire  sei  ahizpei,  eta  haiek  ere  ez  zuten  esan  kontrakorik,  esamesei  men eginez eta betiko geratuko zitzaidan ospea irentsiz.   « De sept filles, la septième porte la marque de la patte d’oie des sorcières dans les yeux », expliqua-t-on à mes six sœurs, qui ne doutèrent pas un instant avant d’acquiescer et de donner crédit à une superstition qui, le temps aidant, se transforma en une réputation qui me colla à la peau toute ma vie durant.
Izan ala ez izan, sorgin izendatu ninduten guzti-guztiek jaiotze beretik.  Begi  orotan  niganako  begiramenduen  seinaleak  ikusi  izan  ditut sehaskatik  bertatik.  Izuz  eta  espantuzko  urruntasunean  hazi  eta  hezi ninduten  etxekoek  eta  kanpokoek,  nola  hazten  duen  birigarroak kukuaren kumea: bertakoa izan arren, beti arrotz.   Vérité ou mensonge, à peine née, il était certain pour eux tous que j’étais une sorcière. Dès le berceau, je me souviens avoir perçu les signaux trahissant cette certitude transparaître dans diverses attitudes, au sein de ma famille ou au-dehors, que ce soit dans des regards suspicieux ou dans l’attention insuffisante que l’on m’accordait. Je conserve aussi le souvenir d’une éducation fondée sur la peur, le rejet de tous, à l’image de l’accueil que la grive réserve au petit du coucou. Bien qu’elle l’élève dans son nid, elle le considère toujours comme un intrus.
Alabaina,  sorginarena  barik,  beste  lan  bat  ezarri  nion  umetan  nire buruari  handitzen  nintzenerako  eta,  alajinkoa,  zinez  egina  dut  eta frogatua.  Sorgin  gabe,  mutil  izan  nahi  nuen  nik  txiki-txikitandik. Zehatzago esanda, itsasmutil, marinela, alegia. (…)   Néanmoins, au lieu de cultiver mon prétendu signe de sorcière, je me donnai un autre objectif pour le jour où je serais grande, et ce presque dès ma plus tendre enfance. Dieu m’est témoin que j’y suis parvenue, et que je l’ai démontré à l’envi. Je ne sais si j’étais tout à fait prédestinée à être sorcière, mais ce dont je pris conscience dès mon plus jeune âge, c’est que je voulais, par-dessus tout, être un garçon. Pour être plus précis, un mousse... Un marin, quoi.
Inesaren balada-ren zati bat, Elkar 2002  

Extrait de La ballade d’Inessa, Quai rouge, 2005

Traduction de Fermin Arkotxa

 

Présentation du livre au travers du concours de booktrailer de galtzagorri.eus

Bibliographie

Biographie, Pierre Charriton, 2013

"(…) De bonnes âmes savaient faire parvenir au presbytère d’Hasparren, au point d’inquiéter nos parents, tous les renseignements concernant les brebis égarées : j’avais 16 ans et je venais de prendre la soutane lorsqu’on fit savoir à mes parents que certainement je devrais quitter le séminaire à cause de mes idées subversives.

Je ne crois pas avoir jamais rejeté depuis lors ces idées subversives auxquelles l’abbé Lafitte m’aurait initié, bien au contraire. Cependant mon supérieur, le chanoine Garat, ne me parla jamais de cet incident. J’ai appris cependant à cette occasion combien injustement certains chrétiens sont prêts à voir partout des signes de sorcellerie. (…)"

 

Argazkia : eke.eus

Pierre Charritton ou Piarres Xarriton (1921-2017) était un écrivain et académicien basque. Prêtre de 1947 à 1976, enseignant, historien, fondateur du collège technique d’Hasparren, il a participé à de nombreux projets collectifs. Privilégiant une vision basque et humaniste, Charritton a toute sa vie analysé les mutations politiques de son pays.

En 2013, Euskaltzaindia publie Le fondement moral des droits culturels de l´homme, le recueil de plusieurs travaux de Pierre Charritton sur la théologie. En guise d’avant-propos, l’auteur y glisse son autobiographie dont est issu l’extrait suivant. Une anecdote qui souligne ce que sera sa vie : une formation classique, des idées progressistes, des rencontres avec de grands hommes et les tiraillements d’un homme en avance sur son temps.

Avant-propos   Aitzin solas
(…) Quoi qu’il en soit, c’est avec bonheur que j’arrivai au Petit Séminaire d’Ustaritz au moment d’accomplir mes 14 ans, en octobre 1935. Il me semble que je dois beaucoup à tous les professeurs que j’y ai rencontrés. Je devrais remercier particulièrement le supérieur, l’abbé Joseph Garat, de la maison Lorda à Hasparren et l’abbé Pierre Lafitte qui fut mon directeur de conscience et mon maître à penser.  

(…) Dena den, zorionez iritsi nintzen Uztaritzeko Seminario txikian, 14 urte ospatzerakotan, 1935eko urrian. Han aurkitu nituen irakasleei anitz zor diedala iruditzen zait. Eskertu beharko nuke bereziki gainekoa, Joseph Garat abadea, Hazparneko Lorda etxekoa eta Piarres Lafitte Abadea nire kontzientzia zuzendaria eta gogoeta maisua izan dena.

En évoquant le souvenir de Pierre Lafitte, je dois cependant ajouter qu’à cette époque où la guerre civile faisait rage au-delà de la frontière et dont les échos parvenaient jusqu’à nous, le fait d’avoir lu les articles ou les livres de Jacques Maritain, de François Mauriac, de Georges Bernanos, d’Emmanuel Mounier ou de Iñaki de Azpiazu, connus grâce à l’abbé Lafitte, nous rendait suspects aux yeux de beaucoup.  

Piarres Lafitte aipatzerakoan, aldiz, gehitu behar dut mugaz haraindian gerra zibila bortitzenean zelarik eta haren oihartzunak gutara heldu zirelarik, Lafitte abadeari esker ezagutu genituen Jacques Maritan, François Mauriac, Georges Bernanos, Emmanuel Mounier, edo Iñaki de Apiazuaren liburu edo artikuluak irakurtzeagatik, susmagarri agertzen ginela anitzentzat.

De bonnes âmes savaient faire parvenir au presbytère d’Hasparren, au point d’inquiéter nos parents, tous les renseignements concernant les brebis égarées : j’avais 16 ans et je venais de prendre la soutane lorsqu’on fi t savoir à mes parents que certainement je devrais quitter le séminaire à cause de mes idées subversives.   Bihotz oneko jendeak jakin izan zuen Hazparneko apezetxera igortzen, nire burasoak kezkatu arte,  ardi galduei buruzko informazio guzia: 16 urte nituen eta sotana berrikitan hartua, nire burasoak abisatu zituztelarik seminarioa segurki utzi beharko nuela, neramatzan ideia subertsiboengatik.
Je ne crois pas avoir jamais rejeté depuis lors ces idées subversives auxquelles l’abbé Lafitte m’aurait initié, bien au contraire. Cependant mon supérieur, le chanoine Garat, ne me parla jamais de cet incident. J’ai appris cependant à cette occasion combien injustement certains chrétiens sont prêts à voir partout des signes de sorcellerie.(…)   Ez zait iruditzen inoiz ez ditudan geroztik baztertu Lafitte abadeak erakutsitako ideia subertsibo horiek, justu alderantziz. Aldiz, nire gainekoak, Garat kalonjeak, ez dit inoiz gertakari hura aipatu. Ikasi dut aldiz kari horietan, zenbat zuzenkontra kristau batzuk sorginkeriaren markak  edonon ikusteko prest diren. (…)
Extrait de l’Avant-propos du fondement moral des droits culturels de l´homme, Euskaltzaindia, 2013    

 

Rassemblement de l’Académie de la langue basque en 1968. Photo : Euskaltzaindia

Bibliographie

La coccinelle, Marie-Jeanne Minaberry, 1961

"Zonbait egun hetan iguzkia zeruan biziago zen, airea bazter guzietan eztiago. Primadera-loreak nasai ari ziren popoinetarik atheratzen, bazter guziak apailatzen zituztela besta arropa batez. Kanpo guzia aphaintzen ari zen egun xoragarri bati buruz: Bazko zonbait egunen buruan zen.

Mari Gorri, bere arropa suzkoan troxaturik, griñaturik zagon. Ba, ixtante Bazko zen eta egun haundi hari buruz, zer karguak ez zituen! Hain zen molde onekoa, mana-errexa, gixakoa, nun denek mezularitzat hautatua baitzuten. Dohain horien gainerat, soinean zuen arropa xoragarria ez zena denen artean ezagut-bide bat? (...)"

 

Marie-Jeanne Minaberry (ou Marijane Minaberri) née à Banca en 1925, s’est éteinte  le 23 février 2017, à l’âge de 90 ans.

Pionnière de l’enseignement en basque (elle a notamment traduit une méthode d’enseignement pour l’association Ikas), de la radio bascophone (Radio Côte Basque, Gure Irratia, Lapurdi irratia…), lexicographe (Grammaire basque pour tous, Dictionnaire basque pour tous...), elle laisse surtout un héritage très important dans le domaine de la littérature jeunesse, que ce soit avec  ses recueils de contes (Mari Gorri, 1961, Sagutxo jakintsua, 1921, Puxka,  2002...), de poésies (Xoria kantari,  1965), ou de saynètes (Itchulingo anderea, 1965, Haur antzerki, 1983...).

Mari Gorri est le poème éponyme de son premier recueil, publié en 1961 par Gure Herria.

 

Mari Gorri   La Coccinelle
Zonbait egun hetan iguzkia zeruan biziago zen, airea bazter guzietan eztiago. Primadera-loreak nasai ari ziren popoinetarik atheratzen, bazter guziak apailatzen zituztela besta arropa batez. Kanpo guzia aphaintzen ari zen egun xoragarri bati buruz: Bazko zonbait egunen buruan zen.  

Depuis quelques jours, le soleil brillait plus fort dans le ciel, l’air environnant était partout plus doux. Les fleurs de printemps sortaient nombreuses de leurs boutons, et décoraient les environs d’un habit de fête. Toute la campagne s’ornait pour un jour enchanteur : dans quelques jours, c’était Pâques.

Mari Gorri, bere arropa suzkoan troxaturik, griñaturik zagon. Ba, ixtante Bazko zen eta egun haundi hari buruz, zer karguak ez zituen! Hain zen molde onekoa, mana-errexa, gixakoa, nun denek mezularitzat hautatua baitzuten. Dohain horien gainerat, soinean zuen arropa xoragarria ez zena denen artean ezagut-bide bat?  

Coccinelle, enveloppée dans sa robe de feu, était inquiète. Oui, c’était bientôt Pâques et que de tâches elle avait à accomplir pour ce grand jour ! Elle était d’une nature si bonne, si docile, si aimable que tout le monde l'avait choisie pour messagère. En plus de ces talents-là, la fabuleuse robe qu’elle revêtait n’était-elle pas  reconnaissable par tous ?

Halere, Mari Gorri triste zagon bere xokoan. Huts haundi bat bazuen, ezin aitortuzkoa: ez zuen orhoitmenik. Nehor ez zen oraino ohartua nahigabe izigarri hortaz, bainan Mari Gorrik bazakien... Sekula, ez sekula, ez zen orhoitzen ahalko Bazko goizean egin behar zituen lan guziez:   Cependant, Coccinelle demeurait triste dans son coin. Elle avait un gros défaut, inavouable : elle n’avait pas de mémoire. Personne n’avait encore remarqué son infortune mais Coccinelle savait… Jamais, mais vraiment jamais elle ne pourrait se souvenir de toutes les tâches qu’elle devait réaliser le matin de Pâques :
— Argi-hasteko lehen xirrinda agertu orduko, behar zuen lapin margolariaren etxerat joan, ikusteko bazkoko arroltzeak zituenetz aphainduak;   — Dès les premières lueurs du jour, elle devait se rendre à la maison du lapin dessinateur pour voir s’il avait décoré les œufs de Pâques ;
— Lore-jergada egileak zertan ziren behar zuen ikusi;   — Elle devait voir où en étaient ceux chargés des gerbes de fleurs ;
— Sagarroia behar zuen iratzar-arazi, bideak behar zituelakotz garbitu;   — Elle devait réveiller le hérisson pour qu’il nettoie les chemins ;
— Errexiñoleten kantu-errepikak behar zituen aditu ikusteko ontsa punduan ziren;   — Elle devait écouter les répétitions  des rossignols pour voir s’ils étaient bien au point ;
— Bide bazterretan egon behar zuten larrautiak, airean burrunban zabiltzan erleak eta bazter guziak usaindatzen zituzten loreak, behar zituen erreguran pasatu;   — Elle devait passer en revue les ruminants censés être au bord des routes, les abeilles vrombissantes, et les fleurs qui embaumaient les environs.
— Xilintxa guziak behar zituen inharrosi, erlasturik bazen ikusteko...   — Elle devait agiter toutes les clochettes pour voir s’il n'y en avait pas d'enrouée…
Sei lan baitezpadakoak. «Jainko ona, nola orhoituko niz denetaz?» zuen bihotza erdiraturik pentsatzen. «Zer egin jakin nahi nuke?»   Six tâches impératives. « Bon Dieu, comment vais-je me rappeler de toutes ? » pensait-elle le cœur brisé. « Comment dois-je faire ? »
Lehen lanaz orhoitzen zen: lapin margolariaren etxerat joaiteaz. Haren nahigabea hain zen haundia eta zabala, nun lapinari bere griña baitzuen salhatu,   Elle se souvenait de la première tâche : aller à la maison du lapin dessinateur. Son désarroi était si grand et si vaste qu’elle  fit part de son inquiétude au lapin,
«Gaixo Mari Gorri, hain pollita! Zendako bada griña hoinbertze? Nik emanen dautzut zure eritasunaren erremedioa.»   « Pauvre Coccinelle, tu es si jolie ! Pourquoi tant de souci ? Moi je te donnerai le remède contre ta maladie. »
Eta bere pentzel finena harturik, busti zuen tinda beltx dirdirant batean eta Mari Gorriren arropa gorri xoragarrian egin zituen sei ttitta beltx pollit. Nola ahantz, gero, bere kargu haundiak?   Et il prit son pinceau le plus fin, il le dans de la peinture noire et brillante et fit six belles taches noires sur le charmant vêtement rouge de la Coccinelle. Comment oublier , désormais, les lourdes charges ?
Geroztik hunat lapina bortxatua izan zen urthe guziez ttitta beltx berri baten egiterat Mari Gorriren bizkar gainean. Ezen, xorien eta loren erresuman hain zuen bere kargua ontsa betetzen, nun urthe guziez lan berri zerbait baitzioten denek egiteko emaiten.   Depuis lors, le lapin était obligé tous les ans de faire une nouvelle petite tache noire sur le dos de Coccinelle. En effet, elle accomplissait si bien ses tâches au royaume des oiseaux et des fleurs que chaque année tout le monde lui donnait un nouveau travail à faire.
Mari Gorri, Marijane Minaberri, Gure Herria, 1961   Mari Gorri, Marijane Minaberri, Gure Herria, 1961

Marijane kanta zan, chanson-hommage du groupe Oskorri extrait de l’album consacré à l’oeuvre de Minaberry: Marijane Kanta zan, Elkar, 1997

Bibliographie

Les loisirs d’un étranger au Pays basque, Wentworth Webster, 1901

Les touristes qui visitent ces contrées pour la première fois sont portés à croire que les Basques et le pays basque ont toujours été tels qu'ils le sont aujourd'hui. Bien au contraire, presque tout y a changé, et jamais les mutations n'ont été plus grandes que dans ces trente dernières années et pendant le second Empire.

L'ancienne autonomie est tout à fait passée, mais l'honnêteté et la fierté qu'elle a engendrées persistent toujours. Beaucoup de vieilles coutumes sont tombées en désuétude, beaucoup ont disparu, de vieux monuments ont été détruits, les routes surtout ont été transformées. (…)

 

Wentworth Webster (1828-1907) était un prêtre anglican né à Uxbridge, mais installé durant 40 ans en Pays basque, entre Biarritz, Saint-Jean-de-Luz et Sare. Passionné par son nouveau pays, il publia un des premiers recueils de contes et légendes basques, et de nombreux ouvrages sur la langue la culture ou les mœurs basques. Vers la fin de sa vie, en 1901, il publie un ouvrage qu’il ne destine qu’à quelques amis proches : Les loisirs d’un étranger en Pays basque.

Il s’agit d’un recueil de ses notes personnelles sur les Basques, la langue, l’archéologie, les pastorales souletines ou l’histoire du Pays basque. La préface présente ses objectifs, et laisse transparaître les regrets d’un vieil homme face aux mutations subies par le pays qui l’avait conquis.

 

Préface   Sarhitza
Je ne fais pas ce recueil des pièces disparates, parce que je leur crois une importance scientifique, mais à cause des grands changements qui sont survenus dans le pays basque et dans les environs.  

Puska desberdinetako bilduma hau ez dut osatzen hauen garrantzia zientifikoan sinesten dudalako, baina herrian eta inguruetan gerta diren aldaketa handiengatik.

Les touristes qui visitent ces contrées pour la première fois sont portés à croire que les Basques et le pays basque ont toujours été tels qu'ils le sont aujourd'hui. Bien au contraire, presque tout y a changé, et jamais les mutations n'ont été plus grandes que dans ces trente dernières années et pendant le second Empire.  

Lurralde hauek lehen aldikoz bisitatzen dituzten turistak Euskaldunak eta Euskal Herria betidanik gaur diren bezala direla sinestera eramanak dira. Alderantziz, kasik dena aldatu da, eta aldaketak ez dira inoiz azken hogeita hamar urteak eta Bigarren Inperioan bezainbat izan.

L'ancienne autonomie est tout à fait passée, mais l'honnêteté et la fierté qu'elle a engendrées persistent toujours. Beaucoup de vieilles coutumes sont tombées en désuétude, beaucoup ont disparu, de vieux monuments ont été détruits, les routes surtout ont été transformées.   Lehengo autonomia  osoki iragana da, baina sortu zituen zintzotasun eta harrotasunek irauten dute. Lehengo usaia andana bat zaharkiturik gelditu dira, anitz desagertu dira, eraikin zahar batzuk desegin dira, bideak bereziki eraldatu dira.
Les feux de saint Jean, comme cérémonie religieuse, sont presque négligés; autrefois, on les allumait devant chaque ferme et devant chaque maison à la campagne, on en faisait le tour avec prière. On n'allume guère à présent le feu au carrefour le plus proche après un décès, et les passants n'y disent plus le Pater et ne jettent plus une pierre sur le tas à côté. Les cérémonies de mariage et d'enterrement ont peu à peu perdu leur couleur locale et sont devenues pareilles à celles du reste de la France.   Donibaneko suak, eliza-ospakizun gisa, kasik bazterrera utziak dira; lehen etxalde eta etxe bakoitzaren aitzinean pizten ziren, haien itzulia otoitzetan egiten zen. Orain heriotza baten ondotik ez da maiz surik pizten bidegurutze hurbilenean, eta iragaileek ez dute gehiago han Pater-ik erraten, eta ez diote harririk ondoko metara botatzen. Ezkontza-ospakizun eta ehorzketak pixkanaka tokiko berezitasuna galdu dute eta Frantziako beste lekuetan bezalakoak bilakatu dira.
Les vieilles danses basques, dont on se vantait autrefois, sont inconnues, sauf dans la Soule. Même les grands jeux de pelote, qui passionnent les Basques, se sont beaucoup modifiés depuis l'invention du chistera, et depuis l'existence d'une école de joueurs professionnels pour des prix d'argent. La maladie des châtaigniers a amené des changements dans le régime de la propriété foncière. On laisse le cidre pour le vin, et les vignes remplacent les vergers.   Euskal dantza zaharrak, lehen goraipatzen zirenak, ezezagunak dira, Xiberoan aparte. Pilota joko handiak ere, Euskaldunen interes handia pizten dutenak, eraldatu dira xistera asmatu denetik, eta diru sarientzat ari diren jokalari profesionalen eskola badenetik. Gaztainondoen eritasunak lur-jabetasun erregimenean aldaketak ekarri ditu. Sagardoa uzten da ardoaren alde, eta mahastiek sagardiak ordezkatzen dituzte.
Mais les plus grandes modifications sont celles occasionnées par les changements et les améliorations des routes et par le chemin de fer. Il n'y a guère une seule route ni un seul chemin dans le pays basque qui n'aient pas été modifiés depuis que je connais le pays. C'est en ne tenant pas compte de ces changements que les touristes se trompent le plus. Ils s'imaginent suivre les traces de César ou de Charlemagne, des pèlerins ou des armées du moyen âge, ou même des troupes de la Révolution ou du premier Empire, lorsqu'ils parcourent une route qui n'existait pas il y a vingt ou trente ans.   Baina kanbiamendu nagusienak bideen aldatze eta hobekuntza eta burdinbideak eragindakoak dira. Euskal Herri osoan  bide edo errepiderik kasik ez da aldatu ez dena herria ezagutzen dudanetik. Aldaketa hauek kontutan ez hartuz da turista gehien enganatzen. Zesar edo Karlomagno edo erdi-aroko bailari edo armaden hatzen gibeletik, edo Iraultzako edo Lehen Inperioko tropen bidetik ibilki dela irudikatzen du, jarraikitzen duen bidea ez zelarik existitzen duela hogei edo hogeita hamar urte.
Les cartes à consulter pour ces événements antiques ne sont pas celles des itinéraires de Joanne et de Bädeker, ni les excellentes cartes publiées dernièrement par le Ministère de l'intérieur. Jusqu'au temps de Charlemagne, il faut avoir recours aux Itinéraires d'Antonin ; pour le moyen âge, il faut étudier les routes des pèlerins et les chemins de Saint-Jacques; pour les guerres de la Révolution et du premier Empire, les cartes de Cassini, autrement on s'expose à s'égarer tout à fait et à faire entièrement fausse route.   Antzinateko gertakari horiendako kontsultatu behar diren mapak ez dira Joanne edo Bädeker-en ibilbideenak, ez eta Barne ministeritzak argitaratutako mapa bikainak. Karlomagnoren garaiak arte, Antonin-en ibilbideak baliatu behar dira; erdi-aroarentzat, beilarien errepide eta Santiagoko bideak; Iraultza eta Lehen Inperioko gerrentzat Cassini-ren mapak, bestela makur ibiltzeko eta osoki bide txarra hartzeko arriskuan jartzen gira.
On peut signaler les mêmes erreurs dans les études sur les monuments et sur l'architecture. Je me suis convaincu, par tout ce que j'ai vu quand je visitais le pays pour la première fois, que l'architecture et la construction romaines avaient été imitées et conservées, surtout pour les ponts et les chaussées, longtemps après le départ des anciens Romains. Mais tous ces ponts sont tombés aujourd'hui, toutes les vieilles routes ont été abandonnées ou remaniées.   Akats berak seinalatzen ahal dira eraikuntza eta arkitekturari buruzko ikerketetan. Segurtamen osoa banuen, herria lehen aldiz bisitatzen nuenean ikusi nuen guziarengatik, erromatar arkitektura eta eraikitzea atxikia eta imitatua izan zela, bereziki zubi eta bideentzat, Erromatarrak luzaz joan eta gero. Baina zubi guzi horiek eroriak dira egun, bide zahar guziak utziak edo birmoldatuak.
De même pour les églises, toutes ou presque toutes ont été restaurées. Les réparations et reconstructions, quelquefois nécessaires, toujours louables à un certain point de vue, n'ont pas toutes été heureuses au point de vue de l'archéologie. J'ai vu le style pur roman, descendant direct et légitime du gallo-romain, changé en une espèce d'arabe bâtard, par l'erreur d'un architecte restaurateur; j'ai lu des descriptions enthousiastes de fenêtres ogivales du XlIIe siècle que j'ai vu construire en plein XIXe siècle. Par conséquent, il est devenu beaucoup plus difficile aujourd'hui de déterminer avec certitude l'âge d'un monument du pays qu'il n'était il y a trente ans.   Elizentzat berdin, denak edo kasik denak zaharberrituak izan dira. Konponketa eta berreraikitzeak, noiztenka beharrezkoak, beti laudagarriak ikuspuntu batetik, ez dira denakegokiak izan, arkeologia aldetik. Ikusi izan dut estilo erromaniko garbi bat, galloromanikoaren ondoko zuzen eta zilegia, arabiar bastart mota batera eraldatua, arkitekto berritzailearen akatsez; XIII. mendeko arku zorrotzeko leihoen deskribapen kartsu batzuk irakurri izan ditut, leiho horiek XIX. mendean eraikitzen ikusi nituelarik. Ondorioz, herriko eraikin baten adina ziurtasun osoz finkatzea duela hogeita hamar urte baino anitzez zailago bilakatu da gaur egun.
La vieille maison basque, cette union remarquable de la maison de pierre avec la maison de bois (produit d'un pays où la pierre et le bois abondaient également) avec les deux pentes du toit toujours inégales, ne se construit plus. Il faut en chercher les rares exemples intacts dans les villages et les endroits écartés   Lehengo euskal etxea, harrizko etxe eta zurezko etxearen bateratze miragarri hori (harria eta zura ugari aurkitzen ziren herri batena), bi alde beti desberdineko teilatukoa, ez da gehiago eraikitzen. Hunkigabeko lagin arraroak herrixka eta leku baztertuetan bilatu behar dira.
Je dis tout ceci pour montrer qu'il ne faut pas toujours se fier au premier Guide ou aux premières impressions de voyage, si on veut posséder une connaissance exacte du pays.   Hori guzia erraten dut erakusteko ez dela beti lehen Gida edo lehen bidaia irudipenari fidatu behar, herriaren ezagutza zuzena ukan nahi badugu.
Les loisirs d’un étranger en Pays basque, Wentworth Webster, 1901   Les loisirs d’un étranger en Pays basque, Wentworth Webster, 1901

Couverture de l’exemplaire de la BnF, disponible dans Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1030513

Bibliographie

Textes choisis