"Quiconque s’interroge sur l’origine et l’histoire de nos répertoires régionaux doit garder présent à l’esprit qu’ils n’ont pas toujours été le moyen d’expression des seuls milieux populaires, et particulièrement paysans, qui nous les ont conservés. Les conditions premières et le processus initial de leur genèse ont pu différer à beaucoup d’égards de ceux qu’il nous est possible de connaître par une enquête directe portant sur un passé proche, dérisoirement limité. (…)"

 

 

Jean-Michel Guilcher (1914-2017) était un éthnologue breton spécialiste des danses populaires.

Son ouvrage intitulé la tradition de danse en Béarn et Pays basque français est une référence pour nombre de chercheurs et de créateurs du Pays basque, à la fois pour la richesse des contenus que pour la méthode d’approche de la question, à la fois précise, rigoureuse et respectueuse.

  • Euskarazko testua ikusi

    Introduction

    A la date où nous pouvons la saisir, la danse traditionnelle, en Pays basque comme en Béarn, a un public presque uniquement populaire, majoritairement rural. Les habitants des villages, avec les artisans, les ouvriers et petits employés de quelques gros bourgs, demeurent les derniers détenteurs d’un moyen d’expression qui en d’autres temps fut partagé par la société locale toute entière. Son abandon par les classes dirigeantes, amorcé dès la fin du XVIIIe siècle, paraît n’avoir été total que dans la seconde moitié du XIXe. Iztueta vieillissant en avait noté les premiers signes en Guipuzcoa, mais A. de Quatrefages, en 1854, parlant des provinces basques d’Espagne, pouvait encore écrire : « … aux réunions de chant, aux soirées dansantes des dimanches et des jours de fête, j’ai vu réunis des nobles titrés, des négociants, et jusqu’à des personnes qui, chez nous, seraient à peine au-dessus des artisans. Des marquis, des comtes, figuraient à la même contredanse avec des tailleurs ou marchands quincaillers, et ce rapprochement paraissait tout simple. »

    Trente ans plus tard de Lagrèze faisait une constatation semblable à Saint-Palais (« J’ai vu les Basques et les Basquaises de toutes les classes danser ensemble… »). Observation confirmée, mais nuancée, par le témoignage d’une vieille habitante de la ville, interrogée en 1927 par F. Vogel : « Il n’y avait pas, en effet, que le vulgaire à fréquenter ces réunions dominicales, on y rencontrait aussi des gens du meilleur monde, non point en spectateurs amusés ou intéressés, mais en acteurs et dansant avec des personnes de leur rang social en un coin des Allées, qui leur était spécialement réservé… ». De son côté Ph. Tissié rapporte en 1900 ce propos désabusé d’un vieux Basque : « Hélas ! Tout s’en va ! La démarcation des classes s’affirme et s’accentue de jour en jour ! (…) les notables de nos villages ne dansent plus avec le peuple ; jadis ils tenaient à honneur d’ouvrir le bal, aujourd’hui c’est presque un déshonneur pour eux ! c’est une fin de race ! »

    Témoignages précieux. Quiconque s’interroge sur l’origine et l’histoire de nos répertoires régionaux doit garder présent à l’esprit qu’ils n’ont pas toujours été le moyen d’expression des seuls milieux populaires, et particulièrement paysans, qui nous les ont conservés. Les conditions premières et le processus initial de leur genèse ont pu différer à beaucoup d’égards de ceux qu’il nous est possible de connaître par une enquête directe portant sur un passé proche, dérisoirement limité. (…)

    Extrait de La tradition de danse en Béarn et Pays basque français, Jean-Michel Guilcher, éditions de la maison des sciences de l’Homme, 1984

  • Voir le texte en français

    Sarrera

    Harrapatzen ahal dugun orduan, dantza tradizionalak, Euskal Herrian Biarnon bezala, publiko herrikoi bat dauka, kasik osoki, eta nagusiki baserrialdekoa. Herrixketako biztanleak, hirixka lodi batzuetako artisau, langile eta enplegatu ttipiekin,  garai batez lekuko gizarte osoak partekatzen zuen adierazpen molde baten azken jabeak gelditzen dira. Buruzagi klasearen uzteak, XVIII. mendean ja abiatua, osoa gerta izan liteke XIX. mende erditsutan. Zaharkiturik, Iztuetak horren lehen seinaleak ikusi zituen Gipuzkoan, baina 1854an, A. de Quatrefages-ek, Espainiako euskal probintziak aipatzerakoan, idazten ahal zuen: “… kanta bileretan, igande eta besta egunetako dantza gaualdietan, ikusi ditut bildurik noble tituludunak, merkatariak eta jende batzuk gure herrian, doi-doietarik artisauen gainean liratekeenak. Markesak, kondeak agertzen ziren jostun edo kinkail saltzaile batzuen kontradantza berean, eta hurbilketa honek oso arrunta ematen zuen.”

    Hogeita hamar urte berantago, Lagrèze-ek ohar bera egiten zuen Donapleun (“Ikusi izan ditut klase guzietako euskal gizon eta emazteak elkarrekin dantzan…”) Baieztatutako behaketa, baina ñabardurekin, herriko biztanle zahar batengandik, 1927an F. Vogel-ek elkarrizketatua: “alabaina ez zen bakarrik arrunkeria igandeko bileretan ibiltzen zena, aurkitzen ziren ere mundu hobereneko jendea, ez baizik ikusle libertitu edo interesatu gisa, baina parte hartzaile gisa eta beren maila sozialeko jendeekin dantzan, Etorbideetako iskina batean, haientzat bereziki atxikia zena…” Bere aldetik Ph. Tissé-k 1900an salatzen zituen euskaldun zahar eta etsitu baten hitzak : “Ondikoz! Dena badoa! Klaseen arteko mugarriztatzea baieztatzen eta azkartzen ari da! (…) Gure herrietako jaunttoek  ez dute gehiago herritarrekin dantzatzen; lehen dantzaldi abiatzeko ohoreari atxikiak ziren, gaur kasik desohore bat liteke! Arraza bukaera bat da!”

    Lekukotasun baliotsuak. Gure eskualdeetako errepertorioen jatorri eta historiaz bere buru galdekatzen duen edonork gogoan atxiki behar du ez direla beti bakarrik maila herrikoien adierazpen moldeak izan, eta bereziki kontserbatu dizkiguten laborari klaseenak. Jatorrizko baldintzek, eta haien sorkuntzarako lehen prozesuek, iragan hurbil eta irrigarriki mugatuta hunkitzen dituzten inkesta zuzenei esker ikasten ahal genukeenaz  anitz alderditarik bestelakoak izan daitezke (…).

    Extrait de La tradition de danse en Béarn et Pays basque français, Jean-Michel Guilcher, éditions de la maison des sciences de l’Homme, 1984

 

Danseurs et musicien lors du carnaval à Ascain, vers 1915, collection du Musée Basque et de l’histoire de Bayonne

Bibliographie

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis