"(…) Il faut distinguer dans le département les Béarnais des Basques; les premiers ont beaucoup d'esprit et de finesse, de l'intelligence, mais ils sont généralement processifs. Les Basques, beaucoup plus simples et plus sobres, sont très-francs, très-hospitaliers, et ils possèdent toutes les vertus des montagnards. (…)

Entre la langue parlée par ces deux races, les différences sont également notables ; l'idiome béarnais est un mélange de celte, de latin et d'espagnol, tandis que le basque est une langue mère qui dérive du phénicien. (…)"

 

 

Jules Verne (1828-1905) est un écrivain français célèbre dans le monde entier pour ses romans d’aventure et sa capacité à faire partager ses mondes imaginaires.

Il n’a pourtant pas écrit que des fictions. Il publie, à partir de 1866, en collaboration avec Théophile-Sébastien Lavallée une Géographie illustrée de la France et de ses colonies.

Il y parle deux fois des Basques et de la langue basque, la première dans l’introduction consacrée à la France, la seconde dans le chapitre consacré aux Basses-Pyrénées.

  • Euskarazko testua ikusi

    La France

    (…) Races. – La nation française est formée principalement d'éléments celtiques ou gaulois auxquels ont été ajoutés d'abord des éléments romains, ensuite des éléments germaniques. On retrouve encore sur quelques points du territoire des débris des éléments primitifs: tels sont les Bas-Bretons d'origine celtique, les Basques d'origine ibérique, les Allemands de la Lorraine et de l'Alsace, et les Flamands de race germanique.

    Sur 38 millions d'habitants, on compte en France 1 million de Bretons, 150 000 Basques, 1 300 000 Allemands, 70 000 Juifs, 7 000 Bohémiens de race hindoue, 200 000 Flamands et 250 000 Italiens de la Corse et de l'arrondissement de Nice.

    Langues. – La langue française est, comme la nation, née des idiomes celtique, romain et germanique. Perfectionnée constamment depuis son origine, et principalement depuis le commencement du dix-septième siècle, elle est devenue la première des langues modernes, celle de la diplomatie et des classes élevées chez tous les peuples; mais si elle est parlée partout, jusqu'en Orient, elle est loin d'être d'un usage général dans toute la France. Six millions de Français parlent environ 30 patois dérivés des deux anciennes langues du moyen âge, la langue d'Oc et la langue d'Oil. Le gascon, le béarnais, le provençal, le languedocien, sont la langue usuelle du peuple au delà de la Loire; le picard, le bourguignon, le champenois ont aussi leur patois particulier, et ce n'est réellement que dans l'île de France, l'Orléanais, la Touraine et le Blaisois, c'est-à-dire l'ancien domaine des ducs de France, où l'on parle le français pur. A ces divers patois, il faut ajouter les langues originales : le celtique dans la Basse-Bretagne, l'ancien ibérique et l'espagnol dans les Pyrénées, l'allemand dans l'Alsace et la Lorraine allemande, le flamand dans le Nord et l'italien en Corse et à Nice. (…)

    Les Basses-Pyrénées

    (…) Superficie. — Population. — La superficie du département des Basses-Pyrénées est de 762 266 hectares, et sa population de 435 486 habitants; ce qui donne environ 57 habitants par kilomètre carré. Cette population s'est accrue de 79 913 habitants depuis le commencement du siècle, et elle a diminué de 1 142 habitants depuis le dernier recensement. Elle comprend 254 000 agriculteurs, 146 000 industriels ou commerçants, 11 000 habitants qui exercent des professions libérales, et 22 000 sans profession.

    Il faut distinguer dans le département les Béarnais des Basques; les premiers ont beaucoup d'esprit et de finesse, de l'intelligence, mais ils sont généralement processifs. Les Basques, beaucoup plus simples et plus sobres, sont très-francs, très-hospitaliers, et ils possèdent toutes les vertus des montagnards.

    Béarnais et Basques fournissent un large contingent à l'émigration, principalement pour l'Amérique du Sud.

    Entre la langue parlée par ces deux races, les différences sont également notables ; l'idiome béarnais est un mélange de celte, de latin et d'espagnol, tandis que le basque est une langue mère qui dérive du phénicien. (…)

    Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies

  • Voir le texte en français

    Frantzia

    (…) Arrazak. – Frantses nazioa nagusiki elementu zeltiko edo galiarrez osatua da, zeinei lehenik erromatar elementu batzuk, eta ondotik germaniar elementu batzuk gehitu zizkien. Elementu primitibo batzuen porroskak aurki daitezke ere lurraldeko puntu zenbaitzuetan: hala nola Behereko-bretoiak jatorriz zeltiarrak, euskaldunak, jatorriz iberiarrak, Lorrena eta Alsaziako alemanak, eta arraza germanikoko flandriarrak.

    Diren 38 milio biztanleetatik, Frantzian 1 milio bretoi, 150 000 euskaldun, 1 300 000 aleman, 70 000 judu, 7 000 hindu arrazako buhame, 200 000 flandriar eta Kortsikako eta Nizako arrondizamenduko 250 00 italiar.

    Hizkuntzak.  – Frantses hizkuntza, nazioa bezala, mintzaira zeltiko, erromatar eta germaniarretik sortu da. Eten gabe hobetua bere jatorritik, eta bereziki hamazazpigarren mende hastapenetik, hizkuntza modernoen arteko lehena bilakatu da, diplomaziarena eta herri guzietako goiko klaseena; baina denetan mintzatua bada, Ekialderaino, Frantzia osoan erabilia izateaz urrun dago. Sei milioi frantsesek 30 bat basa mintzaira baliatzen dituzte, Oc eta Oil Erdi-Aroko lehengo bi hizkuntzetarik eratorriak. Gaskoiera, biarnesa, proventzera, languedocera Loire ibaia haraindiko herritarren usaiako hizkuntzak dira; Pikardiarrek, borgoiarrek eta champagnarrek beren basa mintzaira berezia badaukate ere, eta île-de-France eskualdean, Orleanerrian, Turena eta Blois-ko eskualdean, hots Frantziako Dukeen lehengo domeinuan baizik ez da frantses garbi bat ematen. Basa mintzaira desberdin horiei, gehitu behar zaizkie jatorrizko hizkuntzak: Zeltera Bretaina-Beherean, lehengo iberiera eta espainola Pirinioetan,  alemana Alsazia eta aleman Lorrenan, Flandriara Iparraldean eta Italiera Korsikan eta Nizan.

    Pirinio-Apalak

    (…) Hedadura. – Biztanleria. – Pirinio-Apaletako hedadura 762 266 hektareakoa da, eta biztanleria 435 486 jendekoa; Horiek ematen dute guti gorabehera 57 biztanle kilometro karratuka. Jendetza hori 79 913 biztanlez igo da mende hastapenetik, eta 1 142 biztanlez apaldu da azken erroldatik. 254 000 laborari ditu, 146 000 industrial edo dendari, 11 000 biztanle ofizio liberaletan ari direnak, 22 000 ofiziorik gabekoak.
    Departamenduan bereizi behar dira Biarnesak eta Euskaldunak; lehenek izpiritu eta finezia baita adimendu anitz badaukate, baina gehienetan auzizaleak dira. Euskaldunak, anitzez bakun eta soilagoak, biziki zintzoak dira, biziki abegitsu, eta menditarren bertute guziak badauzkate.

    Biarnes eta euskaldunek emigrazioari kopuru handiak eskaintzen diete, Hego-Amerikarako bereziki.

    Bi arrazek mintzatzen dituzten hizkuntzen artean, desberdintasunak nabari dira ere: Biarnesen hizkuntza zelta, latina eta espainolaren nahasketa bat da, euskaldunena ama-hizkuntza bat da, Fenizieratik eratorria.

 

Vue de Bayonne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies liburutik ateraia. Iturria: Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6567060h/f559

Bibliographie

  • Géographie illustrée de la France et de ses colonies / par Jules Verne, précédée d'une Etude sur la géographie générale de la France / par Théophile Lavallée ; illustrations par Clerget et Riou ; cartes par Constans ; gravées par Sedille, disponibles sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6567060h

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis