"Haltzak ez dü bihotzik,
Ez gaztanberak hezürrik.
Ez nian uste erraiten ziela aitunen semek gezurrik.
Andozeko ibarra,
Ala zer ibar lüzia!
Hiruretan ebaki zaitan armarik gabe bihotza. (...)"

Bereterretxen khantoria
 

Au 15e siècle, entre 1434 et 1449, le comte de Lerin régit le château de Mauléon et ses dépendances. Ils est en conflit ouvert avec la famille Gramont que soutient un certain Bereterretxe. Ce dernier sera assassiné sur ordre du premier.

Près de 600 ans plus tard, le souvenir de la mort de Bereterretxe reste vivant, grâce à une stèle érigée sur les lieux de son assassinat et grâce à une chanson qui pourrait être le plus ancien texte de la tradition orale basque.

  • Voir le texte en français

    Bereterretxen khantoria

    Haltzak ez dü bihotzik,
    Ez gaztanberak hezürrik.
    Ez nian uste erraiten ziela aitunen semek gezurrik.

    Andozeko ibarra,
    Ala zer ibar lüzia!
    Hiruretan ebaki zaitan armarik gabe bihotza.

    Bereterretxek oheti
    Neskatuari eztiki:
    «Abil, eta so egin ezan gizonik denez ageri».

    Neskatuak ber'hala,
    Ikusi zian bezala
    Hiru dozena bazabiltzala borta batetik bestila.

    Bereterretxek leihoti
    Jaun Kuntiari goraintzi:
    Ehun behi bazereitzola, beren zezena ondoti.

    Jaun Kuntiak ber'hala,
    Traidore batek bezala:
    «Bereterrex, haigü bortala: ützüliren hiz berhala».

    «Ama, indazüt atorra
    Mentüraz sekulakoa!
    Bizi denak oroit ükenen dü Bazko gai-erdi ondua!

    Heltü nintzan Ligira,
    Buneta erori lürrera,
    Buneta erori lürrera eta eskurik ezin behera.

    Heltü nintzan Ezpeldoira,
    Han haritx bati esteki,
    Han haritx bati esteki eta bizia zeitan idoki.

    Marisantzen lasterra
    Bost mendietan behera!
    Bi belainez herrestan sartü da Lakarri-Büstanobila.

    «Büstanobi gaztia,
    Ene anaie maitia,
    Hitzaz onik ez balinbada, ene semea joan da».

    «Arreba, hago ixilik!
    Ez otoi egin nigarrik
    Hire semea bizi bada, Mauliala dün joanik.

    Marisantzen lasterra
    Jaun Kuntiaren bortala!
    «Ai, ei, eta, jauna, nun düzie ene seme galanta?»

    Hik bahiena semerik
    Bereterretxez besterik?
    Ezpeldoi altian dün hilik; habil, eraikan bizirik...»

    Ezpeldoiko jenteak,
    Ala sendimentü gabeak!
    Hila hain hüllan üken-eta deüsere ez zakienak!

    Ezpeldoiko alaba
    Margarita deitzen da:
    Bereterretxen odoletik ahürka biltzen ari da.

    Ezpeldoiko bukata,
    Ala bukata ederra!
    Bereterretxen atorretarik hirur dozena ümen da.

    Bereterretxen khantoria, XV. mendea

  • Euskarazko testua ikusi

    La chanson de Bereterretx

    L'aulne n'a pas de moelle
    ni le fromage d'os;
    j'ignorais que le fils de bonne famille disait des mensonges.

    Vallée d'Andoze!
    O quelle longue vallée!
    Trois fois, sans armes, elle m'a fauché le coeur !

    Bereterretxe, du lit,
    à la servante, avec douceur :
    « Va, regarde s'il parait des hommes ! »

    De suite, la servante,
    comme elle le vit,
    que trois douzaines vont et viennent d'une fenêtre à l'autre.

    Bereterretxe, de la fenêtre,
    au seigneur comte le bonjour,
    il lui offre cent vaches avec le taureau à la suite.

    Le seigneur comte aussitôt,
    comme un traître:
    «Bereterretxe, viens à la porte; tu retourneras de suite. »

    « Mère, donnez moi la chemise;
    peut-être celle pour jamais;
    qui vivra se souviendra du lendemain de Pâques ! »

    Quand j’arrivai à Licq
    Mon béret tomba à terre
    Mon béret tomba à terre et je ne pus baisser la main.

    Quand j’arrivai à Ezpeldoi,
    Là-bas je fus attaché à un chêne,
    Là-bas je fus attaché à un chêne, et la vie me fut prise.

    O la course de Mari Santz,
    à la descente de Bostmendieta
    En se traînant sur ses deux genoux, elle est entrée dans la maison de Buztanobi de Lakarri.

    « Jeune Buztanobi,
    frère bien-aimé,
    s'il n'y a secours de toi, mon fils est perdu ! »

    « Soeur, tais toi,
    je t'en prie, ne pleure pas,
    ton fils, s'il est vivant est sans doute à Mauléon. »

    O, la course de Mari Santz,
    à la porte du seigneur comte!
    « Aïe, aïe, où avez vous mon tendre enfant ? »

    N’avais-tu d’autres fils
    autre que Bereterretxe ?
    Il est aux environs d'Ezpeldoi, mort; va, ramène-le vivant ! »

    Gens d'Ezpeldoi,
    gens sans coeur
    ils avaient un mort si près, et ils n'en savaient rien !

    La fille d’Ezpeldoi
    S’appelle Margarita :
    Elle recueille le sang de Bereterretx à pleine main.

    La lessive d'Ezpeldoi
    ô la belle lessive
    il s'y trouve, dit-on, trois douzaines de chemises de Bereterretxe.

    Traduction d'après Jean Ithurriague - basquepoetry.eus

Voir la chanson interprétée par Jean Mixel Bedaxagar sur Youtube :



 

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis