"(…) Le troisième jour, comme il ne disait rien. Moi qui l’avais connu plus raconteur naguère, je m’approchai de l’homme et je lui dis : « Eh bien. Cette guerre ? »

« Oh ! » dit-il, en levant ses deux petits yeux d’or qui n’avaient si longtemps vu que les Pyrénées, « Oh !... » Et ses yeux avaient des prunelles encor étonnées.

Et comme sur son front la marque du béret commençait d’effacer un peu celle du casque, je supposais déjà qu’il ne me répondrait que du basque ;

Mais il dit, en français : « Oh ! je ne savais pas que la France... c’était tant de choses ! » Puis, grave, Le faucheur se remit à cadencer son pas Dans l’emblave. (

 

Edmond Rostand (1868-1918) auteur de la célèbre pièce Cyrano de Bergerac, et créateur de la villa Arnaga à Cambo a connu la première guerre mondiale durant les dernières années de sa vie.

En 1915, avant le plus gros des combats et les charniers des batailles de tranchée, il écrit Le Vol de la Marseillaise, une ode violente, guerrière et nationaliste qui contraste avec ses écrits précédents.

Au sein de ce recueil de poésie, Le faucheur basque raconte le retour de guerre d’un paysan basque permissionnaire, et – à demi-mot d’un côté, avec exaltation de l’autre – l’émergence d’un nationalisme français dans ces classes paysannes touchées par la guerre.

Le texte ne sera publié qu’en 1919, après la mort de l’auteur.

  • Euskarazko testua ikusi

    Le faucheur basque

    Il fauchait, au soleil, nu tête, demi-nu,
    Et sans avoir parlé de sa belle conduite.
    Car à son champ de blé l’homme était revenu
    Tout de suite.

    Lui qui n’avait jamais rien vu que son courtil,
    Il sortait de l’abîme où l’Avenir s’ébauche...
    Et nous nous demandions : « De quoi se souvient-il
    Quand il fauche? »

    Pendant trois jours entiers sa faulx étincela.
    Il fauchait, demi-nu, taciturne, biblique.
    Avant de repartir sous l’habit bleu de la
    République.

    Le troisième jour, comme il ne disait rien,
    Moi qui l’avais connu plus raconteur naguère,
    Je m’approchai de l’homme et je lui dis : « Eh bien.
    Cette guerre ? »

    « Oh ! » dit-il, en levant ses deux petits yeux d’or
    Qui n’avaient si longtemps vu que les Pyrénées,
    « Oh !... » Et ses yeux avaient des prunelles encor
    Etonnées.

    Et comme sur son front la marque du béret
    Commençait d’effacer un peu celle du casque,
    Je supposais déjà qu’il ne me répondrait
    Que du basque ;

    Mais il dit, en français : « Oh ! je ne savais pas
    Que la France... c’était tant de choses ! » Puis, grave,
    Le faucheur se remit à cadencer son pas
    Dans l’emblave.

    Voilà ce que, du gouffre, il rapporte aux sommets :
    Ce mot ! – Ah ! donne-moi la main, le ciel s’enflamme ! –
    Toi-même, comprends-tu tout ce mot, que je mets
    Dans mon âme ?

    L’as-tu bien tout compris, faucheur ? La faulx ne peut
    Savoir combien de grains contient l’épi qui tombe !
    – Ah ! donne-moi la main, la montagne est d’un bleu
    De palombe ! –

    « Tant de choses ! » Ce mot que tu dis à mi-voix.
    Basque mystérieux qui parles sans sourire,
    Il veut dira les champs, les rivières, les bois ;
    Il veut dire

    – Ah ! donne-moi la main, le soir devient profond !
    Les cités, les vaisseaux, les chariots, les hommes...
    Mais il veut dire aussi d’autres choses qui font
    Que nous sommes,

    Tant de hauts sentiments, ô montagnard, par quoi
    Les âmes sont encor dans nos plaines guidées,
    Et le monde, entr’ouvert maintenant devant toi,
    Des idées !

    Non, tu ne savais pas, captif de ton hameau
    Comme d’autres l’étaient d’une ville ou d’un songe,
    N’ayant rien mesuré qu’à l’aune d’un rameau
    Qui s’allonge,

    N’y voyant pas plus loin que l’auvent de ton toit,
    Content si ton coq chante ou si ta cloche sonne,
    Non, tu ne savais pas que la France... ni toi
    Ni personne

    Ne savait que la France... et même ceux – j’en fus –
    Qui, croyant le savoir, étaient pleins d’espérance,
    Même ceux-là ne savaient pas, ne savaient plus
    Que la France...

    Et l’univers entier, puisque d’elle il doutait,
    – Ah ! donne-moi la main, les bruyères sont roses ! –
    Ne savait pas, faucheur, que la France, c’était
    Tant de choses !

    Edmond Rostand, Le Vol de la Marseillaise, 1919

  • Voir le texte en français

    Euskal segalaria

    Epaitzen ari zen, eguzkitan, buru-has, erdi biluzik,
    Eta bere jokamolde ederra aipatua izan gabe.
    Bere ogi landara gizona itzuli baitzen
    Segidan.

    Bere baratzea baizik ikusi izan ez zuen hark
    Etorkizuna eraikitzen den galbidetik ateratzen zen...
    Et gure buruari genion: “Zertaz oroitzen da epaitzen
    duenean?”

    Hiru egun osoz bere segak dirdiratu zuen.
    Epaitzen zuen, erdi biluzik, murritz, bibliko.
    Berriro abiatu aitzin Errepublikako
    Jantzi urdinetan.

    Hirugarren egunean, ezer erraten ez zuenez,
    Nik hori baino kontatzaile ezagutu nuelarik lehen,
    Gizonari hurbildu natzaion eta erran nion: “Beraz,
    Gerra hori?”

    “Oh!” erran zuen, hain luzaz Pirinioak baizik
    ikusi ez zituzten urrezko bi begi ttipiak altxatuz,
    “Oh! ...” Eta bere begiek bazauzkaten oraindik begi nini
    Harrituak.

    Eta kopetan zuen kapeluaren markak
    Kaskoarena ezabatzen hasia baitzitzaion,
    Pentsatu nuen erantzunen zitzaidala
    Euskara soilean;

    Baina erran zidan, frantsesez: “Oh! Ez nekien
    Frantzia... hainbat gauza zela!” eta, serios,
    Segalaria bere urratsa neurtzen hasi zen berriro
    Ogi lerroen artean.

    Hona zer, amildegitik, gailurretara dakarren:
    Hitz hori! – Ah! Eskua emadazu, zerua sutan dago! –
    Zuhaurek ulertzen ote duzu hitz hori, ezartzen dudana
    Nire ariman?

    Ongi ulertu ote duzu, segalari? Segak ezin du
    Erortzen den galburuak zenbat bihi badauzkan jakin!
    – Ah! Eskua emadazu, mendia urdina dago
    Urzo kolore! –

    “Hainbat gauza!” boz-erdiz diozun hitz hori
    Irriñorik gabe mintzo ziren euskaldun misteriotsua,
    Erran nahi ditu landak, errekak, oihanak;
    Erran nahi ditu

    – Ah! Eskua emadazu, arratsa sakona bilakatzen ari da!
    Hiriak, ontziak, karroak, gizonak...
    Baina erran nahi ditu ere beste gauza batzuk
    Garena egiten gaituztenak,

    Hainbat goi-sentimentu, o menditarra, zeinei esker
    Arimak gure zelaietan diren oraindik gidatuak,
    Eta, zure aurrean orain erdi irekirik dagoen
    Ideien mundua!

    Ez, ez zenekien, zure herrixkaren gatibu
    Beste batzuk hiri edo amets batenak ziren bezala
    Ez baitzenuen inoiz ezer neurtu luzatzen den
    Aldaxka baten arabera baizik,

    Zure etxeko hegazpea baino urrunago ez baitzenuen ikusten,
    Uros oilarrak kantatzen edo ezkilak jotzen badu,
    Ez, ez zenekien Frantzia... Ez zuk
    Ez nehork

    Ez zekien Frantzia... eta haiek ere ez – horietarik nintzen –
    Bazekitela uste zutenek, esperantzaz beterikoak,
    Horiek ere ez zekiten, ez zekiten gehiago
    Frantzia...

    Eta unibertso osoak, horretaz dudatzen baitzuen,
    – Ah! Eskua emadazu, elarrak arrosak dira! –
    Ez zekien, segalari, Frantzia,
    hainbat gauza zela!

 

Ecoutez le poème déclamé Par Mary Marquet dans sa version de 1926 sur le portail des Bibliothèques municipales spécialisées de Paris : http://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000374881/0001A

 

Accessible également via le site gallica.bnf.fr

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis