"Arratsaldeko bostetan, beraz, maistra bakarrik gelditzen zen bere arbel aurreko mahai luzean, eta nolaz eta oso gaztea baitzen, eta baita auzune hartara heldu berria ere, nahiago izaten zuen eskolan lanean jarraitzea bere etxetto gris eta txurira joatea baino; ez baitzen hura bere benetako etxea, eta mira bilatzen baitzuen haren lau orma artean sartuta, eta baita bakardade haundi bat ere.
Egunak luze egiten zitzaizkion maistrari Albanian, eta gutunak eginez betetzen zituen bere ordu libre gehienak. Eta, batez ere, bere lagunik lagunenari idazten zion: (…)"

Argazkia Basso Cannarsa – atxaga.eus

Bernardo Atxaga (1951, Asteasu), de son vrai nom José Irazu Garmendia est sans conteste l’auteur basque contemporain le plus reconnu. Il écrit de la poésie, du théâtre, des essais, de la littérature jeunesse,  mais surtout des romans, pour lesquels il est régulièrement primé.

Nevadako egunak (Pamiela, 2013 - Prix Euskadi 2014) ou Zazpi etxe Frantzian (Pamiela 2009) ont été traduits dans une dizaine de langues (Séjour au Nevada, Bourgois, 2016, Sept maisons en France, Bourgois, 2011), mais le livre de tous les records, le plus primé, le plus réédité et le plus traduit (47 éditions différentes) reste Obabakoak publié en 1988 aux éditions Erein.

Cette œuvre hybride, parfois roman, parfois recueil de nouvelles, au rythme si particulier est celle qui a révélé l’auteur au monde.

  • Voir le texte en français

    Post tenebras spero lucem

    Obabako auzunerik urrunenak Albania zuen izena, eta ez zeukan ez karreterarik, ez eskolarako etxe berezirik; eta, hala, beste aukerarik ezean, bertako umeek auzuneko ostatuaren goiko bizitzan ikasten zituzten A B C eta gainerako letra guztiak, eta bai halaber non zeuden Dinamarka eta Pakistan, edota zenbat osatzen zuten berrogeitasei eta hogeitazazpi zenbakiek.

    Hamazazpi neska eta hamabost mutil ziren, denetara hogeitamabi ikasle, eta goizero – ardo eta olio zahagiez betetako ezkaratza zeharkatu ondoren – ilada zuzena gordez eta maistrari jarraituz igotzen zituzten aurrena zortzi, gero hamar, hurrena bost eskilara maila, denetara hogeita hiru maila; eta jada pupitre artean, adinaren arabera banatzen ziren gelan: ttikienak aurreneko bankuetan; azkenekoetan, berriz, Dalmau Carles enziklopediari aurre egin behar izaten zioten hamalau urtetako adolezenteak.

    Arratsaldeko bostetan amaitzen zitzaien iharduna, eta iladarik gorde gabe, baizik eta zalapartan, jaisten zituzten aurrena bost, gero hamar, hurrena zortzi eskilara maila, denetara hogeita hiru maila, eta beren etxeetara jotzen zuten txokolate eta ogiaren bila, edo bestela labaderora edo ermitaren atarira, jostatzera eta libertitzera.

    Arratsaldeko bostetan, beraz, maistra bakarrik gelditzen zen bere arbel aurreko mahai luzean, eta nolaz eta oso gaztea baitzen, eta baita auzune hartara heldu berria ere, nahiago izaten zuen eskolan lanean jarraitzea bere etxetto gris eta txurira joatea baino; ez baitzen hura bere benetako etxea, eta mira bilatzen baitzuen haren lau orma artean sartuta, eta baita bakardade haundi bat ere.

    Egunak luze egiten zitzaizkion maistrari Albanian, eta gutunak eginez betetzen zituen bere ordu libre gehienak. Eta, batez ere, bere lagunik lagunenari idazten zion: (…)

    Obabakoak, Bernardo Atxaga, Erein 1988

  • Euskarazko testua ikusi

    Post tenebras spero lucem

    Le quartier le plus éloigné d'Obaba s'appelait Albania, et il n'avait ni route, ni bâtiment autonome pour l'école ; si bien que, toute autre possibilité étant exclue, les enfants de l'endroit apprenaient l'alphabet et toutes les autres notions – par exemple, où se trouvaient le Danemark et le Pakistan, ou combien faisaient quarante-six plus vingt-sept – dans le vieux salon que l'hôtel du quartier possédait au premier étage.

    A eux tous, ils formaient un groupe de trente-deux élèves, dont dix-sept étaient des filles et quinze des garçons ; et tous les matins – après avoir franchi le porche encombré d'outres d'huile et de vin – ils s'alignaient en file indienne derrière la maîtresse et gravissaient d'abord huit, puis dix, et ensuite cinq degrés de l'escalier pour atteindre enfin – si mon compte est bon – la dernière des vingt-trois marches qu'il y avait en tout. Et une fois arrivés dans la salle de classe improvisée, ils se répartissaient les pupitres en fonction de leur âge, les petits s'asseyant sur les bancs de devant et les adolescents de quatorze ans qui devaient consulter la grande encyclopédie si complète et si difficile de Dalmau Carles se plaçant derrière tout le monde.

    Ils finissaient leur besogne à cinq heures et dévalait – à la débandade et en menant grand tapage – d’abord cinq, puis dix, et ensuite huit degrés de l’escalier, vingt-trois marches en tout, et repartaient chez eux manger le pain au chocolat du goûter, ou alors, allaient jouer et s’amuser au lavoir avec leurs bateaux de liège et leurs flacons de verre.

    Par conséquent, à cinq heures, la maîtresse se retrouvait seule devant le tableau, penchée sur sa longue table ; et comme elle était très jeune et qu’en plus il n’y avait pas longtemps qu’elle était dans ces montagnes, elle préférait rester  à l’école pour corriger les exercices de ses élèves avant de rejoindre la maison grise et blanche qu’on lui avait attribuée à la limite du quartier, car elle ne s’y sentait pas comme chez elle , mais en exil, dans une profonde solitude.

    Les journées à Albania lui paraissaient une éternité, et elle passait la plus grande partie de son temps libre à écrire des lettres. Elle écrivait surtout à l’homme qu’elle appelait, usant de majuscules, Son Meilleur Ami. (…)

    Obabakoak : les gens d’Obaba, Bernardo Atxaga, Traduction par André Gabastou d’après une traduction en espagnol, Bourgois 2007

Voir le trailer du film Obaba, le village du lézard vert, de Montxo Armendariz, basé sur le roman d’Atxaga

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis