"(…) Saisissant ce moment, les pêcheurs, de leurs bateaux, lui lancent des tridents auxquels sont attachées des cordes. Le monstre, dès qu'il se sent blessé, entre dans une grande fureur, plonge et va droit aux barques contre lesquelles il frappe avec la queue relevée, et cela avec une telle violence que souvent les barques sont mises en pièces, et les pêcheurs sont obligés de s'enfuir au plutôt en relâchant la corde attachée au trident, lequel reste dans le flanc de la bête et ne peut s'en détacher à cause de son extrémité recourbée.  (…)"

Portrait d’Andrea Navagero par Raphaël, 1516

Andrea Navagero (1483-1529) était un diplomate vénitien, nommé ambassadeur, d’abord à Madrid, puis à Paris. Changeant d’affectation, il traverse donc le Pays basque en 1528 et raconte son voyage dans Il viaggio fatto in Spagna et in Francia qui sera publié à Venise bien après sa mort, en 1563.

Il raconte le Pays basque du début du 16e siècle, sa langue (« On parle castillan à Vitoria, mais on comprend le basque, et dans les villages autour c’est cette dernière langue qu’on parle le plus », « On parle dans le Guipuzcoa et dans la Biscaye la même langue, c’est-à-dire le basque. Il n’y a que des nuances provenant de la plus ou moins grande élégance avec laquelle on le parle. C’est certainement la langue la plus originale et la plus curieuse que j’ai jamais connue ou entendue. Elle est tout à fait à part et n’a pas un mot qui rappelle le castillan ou qui ressemble à aucune autre langue »), les coiffures, les habitudes vestimentaires, le cidre, Saint-Jean-de-Luz et la place forte de Bayonne, mais « le plus curieux » selon lui reste la baleine…

La première traduction française de ce texte a été réalisé par l’irlandais Henry O’Shea (1838-1905) et publié en 1886 à Bayonne sous le titre Bayonne et le Pays basque en 1528.

  • Euskarazko testua ikusi

    La chasse à la baleine

    Mais ce qu'il y a de plus curieux, c'est la baleine, dont on en prend au moins une tous les ans, soit ici [Bayonne], soit à St-Jean-de-Luz. Cette pêche est très dangereuse parce que, pour prendre la baleine, il faut la combattre et dans ces combats on est souvent blessé par suite de la fureur qu'elle met à se défendre.

    Dès qu'on s'aperçoit qu'une baleine se rapproche de terre ce qui a lieu à une certaine époque de l'année et qu'on remarque qu'elle est fatiguée, on lance en mer des barques montées par de nombreux pêcheurs qui d'abord se dirigent au large, puis tournent la proue vers la terre et se mettent à ramer. Or la baleine, comme il arrive avec tous les cétacés, ne peut pas demeurer longtemps sous l'eau, mais monte souvent à la surface de l'eau pour respirer. Saisissant ce moment, les pêcheurs, de leurs bateaux, lui lancent des tridents auxquels sont attachées des cordes. Le monstre, dès qu'il se sent blessé, entre dans une grande fureur, plonge et va droit aux barques contre lesquelles il frappe avec la queue relevée, et cela avec une telle violence que souvent les barques sont mises en pièces, et les pêcheurs sont obligés de s'enfuir au plutôt en relâchant la corde attachée au trident, lequel reste dans le flanc de la bête et ne peut s'en détacher à cause de son extrémité recourbée.

    Le monstre reparaît-il pour respirer de nouveau, vite on lui lance d'autres tridents et cela continue jusqu'à ce que, plusieurs fois blessé, à bout de forces et toujours retenu par de nombreux cordages qui paralysent ses mouvements, il ne puisse plus se défendre. On le ramène alors de plus en plus près de terre, et dès qu'il se trouve dans des eaux peu profondes, les pêcheurs s'enhardissent jusqu'à l'approcher et l'achèvent facilement.

    Après cela, tout heureux de cette capture, ils s'empressent de tirer la bête sur la plage où son poids énorme fait de grands trous qui se voient encore pendant longtemps. Sans plus tarder on découpe la baleine. Une partie se vend fraîche et on assure que c'est de l'excellente viande une autre se sale et de la tête, qui contient une graisse toute particulière, on extrait plusieurs tonnes d'huile. On dit que la langue est un mets exquis. En somme, on en retire une quantité de viande suffisante pour en expédier dans toutes les parties de la France, ce qui fait que la France tout entière peut manger d'une baleine. Une baleine ne rapporte jamais moins de deux cents ducats.

    On assure, cependant, que celles que l'on pêche ici ne sont pas les plus grandes, car celles-ci ne se laissent guère prendre, mais que ce sont de toutes jeunes, et on m'a raconté comme quoi il arriva une fois qu'une grande baleine étant accourue au secours de son baleineau, qu'on pourchassait, sa fureur fut telle que plusieurs pêcheurs perdirent la vie et que les autres furent contraints d'abandonner leur proie et de s'enfuir au plus vite. Ce doit être un énorme poisson si j'en juge par les fanons qu’on m'a montré à Bayonne et qu'il a plein le corps.

    Extrait de Bayonne et le Pays basque en 1528, texte d’Andrea Navagero, traduction d’Henry O’Shea, 1886

  • Voir le texte en français

    Balea arrantza

    Baina kuriosoena, balea da, zeinetarik bat bederen hartzen den, edo hemen [Baionan], edo Donibane Lohizunen. Arrantza hori biziki lanjerosa da, balea hartzeko, borrokatu behar baita, eta borroka horietan maiz zauritzen da bere burua defendatzeko ezartzen duen suminduraren ondorioz.

    Lehorraz hurbiltzen den balea batez ohartu orduko – urteko garai ezagun batez iragaten da – eta akitua dela ohartzen delarik, uretara bidaltzen dira arrantzale anitzez betetako txalupak, itsas zabalera badoazenak lehenik  , branka lehorrantz itzuli aitzin eta hor arraunka abiatzen dira. Gertatzen da baleak, zetazeo guztiak bezala, ezin duela luzaz urpean egon, baina maiz ur azalera igaiten dela hats hartzeko. Mementoa baliatuz, arrantzaleek, txalupetarik,  sokez lotutako hiruhortzeko arpoiak aurtikitzen dizkiote. Munstroa, zauritua dela sentitzen duelarik, sumindura handian sartzen da, urperatzen da eta txalupetara zuzen badoa eta buztana altxaturik jotzen ditu, maiz txalupak pusketan ezartzen duen bortizkeri batekin , eta arrantzaleak lehenbailehen ihes egitera behartuak dira hiruhortza lotzen duen soka utziz, arpoia aberearen saihetsean gelditzen delarik et nondik ezin den kendu duen punta makurtuagatik.

    Munstroa berriz agertzen den oro hatsa hartzeko, laster!, beste hiruhortzak aurtikitzen dira, eta horrela jarraitzen da baleak, behin baino gehiagotan zauritua, akiduraz ezindua, eta mugimenduak trabatzen dizkioten sokez beti loturik,  bere burua ezin defendatu ahal izan arte. Lehorretik ahal bezain hurbil ekartzen da orduan, eta sakontasun gutxiko uretan gertatzen den orduko, arrantzaleak ausartzen dira hurbildu arte eta errazki hiltzen dute.

    Horren ondotik, harrapaketa horretaz uros, aberea presaka hondartzara tiratzen dute, haren pisu ikaragarriak geroztik luzaz ikusiko diren zuloak eginez. Parte bat freskoa saltzen da, eta diote aukerako haragia dela, beste bat gazitzen da eta gantza zinez berezi bat daukan burutik olio tona batzuk jalgitzen dira. Diote mingaina jaki biziki fina dela. Orora, aski haragi ateratzen zaio Frantziako parte guztietara igortzeko, eta ondorioz Frantzia osoak jaten ahal du balea batez. Balea batek ez du inoiz berrehun ducat baino gutxiago ekartzen.

    Erraten da, aldiz, hemen arrantzatzen direnak ez direla handienak, horiek ez baitute beren burua hain erraz harrapatzen uzten, baina biziki gazteak direla, eta kontatu didate nolaz behin balea handi batek, ahizatzen zen bere balekumea sokorritzera lasterka etorririk, sumindura halakoa izan zuen non baleazale andana batek bizia galdu zuen eta bestek beren harrapakina utzi behar izan zuten ahal bezain laster ihes egiteko. Arrain biziki handia izan behar da Baionan erakutsi dizkidaten eta gorputz osoan dituen hezurren arabera.

[Cachalot échoué sur la plage de Bidart], Matham, 1598 – Collection Médiathèque de Bayonne http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:57522

Bibliographie

Il Viaggio fatto in Spagna et in Francia dal magnifico M. Andrea Navagiero, fu oratore dell'illustrissimo senato veneto alla Cesarea Maestà di Carlo V, Andrea Navagero, Venise, 1563, disponible sur Gallica

Bayonne et le Pays Basque en 1528 : (extrait du voyage d'un Ambassadeur vénitien en France et en Espagne) / trad. de l'italien (éd. de 1718) par M. H. O'Shea, Bayonne, 1886, disponibe sur Gallica

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis