Bien que considéré comme un simple bourg, Hasparren est plus grand, plus riche, plus peuplé que beaucoup de villes de France et d'Italie. La population, comprise dans son territoire, est de cinq à six mille âmes. La plupart des habitants se livrent à l'agriculture ; ce qui ne les empêche pas de s'adonner en même temps à quelque branche d'industrie, pour accroitre leurs moyens d'existence. Aussi compte-t-on à Hasparren environ douze cents cordonniers, sept à huit cents ouvriers en laine, des corroyeurs, des chocolatiers qui presque tous allient les travaux agricoles à leur industrie particulière. (…)

César Duvoisin, (Ainhoa, 1805 – Bayonne, 1869), frère du capitaine Jean Duvoisin a opté pour une carrière religieuse. Formé au Séminaire de Larresore, dont il prendra plus tard la direction, il sera finalement nommé chanoine de la cathédrale de Bayonne.

Il se distingue par ses travaux d’historiens, avec notamment la Vie de M. Daguerre, fondateur du séminaire de Larresore (Bayonne, 1861), ainsi que par une présentation du Labourd intérieur, d’abord sous forme épistolaire dans Lettres à Polydore, sur Cambo et ses alentours (1852) et réédité ensuite dans une forme plus travaillée (Cambo et ses alentours, Bayonne, 1858)

  • Euskarazko testua ikusi

    Hasparren

    Dès le matin, (…) nous chevauchions gaiement de compagnie sur la route qui conduit à Hasparren. A mesure que nous avancions, mon compagnon ne se lassait pas d'exprimer son admiration à la vue des beautés champêtres qui se déroulaient sans cesse devant nous. A vrai dire, je crois qu'il est difficile de trouver une plus belle campagne que celle que nous avons parcourue jusqu'au bourg de Hasparren. Elle est parsemée, à droite et à gauche de la route, d'une multitude de maisons de laboureurs, toutes bien blanches, toutes de l'aspect le plus propre, et environnées de champs, de vergers, de prairies, de vignes et de bosquets : quelques unes, situées dans de creux vallons, semblent s'y cacher comme dans le fond d'un nid de verdure; mais la plupart, bâties sur le penchant ou au sommet des collines, paraissent comme perchées sur ces hauteurs, tout exprès pour mieux contempler le délicieux paysage qui s'étend autour d'elles.

    Bien que considéré comme un simple bourg, Hasparren est plus grand, plus riche, plus peuplé que beaucoup de villes de France et d'Italie. La population, comprise dans son territoire, est de cinq à six mille âmes. La plupart des habitants se livrent à l'agriculture; ce qui ne les empêche pas de s'adonner en même temps à quelque branche d'industrie, pour accroitre leurs moyens d'existence. Aussi compte-t-on à Hasparren environ douze cents cordonniers, sept à huit cents ouvriers en laine, des corroyeurs, des chocolatiers qui presque tous allient les travaux agricoles à leur industrie particulière. C'est à Hasparren et dans ses environs que se fabriquent les grosses étoffes, connues dans le commerce sous le nom de marrègues; on les expédie pour le nord de la France et la Belgique, où les gens du peuple et surtout les postillons et les voituriers s'en servent pour se garantir du froid et du mauvais temps.

    Nous sommes allés visiter l'église de Hasparren et la fameuse inscription trouvée en 1660 dans les fondements du maître-autel.

    Flamen, item duumvir, quoestor pagique magister, Verus ad Augustum, legato munere functus, Pro novem optinuit populis sejungere Gallos, Urbe redux, Genio pagi hanc dedicat aram.

    « Vérus, grand-prêtre, duumvir, questeur et gouverneur du pays, envoyé vers Auguste, obtint la « séparation de la Novempopulanie du reste des Gaules ; revenu de Rome, il dédie cet autel au Génie du pays. »

    Extrait de Lettre à Polydore, sur Cambo et ses alentours, par M. Y***, 1852

  • Voir le texte en français

    Hazparne

    Goizetik, (...) zaldiz gondoazen alaiki elkarrekin Hazparnera doan bidean. Aitzinatu arau, nire bideko laguna ez zen zuen mirespena adierazteaz aspertzen etengabe begi aurrean genituen landetako edertasunen parean. Egia erran, uste duta zaila izan behar dela Hazparneko herria arte zeharkatu ditugun kanpaina baino ederragorik aurkitzea. Berduratua da, eskuin eta ezker, laborari etxalde andanaz, denak oso zuriak, denak itxura garbienetarikoak, eta soroz, sagardiz, pentzez, mahastiz eta oihanttoz inguraturik: horietarik zenbait, ibarxken zuloetan kokaturik, ezkutaturik dirudite, berdurazko ohantze batean bezala; baina gehienak, muinoen mazel edo tonotorretan eraikiak, gainaldeetan pausaturik dirudite, nahitara ezarriak inguruetan zabaltzen den paisaia gozagarria hobeki begiesteko.

    Nahiz eta hirixka bakuna gisa kontsideratua izan, Hazparne Frantzia edo Italiako hiri anitz baino handiagoa, aberatsagoa eta jendeztatua da. Biztanlegoa, lurraldea kontutan harturik, bost edo sei mila arimetakoa da. Biztanleen gehiengoa laborantzan ari da; baina garia berean industria zerbaitetan aritzea ez zaie debekatua, beren bizitzeko ahalak hobetzeko. Horrela kontatzen ahal dira Hazparnen, mila berrehun bat zapatagina, zazpi edo zortzi ehun artile langile, larru prestatzaile, txokolotategile, kasik denek lotzen dituztena laborantza obra batzuk beren industria bereziari. Hazprnen eta inguruetan dira ekoizten estofa lodi horiek, komertzioan "marrègue" izenarekin ezagunak direnak; bidaltzen dira Frantziako iparralde eta Belgikarako, non jendeek, eta bereziki autozainek eta gidariek baliatzen duten hotzaz eta aro txarraz babesteko.

    Hazparneko eliza bisitatzera joan gara, baita ere 1660an aldare-maisu baten zimenduan aurkitutako idakera.

    Flamen, item duumvir, quoestor pagique magister, Verus ad Augustum, legato munere functus, Pro novem optinuit populis sejungere Gallos, Urbe redux, Genio pagi hanc dedicat aram.

    « Apez, bai eta ere magistratu, zerga biltzaile eta pagus buru, Verus, emana izan zitzaion kargua beterik, lortu zuen, bederatzi populuendako, Galiarrengandik bereizketa. Erromako herritik itzultzean, aldare hau herriko jeinuari eskaintzen dio »

     

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis