Egun hartan, eskolako lagun andana Biarritzen elgarretarat bildurik, eskualdun eta mendien bi alderdietarikako erdaldun —notari, mediku, abokat, potikario, ingañadore, eta eskoletxe handi batetako irakasle zenbeit— goxoki bazkalduak ginen denak mahain beraren inguruan, leihoak zabaldurik, itsas hegiari dauden ostatuetarik batean.

Ez, baitezpada, phesta egiteko harat joanik, baizik ere elgar ikusteko.

Eskoletan guti edo aski burua alhatu dutenek ez dakite gehiago phesta zer den: ohartuago gizona, eta beldurtiago duzu jan-edan soberatik kalte har; herabeago ere lagunentzat, hok nakaizturik gaitzi daizkion; elheketa gogoaren erabiltzeak dakolarik oroz gainetik apurtzen aho ala sabeleko gozoa. (..)

Jean Etxepare (1877-1935) est né en Argentine mais à grandi à Mendionde. Formé au séminaire de Larresore, il n’a pas la vocation religieuse et étudie la Médecine à Bordeaux. Il exerce longtemps aux Aldudes, puis à Cambo.

Il collabore très tôt à de nombreux journaux, dont Eskualduna où il publie des opinions souvent en rupture avec le milieu conservateur, rural et religieux qui prédomine.

Il publie une compilation de ces textes dans Buruxkak en 1910, mais en y ajoutant des inédits, dont le texte Amodioa, qui choqua certains de ses contemporains.

  • Voir le texte en français

    Amodioa

    Egun hartan, eskolako lagun andana Biarritzen elgarretarat bildurik, eskualdun eta mendien bi alderdietarikako erdaldun —notari, mediku, abokat, potikario, ingañadore, eta eskoletxe handi batetako irakasle zenbeit— goxoki bazkalduak ginen denak mahain beraren inguruan, leihoak zabaldurik, itsas hegiari dauden ostatuetarik batean.

    Ez, baitezpada, phesta egiteko harat joanik, baizik ere elgar ikusteko.

    Eskoletan guti edo aski burua alhatu dutenek ez dakite gehiago phesta zer den: ohartuago gizona, eta beldurtiago duzu jan-edan soberatik kalte har; herabeago ere lagunentzat, hok nakaizturik gaitzi daizkion; elheketa gogoaren erabiltzeak dakolarik oroz gainetik apurtzen aho ala sabeleko gozoa.

    Bainan zer atsegina elgarretaratze hartan! Zer begitarte arraia batzuek bertzeer! Zer esku tinkatzeak! Ezpainek erran aitzinean, begiek urrunerat salhatzen: «Ba, hemen nuk! Nolaiz? Ehintuan, ez, ahantzia! Badea lan, zien ezkualdian?» eta ondarrik gezurño hau, niniak uste gabetarik klixk ilhuntzen zauzkitzula: «Ehiz izpirik ere zahartzen, mutikoa!»

    Eta gero, jarririk, zer mintzaldi lañoak!... Bihotza ager, zabaldurik, hutsak eta oro aithortzerainokoan; herri ttipiko nahigabe aiherkunde, herra, han iretsi eta pairatu, laido aphalak irakur, hiri handian lehenago iragan egun eder aberatsez artetan orhoituz; jakintsunen asmuak xuriturik ezar, bipildurik, bizitzeak bat bederari eman dautzueken irakaspenekin; Pariseko, Bordaleko, Tolosako xoko maiteetan gogoz elgarrekin berriz ibil, harat-hunat ahalgerik gabe edozer aipha: jastatu duenak baizik ez dezake erran mihiz, adixkideen artekoa baino minagoa baita ezen, eskolako lagunek beren biltzarretan elgarri dematen zorion hori.

    Bazkal ondo ginauden beraz egun hartan, jateko lekutik pipatzekorat aldatuak, hemen alki guri batzuetan jarririk errara; hunek atheraldi, harek zirto, bertzeek irri, itsas haize gaziak xixtaka perekatzen ginintuela.

    Gutarik batek zuen ipizta emana, ziolarik:

    “Badakizieia zer ginduken orai beharrenik orok?”

    Eta denak so baiginaudezkon, harek zartalahara:

    “Urrixa bedera”

    Hoin ausarki mintzo zitzaukuna ofizioz potikarioa zen eta, potikario gehienak bezala, arrunta. (…)

    Buruxkak, Jean Etxepare, 1910

  • Euskarazko testua ikusi

    L'amour

    Ce jour-là, rassemblés à Biarritz entre amis d’école, bascophones et non-bascophones des deux côtés des montagnes – notaires, médecins, avocats, politiciens, ingénieurs et quelques professeurs d’une grande école -  nous avions déjeuné tous ensemble autour de la même table, fenêtres ouvertes, dans un de ces restaurants de front de mer.

    Pas spécialement venus là pour faire la fête, juste pour se voir.

    Ceux qui ont quelque peu nourri leur esprit aux études ne savent plus faire la fête : plus on est conscient et plus on craint les excès de la table, plus on est réservé avec ses amis de peur de leur inspirer ennui ou dégoût, le feu de la conversation nous coupant les plaisirs de la bouche ou du ventre.

    Mais quel plaisir à se retrouver ! Quel visage joyeux s’adressent ces amis ! Quelles poignées de mains ! Avant que les lèvres ne le prononcent, les regards de loin disent : « Oui, je suis là ! Comment vas-tu ? Bien sûr que je ne t’avais pas oublié ! Ca travaille, vers chez toi ? », et ensuite ce petit mensonge, les prunelles involontairement assombries : « Tu ne vieillis pas d’un poil, mon garçon ! »

    Et ensuite, assis, quelles douces conversations ! … Le cœur ouvert, bavard, on est prêt à avouer jusqu’à ses fautes et ses torts ; relater les détestables inimitiés et haines du petit village, subies et endurées, les basses vengeances, tout en rappelant par moments les riches et belles journées passées dans la grande ville ; dévoiler, décortiquer les prétentions des personnalités, et les enseignements que chacun peut tirer de la vie. Se promener à nouveau dans les recoins préférés de Paris, Bordeaux et Toulouse. Parler de tout sans la moindre gêne. Seul celui qui a goûté à cela peut décrire, car c’est plus intime encore qu’entre amis, le bonheur que se procurent les retrouvailles de copains d’école.

    Nous nous attardions donc ce jour-là, après déjeuner, rendus de la salle à manger au fumoir, affalés  dans des fauteuils moelleux ; une plaisanterie par ici, une saillie par là,  les autres riant, pendant qu’une brise salée venait ça et là nous caresser.

    C’est l’un d’entre nous qui alluma le brandon, en demandant :

    « Savez-vous ce qu’il nous faudrait, maintenant ? »

    Et tandis que nous le regardions tous, il lâcha :

    « Une femelle à chacun. »

    Celui qui nous parlait si crûment était pharmacien de profession, et – comme la plupart des pharmaciens –, concret. (…)

Première édition de Buruchkak, distribué depuis le domicile de l'auteur. Collection Koldo Mitxelena Kulturunea

A lire également sur le sujet :

- Jean Casenave, « Le renouvellement de la prose basque a travers Buruchkak (1910) de Jean Etchepare », Lapurdum 3 | 1998.

- Kepa Altonaga, « Etxepare, Aldudeko medikua », Euskaltzaindia, 2006.

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis