Les sorcières basques - 1609, Jules Michelet, 1862

"(…) Jamais les Basques ne furent mieux caractérisés que dans le livre de L’Inconstance. Chez nous, comme en Espagne, leurs privilèges les mettaient quasi en république. Les nôtres ne devaient au roi que de le servir en armes; au premier coup de tambour, ils devaient armer deux mille hommes, sous leurs capitaines basques. Le clergé ne pesait guère; il poursuivait peu les sorciers, l’étant lui-même. Le prêtre dansait, portait l'épée, menait sa maîtresse au sabbat. Cette maîtresse était sa sacristine ou bénédicte, qui arrangeait l'église. Le curé ne se brouillait avec personne, disait à Dieu sa messe blanche le jour, la nuit au Diable la messe noire, et parfois dans la même église (…)"

 

 

Jules Michelet (1798-1874) a longtemps été considéré comme l’un des plus grands historiens français, avant que l’idéalisation et la passion transparaissant dans son œuvre n’en fassent plus que relativiser la qualité scientifique.

En 1862, il publie La sorcière, un recueil de faits et de croyances sur les sorcières de France. Il y consacre un chapitre aux sorcières basques, vues par le prisme des procès de Pierre de Lancre en 1609. Une vision plus romanesque qu’historique.

 

Les sorcières basques, 1609   Euskal sorginak, 1609
(…)Jamais les Basques ne furent mieux caractérisés que dans le livre de L’Inconstance. Chez nous, comme en Espagne, leurs privilèges les mettaient quasi en république. Les nôtres ne devaient au roi que de le servir en armes; au premier coup de tambour, ils devaient armer deux mille hommes, sous leurs capitaines basques. Le clergé ne pesait guère; il poursuivait peu les sorciers, l’étant lui-même. Le prêtre dansait, portait l'épée, menait sa maîtresse au sabbat. Cette maîtresse était sa sacristine ou bénédicte, qui arrangeait l'église. Le curé ne se brouillait avec personne, disait à Dieu sa messe blanche le jour, la nuit au Diable la messe noire, et parfois dans la même église. (Lancre.)  

(…) Inoiz Euskaldunak ez dira L’inconstance liburuan baino hobeki ezaugarrituak. Gure herrian, Espainian bezala, zituzten pribilegioek kasik errepublikan ezartzen zituzten. Gureek erregeari zor zioten gauza bakarra armetan zerbitzatzea zen; danborraren lehen kolpean; bi mila gizon armatu behar zituzten, euskal kapitainen manamenduan. Apezeriak gutxi pisatzen zuen; sorginak gutxi lasterkatzen zituen, bera horrelakoa baitzen ere. Apezak dantzatzen zuen, ezpata gerrian zebilen, eta bere ohaidea akelarrera eramaten zuen. Ohaide hori bere gelaria zegoen edo andere serora, eliza zaintzen zuena. Erretorea ez zen nehorekin samurtzen, Jainkoari bere meza zuria zion egunaz, gauaz meza beltza Deabruari, noiztenka eliza berean. (Lancre)

Les Basques de Bayonne et de Saint-Jean-de-Luz, têtes hasardeuses et excentriques, d'une fabuleuse audace, qui s'en allaient en barque aux mers les plus sauvages harponner la baleine, faisaient nombre de veuves. Ils se jetèrent en masse dans les colonies d'Henri IV, l'empire du Canada, laissant leurs femmes à Dieu ou au Diable. Quant aux enfants, ces marins, fort honnêtes et probes, y auraient songé davantage, s'ils en eussent été sûrs. Mais, au retour de leurs absences, ils calculaient, comptaient les mois, et ne trouvaient jamais leur compte.  

Baiona eta Donibane Lohizuneko euskaldunak, menturazko eta xelebre buruekin,  ausartzia izugarrikoak, bazoazenak barkuz itsaso salbaienetaraino balea arpoiatzera, alargun andana bat egiten zuten. Beren burua nasaiki Henri IV.aren kolonietara, Kanadako inperiora bota zuten, emazteak utziz Jainkoari edo Deabruari. Et haurrak, marinelari horiek, biziki leial eta zintzo, gehiago kontutan hartuko zituzten, haietaz segur izan balira. Baina kanpoko egonaldietatik itzultzean, kalkuluak egiten zituzten, hilabeteak kontatuz, eta beren kontua inoiz ez zuten aurkitzen.

Les femmes, très-jolies, très-hardies, imaginatives, passaient le jour, assises aux cimetières sur les tombes, à jaser du sabbat, en attendant qu'elles y allassent le soir. C'était leur rage et leur furie.   Emazteek, bizki politak, biziki ausartak, irudimen handikoak egunak pasatzen zituzten, hilarrietan jarririk hilerrian, akelarreaz mintzatzen, arratsean harat joan artean. Haien errabia eta amorrua zen hori.
Nature les fait sorcières : ce sont les filles de la mer et de l'illusion. Elles nagent comme des poissons, jouent dans les flots. Leur maître naturel est le Prince de l'air, roi des vents et des rêves, celui qui gonflait la sibylle et lui soufflait l'avenir.   Natura sorgin egiten ditu: itsasoko eta itxurapenaren alabak dira. Arrainak bezala igeri egiten dute, uhinetan jostatuz. Maisu naturaltzat dute aireko Printzea, haize eta ametsen erregea, sibila hanpatzen eta etorkizuna xuxurlatzen ziona.
Leur juge qui les brûle est pourtant charmé d'elles : « Quand on les voit, dit-il, passer, les cheveux au vent et sur les épaules, elles vont, dans cette belle chevelure, si parées et si bien armées, que, le soleil y passant comme à travers une nuée, l'éclat en est violent et forme d'ardents éclairs... De là, la fascination de leurs yeux, dangereux en amour, autant qu'en sortilège. »   Erretzen dituen epaila, alta, haien xarmapean zegoen: “Ikusten direlarik, dio, pasatzen, hileak haizean eta espaldetan, badoaz, beren adats eder horretan, hain apaindu eta armatuak, non, eguzkiak laino bat bezala zeharkatu dituenez, dirdira bortitza den eta tximista goriak sortzen dituen… Hortik, haien begien lilura, lanjerosa amodioetan, sorginkerietan bezain bat.”
Extrait de La sorcière de Jules Michelet, 1862   Jules Michelet-ren La Sorcière-en zati bat, 1862

 

Illustration de La sorcière par Martin van Maële pour l’édition de 1911. Source Wikipédia

 

Bibliographie

Textes choisis