1/ Gauza triste bat publikatzeko kantatzerat naiz abian;
horra zer berri zabaldu zaukun berriki Euskal-herrian:
laguntza faltak berekin duen pairamenaren erdian,
hiru gizonek beren bizia galdu duiela mendian.

2/ Etziren gure arrazakoak mendian galdu direnak,
Jainko Jaunaren bixtan ordea anaiak girade denak;
kolorez beltzak izana gatik, heiek ere ama banak,
bertzek bezala sofriturikan, mundu huntarat emanak.

3/ Afrikatikan hunat zatozin, eginik bide luzea;
ezin jasana zuketen nunbait herriko ezin bertzea;
beren bizia hobetu nahiz, gosez ta hotzez hiltzea;
bas'ihiziek gorenaz dute holako heriotzea!

4/ Diru zuteno laguntzaileak bazituzten ene ustez,
bainan zonbaiten karitatea egiten da diru hutsez;
hartarik kanpo axola guti bertzen arima gorputzez;
gauza horrek nau orroit arazten Judasez eta Jesusez.

5/ Ezin bertzea berekin dauka betitik herri pobreak,
hango jendea tirriatzen du bizi modu bai hobeak;
haren ondotik zabiltzalarik, hil dira dohakabeak ...
Ai! Ezpeleta'n aurten nolako primaderako loreak!

 

Xalbador - Photo : eke.eus

Fernando Aire, dit Xalbador, (Urepel 1920-1976) fut l’un des plus grands improvisateurs basques. Poète lyrique ou sérieux, mélancolique ou engagé, animateur de fêtes de village, ou concourant aux plus grands championnats, le berger d’Urepel était adulé ou détesté sur tout le Pays basque, ne laissant personne indifférent. “Txistuak jo dituzute bainan maite zaituztet orainik.” (Vous m’avez hué, mais je vous aime quand même) avait-il répondu à ceux qui l’avaient sifflé lors de la finale du championnat de 1967.

Nombre de ses vers, qu’ils aient été écrits ou improvisés, lui ont survécu pour entrer dans les anthologies des plus beaux textes basques. “Mendian galdu direneri” fut écrit en 1973, suite à la découverte sur les hauteurs d’Espelette des cadavres de trois immigrés clandestins, abandonnés par des passeurs peu scrupuleux.

Représentatif du style direct et précis de Xalbador, ainsi que de sa nature engagée, humaniste et chrétienne, ce texte a remporté le prix Xenpelar (concours de bertso écrit) en 1974. Le poète l’avait également intégré au recueil Odolaren Mintzoa (Editions Auspoa, 1976) publié le jour même de sa mort.

Le texte complet avec son introduction, rédigée par l’auteur pour le recueil :

Mendian galdu direneri

 

A ceux qui se sont perdus en montagne

Ezpeleta'ko mendietan hatzeman zituzten Frantziarat lanketa zatozin hiru gizon beltzen gorputzak; hotzak eta goseak hilak zituela ezagutua izan zen.

Gertakari horrek gogoetak egin arazi zauzkitan eta pertsuak ezarri nituen hortaz.

Nik, muga bazterrekoa izanik, nor nahik bezain ongi badakit mendiko berri. Gau osoak iragan ditut askotan horietan gaindi. Tokia ezagutzen duenak ere izaiten du hor lanik aski gauaz, aro txarrarekin batez ere.

Ez dut egundaino hauteman gaixtaginik ibili dela gauaz mendian. Gu iduri, behartsu batzu dira beti hor dabiltzanak. Hala ziren Ezpeleta'ko mendietan hilak hatzeman zituzten dohakabeak ere.

Beren ustez hartua zuketen, etxetik ateratzean, gogo zuten lekuraino heltzeko dirurik aski; bainan norbaitek bildu zioketen dena mendiari lotu baino lehen, eta han utziko zituzten, haur sortu berri bat gauazko sedenean, norbaitek bilduko duelako menturan, nork edo nork utzi ohi duen bezala.

Horren egitea edo norbaiten jo buruan eta botatzea dituenen ekentzeko, berdintsu zaut eni.

Eta zer erran gure agintarietaz? Frantzian aski barna sartuz geroz, haizu ziren arrotz horiek egoiterat. Zendako ez bada utz mugan ere pasatzerat eragozpenik gabe?

Bada zonbait holako bitxikeria munduan, nik injustizia deitzen ditutanak. Bainan ixo! Ez ditzagun iratzar lo goxoan daudenak!

Horra direlako pertsuak; hor agertzen ditut ene sendimenduak hobeki.

 

 

Les corps de trois hommes noirs venus chercher du travail en France ont été découverts dans les montagnes d’Espelette. Il fut établi qu’ils étaient morts de faim et de froid.

Cet événement m’avait fait réfléchir, et j’ai écrit des bertso là-dessus.

Habitant près de la frontière, je connais la montagne aussi bien que quiconque. J’y ai passé de nombreuses nuits. Même celui qui connait les lieux peut être en difficulté la nuit, surtout par mauvais temps.

Je n’avais jamais entendu dire que des malfaiteurs parcouraient la montagne de nuit. Ceux qui le font habituellement sont, comme nous, des gens de peu. Et il en allait ainsi des malheureux dont les corps ont été découverts dans les montagnes d’Espelette.

Ils pensaient avoir pris, en sortant de chez eux, suffisamment d’argent pour arriver à destination ; mais quelqu’un les aura dépouillés avant d’aborder la montagne, et les aura laissés là, comme on dépose un nouveau-né dans la fraîcheur nocturne, dans l’espoir qu’un autre s’en occupera.

Faire cela ou frapper quelqu’un à la tête et le jeter pour le dépouiller, cela revient au même pour moi.

Et que dire de nos dirigeants ? Une fois entrés suffisamment loin en France, ces étrangers avaient le droit d’y rester. Et pourquoi ne laisse-t-on pas passer la frontière sans entrave ?

Il y a de telles bizarreries dans le monde, que moi j’appelle injustices. Mais silence ! Ne réveillons pas ceux qui dorment paisiblement.

Parce que c’est cela, les bertso ; c’est par eux que j’exprime le mieux mes sentiments.

1/ Gauza triste bat publikatzeko kantatzerat naiz abian;
horra zer berri zabaldu zaukun berriki Euskal-herrian:
laguntza faltak berekin duen pairamenaren erdian,
hiru gizonek beren bizia galdu duiela mendian.

 

1/ C’est pour publier une triste nouvelle que je vais chanter ;
voici ce que l’on a appris récemment au Pays basque :
dans la souffrance qu’amène l’absence d’aide,
trois hommes sont morts dans la montagne.

2/ Etziren gure arrazakoak mendian galdu direnak,
Jainko Jaunaren bixtan ordea anaiak girade denak;
kolorez beltzak izana gatik, heiek ere ama banak,
bertzek bezala sofriturikan, mundu huntarat emanak.

 

2/ Ceux qui se sont perdus dans la montagne n’étaient pas de notre race,
Mais nous sommes tous frères au regard de Dieu ;
Bien que de couleur noire, ils avaient chacun une mère, qui les avait mis au monde en souffrant comme les autres.

3/ Afrikatikan hunat zatozin, eginik bide luzea;
ezin jasana zuketen nunbait herriko ezin bertzea;
beren bizia hobetu nahiz, gosez ta hotzez hiltzea;
bas'ihiziek gorenaz dute holako heriotzea!

 

3/ Ils venaient ici depuis l’Afrique, ayant fait une longue route ;
L’adversité dans leur pays leur était certainement insupportable ;
Mourir de faim et de froid en espérant améliorer son sort ;
Seuls les animaux sauvages connaissent une telle mort !

4/ Diru zuteno laguntzaileak bazituzten ene ustez,
bainan zonbaiten karitatea egiten da diru hutsez;
hartarik kanpo axola guti bertzen arima gorputzez;
gauza horrek nau orroit arazten Judasez eta Jesusez.

 

4/ Tant qu’ils avaient de l’argent probablement avaient-ils de l’aide,
Mais la charité de certains s’échange contre de l’argent ;
En dehors de cela, ils se soucient peu des autres, corps et âme ;
Ce genre de choses me rappelle Judas et Jésus.

5/ Ezin bertzea berekin dauka betitik herri pobreak,
hango jendea tirriatzen du bizi modu bai hobeak;
haren ondotik zabiltzalarik, hil dira dohakabeak ...
Ai! Ezpeleta'n aurten nolako primaderako loreak!

 

5/ Un pays pauvre engendre depuis toujours la détresse,
ses habitants aspirent à une vie meilleure.
En poursuivant leur rêve, les malheureux sont morts…
Ah ! Quelles fleurs de printemps cette année à Espelette !

6/ Bas'ihiziak gerizatzeko badute lege bipilik;
heietan zonbait ihiztatzeko ez du gizonak pegilik;
eta jendeak norbaiten faltaz mendian goseak hilik ...
Lege horien sustatzaileak gelditu dira ixilik.

 

6/ les animaux sauvages ont pour les protéger des lois solides ;
l’homme n’a pas le droit de chasser certains d’entre eux ;
et des personnes meurent de faim dans la montagne par la faute d’autres…
Ceux qui soutiennent ces lois sont restés silencieux.

7/ Boteretsuak ilargiraino igan zauzkigun orduan,
nehoiz bezanbat injustizia ikusten dugu munduan:
batzu dirutan emokatuak, gako guziak eskuan,
eta bertzeak ogia galdez, biziaren irriskuan.

 

7/ Alors que les puissants sont allés sur la lune,
On voit plus d’injustice que jamais sur terre :
certains couverts d’argent, ayant en main toutes les clefs,
et d’autres quémandant du pain, au risque de leur vie.

8/ Dirua deno gure nagusi, ikusiren da holako:
aberatsentzat atekak zabal, hertsi pobrearendako;
iduritzen zaut, gizona bada erreprotxurik gabeko,
bidea libro behar lukela nahi lekurat joaiteko.

 

8/ Tant que l’argent sera notre maître, nous verrons de telles choses :
Des passages largement ouverts pour les riches, étroits pour les pauvres ;
il me semble que si l’homme est sans reproche,
il devrait être libre d’aller où il souhaite.

9/ Arrotz horiek horrela hiltzen ikusiz gure artean,
nolaz eduki ginezake guk kontzientzia bakean?
Orroit gaitezen, atsalde batez, Galbarioko gainean,
gu guzientzat hil izan zela Jesus kurutze batean.

 

9/ En voyant ces étrangers mourir au milieu de nous
Comment pourrions-nous garder notre conscience en paix ?
Souvenons-nous qu’un après-midi sur le mont du Calvaire,
Jésus était mort pour nous tous sur une croix.

10/ Jesus maitea, otoitzez nago kurutzearen oinetan,
ixuri duzun odol saindua ez dadila debaldetan;
gure lurrean hil zure haurrak harzkitzu, otoi, besotan,
arraza berex eta mugarik ez den erresuma hortan!

 

10/ Cher Jésus, je prie au pied de la croix,
que le sang que tu as versé ne soit pas vain,
prends dans tes bras, s’il te plait, tes enfants morts sur notre terre,
dans ton royaume où il n’y a ni races à part ni frontières.

 

Voir ce texte parmi d’autres « bertsus choisis » sur le site de l’Institut culturel basque.

 

Les publications de Xalbador :

- Odolaren Mintzoa, Editions Auspoa, 1976

- Ezin bertzean, Editions Auspoa, 1969

- Herria gogoan, Editions Auspoa, 1981

Quelques publications sur Xalbador :

- Xalbador pertsularia, Joxe Mari Aranalde Olaondo, Sendoa, 1996

- Mattin eta Xalbador, Antonio Zavala, Auspoa,2006

- Xalbador, par Mixel Itzaina, Elkar, 2014

Documents audiovisuels :

- Xalbador, disque de Xabier Lete , Elkar, 2001

- Xalbador kantatuz, VHS du concert hommage, Aldudarrak bideo, 2001

Pastorale :

- Pastorale Xalbador de Roger Idiart, joué à Laruns les et 25 août 1991

Biographie et bertso de Xalbador dans la base de données Xenpelar :

http://bdb.bertsozale.eus/fr/web/haitzondo/view/94-fernando-aire-xalbador

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis