Izotz-ondoko iguzki,
neguaren parre:
olerkariak noizpait
iri goratzarre.
Emeki duk itxaroz
piztu garai-larre:
udaberri-lamiak
larreon batzarre.

Beetik nator, ibarrak
izoztuta utziaz.
Mendia yaiez dago
urrezko yantziaz.
Aren parrea dadat
irrika biziaz,
gozatua baitu gaur
ezti bereziaz.

Udalenak irria
oi-du zoro ozena;
Udak, aragikoia;
udazkenak, bena;
negu-gau ozkarbien
izotz-ondorena berriz,
bakarra duzu;
denetan emeena!

 

Photo : Indalezio Ojanguren CC-by-sa

Jose Maria Agirre, connu sous le nom de plume de Xabier Lizardi, est né le 18 avril 1896 à Zarautz (Gipuzkoa) et mort en 1933 d’une pneumonie. Aux côtés de Jose Ariztumuo dit  Aitzol, Nikolas Ormaetxea dit Orixeet d’Estepan Urkiaga dit Lauaxeta,il est le fer de lance de la nouvelle vague de poètes basques du début du XXe siècle : une poésie moderne et urbaine (Lizardi est gérant d’une entreprise de métallurgie), politiquement engagée (il est secrétaire du Gipuzkoako Buru Batzarra, l’instance décisionnelle pour la province du Gipuzkoa du Parti Nationaliste basque) et n’hésitant pas à rompre avec les codes de la poésie ou de la langue elle-même.

 Le poème Izotz-ondoko iguzki, extrait du recueil Biotz-begietan publié en 1932, connaît une renaissance avec sa mise en musique par Xabier Lete en 1974, magnifique ode à la nature, mais également un vibrant appel au changement et à la révolte.

 Izotz-ondoko iguzki   Soleil sur la glace
Izotz-ondoko iguzki,
neguaren parre:
olerkariak noizpait
iri goratzarre.
Emeki duk itxaroz
piztu garai-larre:
udaberri-lamiak
larreon batzarre.
  Soleil d’après la gelée,
Rire de l’hiver :
Le poète devait un jour
te rendre hommage.
Tu as doucement illuminé d’espoir
Les pâturages des sommets.
Les fées du printemps
Y sont réunies.
Beetik nator, ibarrak
izoztuta utziaz.
Mendia yaiez dago
urrezko yantziaz.
Aren parrea dadat
irrika biziaz,
gozatua baitu gaur
ezti bereziaz.
  J’arrive d’en bas,
Délaissant les vallées gelées.
La montagne est à la fête
Revêtue d’or.
Je bois son rire
Avec une vive passion,
Car je l’ai adouci aujourd’hui
D’un miel choisi.
Udalenak irria
oi-du zoro ozena;
Udak, aragikoia;
udazkenak, bena;
negu-gau ozkarbien
izotz-ondorena berriz,
bakarra duzu;
denetan emeena!
  Le printemps a un rire
Fou et bruyant ;
L’été, voluptueux ;
L’automne, triste ;
Mais celui qui suit les gelées
Des nuits froides d’hiver
Est unique ;
Le plus ravissant de tous.
Bai-baitator urrundik
Gabonetarako
seme zaarra: bidean
elurpe du oro;
etxeko sutondoan
bixkortu ezkero,
ikus aren ezpainen
parreantxa gozo!
  Il est comme le fils ainé
Revenant de loin pour la veillée de Noël
Il s’est couvert de neige
tout le trajet ;
Mais dès qu’il s’est ravivé
A l’âtre de la maison,
Voyez le doux sourire
Sur ses lèvres !
Bai-baitatza eria
ogean: erio
atzapar itsusia
luzatzen ario:
berbizkunde-berria
maiteak yario:
itzik ezin ta irria
ain eni dagio!
  Il est comme le malade
Dans son lit. La mort
Lui tend déjà
Ses horribles griffes :
Sa bien-aimée
Lui parle de résurrection :
Et lui, ne pouvant parler,
Sourit si tendrement !
Sagasti soilla lotan,
abar makur naaspil;
zelaiek, orbelpean,
ametsetan Orril;
txori gaxoei aztu
gau latzaren urbil;
aizeñoa lillurak
otxanduta dabil.
  La pommeraie dénudée dort,
Recouverte de branches torves ;
Sous les feuilles mortes, les prés,
Rêvent de mai ;
Les pauvres oiseaux oublient
La proximité de la nuit ;
Le vent, fasciné,
Souffle, apaisé.
Aranak mailka daude
gorantza yarriak;
guzien ondarrean
laiño urdin, begiak;
izotz-arnasa, agian,
baititu iguzkiak
zernai tauparazteko
men zoragarriak.
  Les vallées montent
Echelonnées ;
Et au fond de tout
Mes yeux distinguent une brume bleue ;
Le souffle de la glace, sûrement,
Car le soleil dispose
De pouvoirs incroyables
Pour tout faire palpiter
Ezker-alde Orexa,
eskui, Altzo-muño;
non-nai euskel-oiartzun
ortzi-mugaraiño...
Dabesadan, ibarrak
laiñotan daudeño!
Dabesagun, lagunok:
geroak ereiño!
  A ma gauche Orexa,
A droite le mont Altzo
Et partout des échos basques
Jusqu’aux limites du ciel…
Chantons, tant que
Les vallées sont dans la brume !
Chantons, mes amis,
L’avenir nous couronnera !
Aran ta muño gaiñez
Aralar aundia,
euskotarren zaindari
Mikel'en mendia:
koskak elur-dirdaiek
bil ta, dirudia
amets eder mamitu
ortzian geldia.
  Au dessus des vallées et des collines
Le grand Aralar,
La montagne de Saint-Michel
Patron des basques :
Avec ses crêtes entourées
De rayons de neige
Semblant un rêve incarné
Suspendu dans les airs.
Yondone goiaingeru
garaille goitarra,
gure arazo latza
duk bizi-bearra;
artarako, nagusi
dukan Yaun bakarra
ire bidez dotoigu,
damaigun indarra.
  Saint archange
Triomphateur céleste,
Notre âpre tourment
Est de devoir vivre ;
Pour cette raison nous demandons
Par ton intermédiaire
Au Seigneur unique
De nous donner la force.
***   ***
Izotzak estali zun
gure Euskalerria;
mintzo ozenak zabaldu
berbizkun-berria.
ltzal-zokondoetan
lore, izotz-bitxia;
baiña gaiñetaz ari
yauntzen eguzkia.
  Izotzak estali zun
gure Euskalerria;
mintzo ozenak zabaldu
berbizkun-berria.
ltzal-zokondoetan
lore, izotz-bitxia;
baiña gaiñetaz ari
yauntzen eguzkia.
Izotz-ondo. Neguak
parre eme. Gizadi
larria gaillurreruntz,
muñoak mailladi.
Gazte-sail kementsua
goraiño badadi,
izozpetik eguzkik
yare dik Euzkadi!
  Après la gelée. L’hiver
Rit doucement. Une grande foule
Monte vers les sommets
Escaladant les collines.
Quand cette jeunesse vigoureuse
Atteindra les sommets
Le soleil aura libéré Euskadi
De l’emprise de la glace.
1931  

1931

Le massif d’Aralar en 2006 – photo  https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Aralar_desde_el_Txindoki.JPG

Principaux recueils de poèmes de Lizardi :

La version mise en musique par Xabier Lete

Retrouvez une biographie et une courte bibliographie sur Xabier Lizardi dans l’encyclopédie Auñamendi : http://www.euskomedia.org/aunamendi/ee2015

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis