Voilà des eaux azurées, et la chute du crépuscule leur donnait une teinte sombre, et néanmoins les barques, les arbres du rivage s'y miraient en tremblant. La voiture roulait au pas sur le pont de bateaux, et une jeune Espagnole, la cruche de grès passée au bras comme les statues antiques, s'avançait vers nous. C'était là un de ces tendres spectacles qui font sourire d'aise et qu'on hume par tous les pores. Jusqu'à présent j'adore Bayonne et voudrais y vivre ; à l'heure qu'il est je suis assis sur ma malle, à écrire ; la fenêtre est ouverte et j'entends chanter dans la cour de l'hôtel.

 

Exclu du Collège Royal pour avoir chahuté en cours de philosophie, le jeune Gustave Flaubert (1821-1880) doit présenter son baccalauréat en candidat libre. Ses parents l’encouragent par la promesse d’un voyage en cas de réussite. Le choix est payant : le bac est obtenu et la promesse tenue. En 1840, à 19 ans, Flaubert effectue son premier voyage qu’il qualifie « d’initiatique ».

Parti à la découverte des Pyrénées, il entre dans Bayonne le 29 août, et, comme il l’écrit avec tout l’enthousiasme de sa jeunesse  dans l’extrait présenté ici, la ville lui plaît.

Ses notes furent publiées de manière posthume, notamment dans ses Œuvres complètes.

 Bayonne, Biarritz, Le Pays basque, Les Pyrénées   Baiona, Miarritze, Euskal Herria, Pirineoak 
 

(…) De Bordeaux à Bayonne vous passez dans un pays qui est dit les Landes, quoiqu'il soit, sans contredit, bien supérieur au Poitou et à la Guyenne. Vous allez au milieu de pins clairsemés ; çà et là une maison, des attelages de bœufs qui traînent un petit chariot dans lequel est assise une femme couverte d'un large chapeau de paille. A Dax, le bois s'épaissit, et jusqu'à Bayonne la route est charmante. On retrouve plus de fraîcheur et d'herbe ; les petites collines boisées qui se succèdent les unes aux autres annoncent enfin qu'on va voir les montagnes et on les voit enfin se déployer dans le ciel à grandes masses blanches, qui tout à coup saillissent à l'horizon. Je ne sais quel espoir vous prend alors, l'ennui des plaines blanches du Midi vous quitte, il vous semble que le vent de la montagne va souffler jusqu'à vous, et quand vous entrez dans Bayonne, l'enchantement commence.

   (…) Bordaletik Baionara, herri batetik pasatzen zira, Landak deitzen zaiena, eta dena den, kontrakoa ezin erran, Poitou eta Guienari nagusi. Pinu argalen artean ibilki zara ; han-hemenka etxe bat, idi pare batzuk karro ttipi baten tiratzen , non lastozko kapelu handi batez estalitako emazte bat jarrita dagoen. Akizen, basoa loditzen da, eta Baiona arte bidea xarmagarria da. Freskura eta belar gehiago atzematen da; bat bestearen ondotik agertzen diren muino ttipi oihantsuek  jakinarazten dute azkenean mendiak ikusiko ditugula, eta azkenean ikusten ditugu zerurantz hedatzen, bat-batean zerumugan zutitzen diren masa zurien bidez. Ez dakit zein itxaropenak hartzen zaituen orduan, hegoaldeko ordoki zurien enoadurak uzten zaitu, mendiko haizeak zutaraino ufatuko duela iruditzen zaizu, eta Baionan sartzen zirelarik zoratzen hasten zara.
 

Le soleil se couchait quand nous entrâmes dans le quartier des Juifs, hautes maisons, rues serrées, plus d'alignements au moins ! pour être surpris et plus charmé encore quand vous passez l'Adour. Voilà des eaux azurées, et la chute du crépuscule leur donnait une teinte sombre, et néanmoins les barques, les arbres du rivage s'y miraient en tremblant. La voiture roulait au pas sur le pont de bateaux, et une jeune Espagnole, la cruche de grès passée au bras comme les statues antiques, s'avançait vers nous. C'était là un de ces tendres spectacles qui font sourire d'aise et qu'on hume par tous les pores. Jusqu'à présent j'adore Bayonne et voudrais y vivre ; à l'heure qu'il est je suis assis sur ma malle, à écrire ; la fenêtre est ouverte et j'entends chanter dans la cour de l'hôtel.

   

Eguzkia sartzen ari zen Juduen auzora iritsi ginelarik, etxe gorak, karrika tinkatuak, lerrokatzerik ez gehiago, bederen! harritua  eta oraindik xarmatuago izateko Aturri zeharkatzean. Hona ur urdin batzuk, eta ilunabarraren iristeak doinu ilunak ematen zizkien, eta halere txalupak, hegiko zuhaitzak han mirailatzen ziren ikaratuz. Karroza urratsean zihoan ontziko bizkarrean, eta Espainol neska gazte bat, antzinako estatuak bezala gresezko pitxerra besotik, gutaz hurbiltzen zen. Hau zen atseginez irriñoa egin arazten eta xularme guzietarik usnatzen den ikusgarri goxo horietako bat. Orain arte arras gustukoa dut Baiona, eta hemen bizi nahi nuke;  oraingo orduan nire mala gainean jarrita naiz, idazten; leihoa irekia da eta norbait kantuz entzuten dut hotelaren korralean.

 

L'Adour est un beau fleuve qu'il faut voir comme je l'ai vu, quand le soleil couchant assombrit ses flots azurés, que son courant, calme le soir, glisse le long des rives couvertes d'herbes. Aux allées Marines où je me promenais hier après la pluie, l'air était doux, on entendait à deux lieues de là le bruit sourd de la mer sur les roches ; à gauche il y a une prairie verte où paissaient les bœufs.

   Aturri ibai ederra da, ikusi dudan bezala ikusi behar dena, sartzean eguzkiak uhin urdinduak iluntzen dituelarik, arratsean lasai, belarrez estalitako hegien luzaran lerratzen. Marines etorbidean, non ibilki nintzen atzo euriaren ondotik, airea goxoa zen, hemendik bi legotara dagoen itsasoa arroken kontrako azantz maketsa entzuten zen; idiak alhatzen ziren pentze berde bat badago ezkerraldean.
 

On vous parle beaucoup de Biarritz à Bayonne. Les voitures qui vous y conduisent sont remplies de gens du pays. Allègre et gaillarde population descendue de la montagne, leur patois est vif et accentué, compris d'eux seuls, et servant de langue commune aux deux frontières espagnole et française. On y va pour s'y baigner, pour y danser. Bravets est un nom qui fait sourire ici chaque habitant, on m'en avait conté mille choses charmantes que je me promettais de voir et que je n'ai pas vues. (... )

   

Miarritze anitz aipatzen dizute Baionan. Harat eramaten zaituzten karrozak herriko jendez beteak dira. Menditik jautsitako jendalde alai eta lizuna, haien hizkuntza bizia eta azentuduna da, berek baizik uler dezatena, eta hizkuntza amankomuna gisa baliatua frantses eta espainol bi mugetan. Harat goaz bainatzeko, dantzatzeko. Bravets biztanle bakoitza irriarazten duen izena da hemen, mila gauza xarmant kontatu zizkidaten hartaz, ikustea nire buruari hitz ematen nuena, eta ikusi ez ditudanak. (…)

 Œuvres complètes de Gustave Flaubert, 1973    

Œuvres complètes de Gustave Flaubert, 1973

Bayonne. Vue générale prise de la citadelle, vers 1846 – Charles Mozin

Quelques ouvrages sur le voyage de Flaubert au Pays basque :

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis