Maite dugun baten heriotza…
gure arimaren zauri beltza.
Ixil, geldi ohean etzanda,
hor dago gorpu hitz itzalia.
Buruan daukat horren irria
ta ikusten aurpegi bizia.

Zergatik?
Holako min latzak,
ezpata zorrotzak,
Ez daut bihotza puskatu?
Ezin nigar, ezin oihu,
hor nago harri bilakatua.

 

Daniela Albizu (1936-2015) était enseignante. Très engagée en faveur de la langue et de la culture basques, elle a participé à la création de diverses associations culturelles, a présidé Ikas quelques années, et fut la première conseillère municipale abertzale d’Urrugne.

Auteur, elle a écrit de nombreuses histoires souvent à destination des enfants. Poète, elle use d’une plume très engagée et, souvent très noire depuis la mort de sa fille Domena.

Le poème qui suit, extrait du recueil Iturri-aldeko nere leihotik (Maiatz, 2011) a été écrit 16 ans après la mort de celle-ci.

Domena hamasei urteren buruan   Domena seize ans après

Maite dugun baten heriotza…
gure arimaren zauri beltza.
Ixil, geldi ohean etzanda,
hor dago gorpu hitz itzalia.
Buruan daukat horren irria
ta ikusten aurpegi bizia.

 

La mort d’un être aimé…
la blessure noire de notre âme.
Silence, reste couchée sur le lit,
Là repose le corps aux mots éteints.
J’ai son rire en tête
et je vois son visage vivant.

Zergatik?
Holako min latzak,
ezpata zorrotzak,
Ez daut bihotza puskatu?
Ezin nigar, ezin oihu,
hor nago harri bilakatua.
  Pourquoi ?
Cette douleur vive,
Cette épée aiguisée,
Ne me fracasse-t-elle pas le cœur ?
Sans pouvoir pleurer, sans pouvoir crier,
Je suis là, pétrifiée.
Orduan, une labur batean
iduritu zitzaidan
neurri zabal batean
nire arima sartua zela,
Argi goxoa, aire epela,
hitz eder batzu ene gogoan,
lasai sartu ziren bat-batean.
  Alors, durant un bref instant
Il m’a semblé
Que mon âme était entrée
Dans une vaste dimension,
La douce lumière, l’air tiède,
Quelques mots agréables d'un coup
entrèrent tranquillement en moi.
Ene sabelean sortua,
hor zaitut berriz etorria,
Domena, ene maiteñoa,
betetzen didazu, maitea
Ene izaite guzia.
  Née en mon ventre,
Te voici revenue en moi,
Domena, ma bien-aimée,
Tu remplis, ma chère,
Tout mon être.
Urteak heldu, urteak joan,
bihotz minak badoazi eztitzen.
Hala ere tristura artean
etortzen zait arima betetzen.
  Les années viennent, les années vont,
Les douleurs du cœur s’atténuent
Même si la tristesse parfois
Revient emplir mon âme.
Orduan, gogoa arras laxo
uzten dut nire arima joaten
beste mundu horren mugaraino
argi eder hori ikusteko.
  Alors, l’esprit libérées
Je laisse mon âme voguer
Jusqu’aux limites de cet autre monde
voir cette belle lumière.
Iturri-aldeko nere leihotik, Maiatz, 2011   Iturri-aldeko nere leihotik, Maiatz, 2011

Quelques publications de Daniela Albizu

 

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis