Nous autres gens du pays basque, nous avons un accent qui nous fait reconnaître facilement des Espagnols ; en revanche, il n’y en a pas un qui puisse seulement apprendre à dire baï, jaona. Carmen donc n’eut pas de peine à deviner que je venais des provinces. Vous saurez que les bohémiens, monsieur, comme n’étant d’aucun pays, voyageant toujours, parlent toutes les langues, et la plupart sont chez eux en Portugal, en France, dans les provinces, en Catalogne, partout ; même avec les Maures et les Anglais, ils se font entendre. Carmen savait assez bien le basque. — Laguna ene bihotsarena, camarade de mon cœur, me dit-elle tout à coup, êtes-vous du pays ?

 

Prosper Mérimée

Prosper Mérimée (1803-1870) était écrivain, historien et archéologue. Inspecteur général des Monuments historiques, il a entamé la restauration de nombreux monuments célèbres (Notre-Dame de Paris, Carcassonne…). Auteur, il a atteint la postérité, notamment grâce à ses nouvelles.

Ses amitiés avec la comtesse de Montijo (la future impératrice Eugénie) ou Eugène Viollet-le-Duc (l’architecte du château d’Abbadia) l’amèneront à séjourner plusieurs fois en Pays basque auquel il s’attachera.

Cet intérêt transparaît parfois dans son œuvre. Dans sa nouvelle intitulée Carmen, écrite en 1846 et rendue célèbre par l’opéra de Bizet qui en est inspiré, l’un des personnages principaux (le narrateur de l’extrait) est originaire du Pays basque. Un élément que Carmen, empêtrée dans une mauvaise affaire, n’hésitera pas à exploiter…

 

Carmen   Carmen

[…] Nous autres gens du pays basque, nous avons un accent qui nous fait reconnaître facilement des Espagnols ; en revanche, il n’y en a pas un qui puisse seulement apprendre à dire baï, jaona(1). Carmen donc n’eut pas de peine à deviner que je venais des provinces. Vous saurez que les bohémiens, monsieur, comme n’étant d’aucun pays, voyageant toujours, parlent toutes les langues, et la plupart sont chez eux en Portugal, en France, dans les provinces, en Catalogne, partout ; même avec les Maures et les Anglais, ils se font entendre. Carmen savait assez bien le basque. — Laguna ene bihotsarena, camarade de mon coeur, me dit-elle tout à coup, êtes-vous du pays ?

 

[…] Guk, Euskalerriko jendeok, espainiarrek erraz ezagutzen duten azentua dugu; haien artean, ordea, ez da bai jauna(1) esaten ere ikas dezakeenik. Carmenek ez zuen beraz lanik izan probintzietakoa nintzela asmatzeko. Jakingo duzu, jauna, buhameak, inongoa ez direlarik, beti bidaiatzen ibiltzen direla, hizkuntza guztiak hitzegiten dituztela, eta gehientsuenak, etxean bezalaxe daudela dela Portugalen, dela Frantzian, probintzietan, Katalunian edo nonahi; mairu eta ingelesekin ere lortzen dute ulertzea. Carmenek nahiko ondo zekien euskera. - Laguna, ene bihotzarena(2) - esan zidan bapatean-, euskalduna al zara?

Notre langue, monsieur, est si belle, que, lorsque nous l’entendons en pays étranger, cela nous fait tressaillir… […]  

Gure hizkuntza, jauna, hain da ederra nonatzerrian entzuten dugunean, zirrara eragiten digun... […]

- Je suis d’Elizondo, lui répondis-je en basque, fort ému de l’entendre parler ma langue.   - Ni Elizondokoa nauzu -erantzun nion euskeraz, oso hunkitua nere hizkuntzan ari zela entzutean.
- Moi, je suis d’Etchalar, dit-elle. — C’est un pays à quatre heures de chez nous. — J’ai été emmenée par des bohémiens à Séville. Je travaillais à la manufacture pour gagner de quoi retourner en Navarre, près de ma pauvre mère qui n’a que moi pour soutien, et un petit barratcea(2) avec vingt pommiers à cidre. Ah ! si j’étais au pays, devant la montagne blanche ! On m’a insultée parce que je ne suis pas de ce pays de filous, marchands d’oranges pourries ; et ces gueuses se sont mises toutes contre moi, parce que je leur ai dit que tous leurs jacques(3) de Séville, avec leurs couteaux, ne feraient pas peur à un gars de chez nous avec son béret bleu et son maquila. Camarade, mon ami, ne ferez-vous rien pour une payse ?  

-Ni berriz Etxalarkoa(3) -esan zuen berak. (Guretik lau ordutara dagoen herria da). Buhame batzuek ekarri ninduten Sevillara. Dirua biltzeagatik ari nintzen lanean fabrikan, Nafarroara itzuli ahal izateko nere ama gaixoaren ondora, nere babesa besterik ez bait du, eta baratze(4) tipi bat sagardotarako hogei sagarrondorekin! Ai, nere herrian banengo, mendi zuriaren aurrean! Iraindu egin naute azpi-lapurra eta naranja ustel-saltzailea besterik ez duen herri noetakoa ez naizelako; eta emakume mixerable horiek nere kontra jarri dira denak, zergatik eta zera esan diedalako, beren Sevillako jacques guztiek beren labanekin ez lioketela baldurrik sartuko gure herriko mutil txapel urdin, makildun bati. Adiskide, lagun, ez ote duzu ezer egingo zure herriko baten alde?

Elle mentait, monsieur, elle a toujours menti. Je ne sais pas si dans sa vie cette fille-là a jamais dit un mot de vérité ; mais, quand elle parlait, je la croyais : c’était plus fort que moi. Elle estropiait le basque, et je la crus Navarraise ; ses yeux seuls et sa bouche et son teint la disaient bohémienne. J’étais fou, je ne faisais plus attention à rien. Je pensais que, si des Espagnols s’étaient avisés de mal parler du pays, je leur aurais coupé la figure, tout comme elle venait de faire à sa camarade. Bref, j’étais comme un homme ivre ; je commençais à dire des bêtises, j’étais tout près d’en faire. […]  

Gezurretan ari zen, jauna, gezurretan aritu da beti. Ez dakit neska horrek egiazko hitzik esan ote duen bere bizitza osoan; baina hitzegiten zuenean, sinetsi egiten nion: ezin nuen horren kontra egin. Euskera lardaskatzen zuen, eta nafartzat hartu nuen; bai aski ziren bere begiak, bere ahoa eta azala, buhamisa zela jakiteko. Burutik eginda nengoen, ez nintzen ezertaz ohartzeko gauza. Zera pentsatzen nuen, espaniarrak gure herriaz gaizki hitzegitera ausartu izanez gero, nik ere arrailatu egingo niela aurpegia, berak bere kideari bezala arestian. Labur esanda, mozkortuta bezala nengoen; txorakeriak esaten hasia nintzen, eta egiteko zorian ere banengoen. […]

Carmen – Prosper Mérimée, 1846  

Carmen – Prosper Mérimée, 1846

Itzulpena : Asun Garikano - Pamiela, 2005

(1) Oui, monsieur.

(2) Enclos, jardin.

(3) Braves, fanfarons.

 

(1) Jatorrizkoan "baï jaona"

(2) Jatorrizkoan 'Laguna, ene bihotsarena"

(3) Jatorrizkoan "Etchalar"

(4) Jatorrizkoan "barratxea"

Georges Bizet, "Carmen" / d'après une aquarelle de Prosper Mérimée - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8415848g

Quelques ouvrages sur Carmen de Mérimée :

  • Carmen, Prosper Mérimée, 1846 - édition originale sur Gallica
  • Carmen, Prosper Mérimée, traduction d'Asun Garikano, Edition Pamiela, 2005
  • Présentation de l'oeuvre et interview d'Asun Garikano sur le site d'Argia.eus

Quelques ouvrages sur Prosper Mérimée et le Pays basque :

 

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis