Enfin une silhouette bleuâtre se découpa sur le fond pâle du ciel : c'était la chaîne des Pyrénées. Quelques instants après, une ligne d'azur presque invisible, signature de l'Océan, nous annonça que nous étions arrivés.

Bayonne ne tarda pas à nous apparaître sous la forme d'un tas de tuiles écrasées avec un clocher gauche et trapu ; nous ne voulons pas dire de mal de Bayonne, attendu qu'une ville que l'on voit par la pluie est naturellement affreuse. Le port n'était pas très-rempli ; quelques rares bateaux pontés flânaient le long des quais déserts avec un air de nonchalance et de désœuvrement admirable; les arbres qui forment la promenade sont très beaux et modèrent un peu l'austérité de toutes les lignes droites produites par les fortifications et les parapets.

 

Théophile Gautier

Théophile Gautier (1811-1872) rêve d’Espagne, «celle du romancero, des ballades de Victor Hugo, des nouvelles de Mérimée et des contes d’Alfred de Musset». Il partira donc en 1840. Le Pays basque verra donc passer le célèbre poète, romancier et critique d’art qui racontera ses impressions dans un carnet.

Toutefois, l’impatience et l’appréhension de la découverte de l’Espagne («Comment ferez-vous pour parler de l'Espagne quand vous y aurez été ?» lui avait dit son ami Henri Heine) font que cette traversée ne laissera pas à l’auteur un souvenir mémorable.

La pluie, évidemment, n’arrangea pas les choses.

 

 

 

Voyage en Espagne   Bidaia Espainiara

Enfin une silhouette bleuâtre se découpa sur le fond pâle du ciel : c'était la chaîne des Pyrénées. Quelques instants après, une ligne d'azur presque invisible, signature de l'Océan, nous annonça que nous étions arrivés. Bayonne ne tarda pas à nous apparaître sous la forme d'un tas de tuiles écrasées avec un clocher gauche et trapu; nous ne voulons pas dire de mal de Bayonne, attendu qu'une ville que l'on voit par la pluie est naturellement affreuse. Le port n'était pas très-rempli ; quelques rares bateaux pontés flânaient le long des quais déserts avec un air de nonchalance et de désœuvrement admirable; les arbres qui forment la promenade sont très beaux et modèrent un peu l'austérité de toutes les lignes droites produites par les fortifications et les parapets. Quant à l'église, elle est badigeonnée en jaune-serin et en ventre de biche; elle n'a de remarquable qu'une espèce de baldaquin en damas rouge, et quelques tableaux de Lépicié et autres peintres dans le goût de Vanloo. […]

 

Azkenean, itxura urdintsu bat zeruko hondo zurpailean agertu zen: Pirinioetako katea zegoen. Istant batzuen ondotik, doi-doia ageri zen marra urdin batek, Itsasoaren izenpedurak, iritsi ginela abisatu gintuen. Baiona laster agertu zitzaigun teila lehertu meta bat bezala, kanpandorre baldar eta trapala batekin; ez dugu Baionari buruz gaiztakeriarik erran nahi, jakinez euripean ikusten den hiri bat lazgarria dela, jakina. Portua ez zegoen biziki beterik; barku bizkardun bakar batzu kaia hutsen luzeran goxoan ibilki ziren, nagitasun eta alfer itxura miresgarri batekin; pasealekua osatzen duten arbolak biziki ederrak dira, eta eztitzen dute pixka bat harresi eta fortifikazioen marra zuzen guziek sortutako zorroztasuna. Elizari dagokionez, hori-kanariz eta xuri-gorrastaz gisuztatua da; ohargarri dituen gauza bakarrak dira damasa gorrizko baldakin gisako bat, baita Lépicié eta Van Loo-ren moldeko beste tindatzaile batzuen margolanak. […]

La voiture qui conduit à Madrid, part de Bayonne. […] A partir de Bayonne, le pays est extrêmement pittoresque ; la chaîne des Pyrénées se dessine plus nettement, et des montagnes aux belles lignes onduleuses varient l'aspect de l'horizon ; la mer fait de fréquentes apparitions sur la droite de la route ; à chaque coude l'on aperçoit subitement entre deux montagnes ce bleu sombre, doux et profond, coupé çà et là de volutes d'écume plus blanche que la neige dont jamais aucun peintre n'a pu donner l'idée. Je fais ici amende honorable à la mer dont j'avais parlé irrévérencieusement, n'ayant vu que la mer d'Ostende qui n'est autre chose que l'Escaut canalisé, comme le soutenait si spirituellement mon cher ami Frits.   Madrilera garamatzan karrosa Baionatik abiatzen da. […] Baionatik landa, herria biziki ikusi beharrekoa da; Pirinioetako katea garbikiago marrazten da, eta marra izurtu ederreko mendiek zerumugaren itxura aldatzen dute; itsasoa usu agertzen da bidearen eskuinaldean; bihurgune bakoitzean bat-batean bi mendien artean agertzen da urdin ilun hori, goxo eta sakon, han eta hemen hagun kurubila batek moztua, elurra baino zuriagoa eta margolariek inoiz   itxuratu ahal ez dutena. Nire hutsak hemen aitortzen dizkizuet itsasoaz ozarkeriaz aritu bainintzen, ez nuelako Ostendeko itsasoa baizik ikusi, hau Eskalda kanalizatua baizik ez delarik, Frits nire lagun minak hain abilki zion bezala.
Le cadran de l'église d'Urrugne où nous passâmes, portait écrite en lettres noires cette funèbre inscription : Vulnerant, omnes, ultima necat. Oui, tu as raison, cadran mélancolique, toutes tes heures nous blessent avec la pointe acérée de tes aiguilles, et chaque tour de roue nous emporte vers l'inconnu.   Zeharkatu dugun Urruñako elizako erloju leihoak hizki beltzezko idazkun goibel hori zaukan:  Vulnerant, omnes, ultima necat. Bai, arrazoi daukak, erloju melankoniatsu, hire oren bakoitzak zauritzen gaitik hire orratz punta zorrotzekin, eta errota itzuli bakoitzak ezezagunera eramaten gaitik.
Les maisons d'Urrugne et de Saint-Jean-de-Luz, qui n'en est pas très-éloigné, ont une physionomie sanguinaire et barbare, due à la bizarre coutume de peindre en rouge antique ou sang de bœuf les volets, les portes et les poutres qui retiennent les compartiments de maçonnerie. Après Saint-Jean-de-Luz, on trouve Béhobie, qui est le dernier village français. […]   Urruña eta biziki urrun ez den Donibane Lohizuneko etxeek itxura odolzale eta basa dute, kanpoko leiho, ate eta hargintza zatiak atxikitzen dituzten zurak antzinako gorriz edo idi-odol kolorez tindatzeko ohidura bitxiagatik. Donibane Lohizuneren ondotik, Pausu aurkitzen da, hau delarik azken frantses herria.[…]
Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840   Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840
(1) «Elles (sous-entendu les heures) blessent toutes, la dernière tue».   (1)  “[Oren] guziek zauritzen dute, azkenak erailtzen”

 Eglise d'Urrugne

Eglise d’Urrugne et son cadran funèbre – Photo Ad Vitam CC-by-sa  - lien

Bibliographie

 

 

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis