(…) Il fallait des preuves formelles et des témoignages évidents, pour trancher une question si ardue. Gabriel se chargea de les trouver et de les fournir. (…) Sanxi se prit à rire et interpella Arnauld en langue basque.

Arnauld pâlit et ne dit mot.

—Comment? Reprit Gabriel, vous avez passé quatre ans à Saint-Sébastien, et vous ne comprenez pas le patois du pays?

—J'ai oublié, balbutia Arnauld.

Alexandre Dumas (1802-1870)

Dans les deux Diane, Alexandre Dumas raconte les aventures de Gabriel, futur comte de Montgomery de 1551 à 1574.

On y rencontre aussi l’écuyer de Gabriel, un basque dénommé Martin Guerre victime d’une usurpation d’identité : pendant qu’il était à la guerre, un sosie dénommé Arnauld du Thill a pris son nom, ses habitudes, sa maison et sa femme. Lors du procès, rien ni personne ne peut différencier les deux hommes, si ce n’est la ruse de Gabriel.

Inspirée d’un fait réel, cette affaire Martin Guerre continuera après Alexandre Dumas à inspirer les auteurs et les cinéastes (Le retour de Martin Guerre, Daniel Vigne, 1982)

Le procès de Martin Guerre
  Martin Guerren auzia
Martin-Guerre, enveloppé d'un manteau, fut amené tour à tour en face de sa femme, de Carbon-Barreau, de tous ses voisins et parents.  

Martin-Guerre, beroki batez estalia, eraman zuten txandaka bere emaztea, Carbon-Barreau, eta auzo eta senide guzien aitzinera.

Tous le reconnurent. C'était bien son visage, c'était sa tournure. Il n'y avait pas à s'y tromper.   Denek ezagutu zuten. Egiazki haren aurpegia zen, haren itxura. Ezin zen tronpatu.

Mais tous reconnaissaient également Arnauld du Thill, quand on le leur présentait à son tour.

 

Baina denek ezagutzen zuten Arnaud du Thil, haren aldi aurkeztua zitzaielarik.

Ils s'écriaient, ils s'épouvantaient, aucun ne trouva d'indice qui put faire éclater la vérité.   Oihuka ari ziren zuten, ikaratzen ziren, nehork ez  zuen egia agertuko zuen frogarik aurkitu.
Comment la distinguer en effet entre deux Sosies aussi exactement semblables qu'Arnauld du Thill et Martin-Guerre ?   Nola egia hori aurkitu Arnaud du Thil eta Martin-Guerre bezain antzekoak ziren bi dobleren artean?

(…) Il fallait des preuves formelles et des témoignages évidents, pour trancher une question si ardue. Gabriel se chargea de les trouver et de les fournir.

  (…) Froga formalak eta bistako lekukotasunak behar ziren, galdera hain zail hori trenkatzeko. Gabrielek bere gain hartu zuen horien aurkitu eta ekartzea.
D'abord, sur sa demande, le président du tribunal posa de nouveau à Martin et à Arnauld du Thill, interrogés toujours séparément d'ailleurs, cette question :   Lehenik, hark galdaturik, auzitegiko lehendakariak berriro galdetu zien Martin eta Arnaud du Thil-i, beti bereiz galdekatuz, gauza hau:
— Où avez-vous passé votre temps de douze à seize ans ?   - Non iragan duzue denbora hamabi eta hamasei urte artean?
Réponse immédiate des deux accusés pris chacun à part :   Bi akusatuen bat-bateko erantzuna, bakoitza bere aldetik:
— A Saint-Sébastien en Biscaye chez mon cousin Sanxi.   - Donostian, Bizkaian, Sanxi kusiaren etxean.
Sanxi était là, témoin assigné, et certifiait que le fait était exact.   Sanxi hor zegoen, lekuko gisa deitua, eta gertakaria egia zela ziurtatu zuen.
Gabriel s'approcha de lui, et lui dit un mot à l’oreille.   Gabriel hurbildu zitzaion eta hitz bat erran belarrira.
Sanxi se prit à rire et interpella Arnauld en langue basque.   Sanxi irriz abiatu zen eta Arnaud euskaraz galdekatzen hasi zen.
Amauld pâlit et ne dit mot.   Arnaud histu zen eta isildu.
— Comment ? Reprit Gabriel, vous avez passé quatre ans à Saint-Sébastien, et vous ne comprenez pas le patois du pays?   - Nolaz? Segitu zuen Gabrielek, lau urte pasa dituzu Donostian, eta ez duzu herriko euskalkia ulertzen?
— J'ai oublié, balbutia Arnauld.   - Ahantzi dut, murduskatu zuen Arnauld-k.
Martin-Guerre, soumis à cette épreuve à son tour, bavarda en basque pendant un quart d'heure à la grande joie du cousin Sanxi, et la parfaite édification de l'assistance et des juges.   Martin-Guerre, bere aldi proba beraren aurrean ezarririk, oren laurden batez euskaraz kalakan aritu zen Sanxi kusia handizki pozten zuela, eta behari eta epaileak osoki argitzen zituela.
Cette première épreuve, qui commençait à faire luire la vérité dans les esprits, fut bientôt suivie d'une autre, laquelle, pour être renouvelée de l'Odyssée, n'en était pas moins significative.   Lehen proba hori, izpirituetan egia dirdirarazten hasten zuena, beste batek segitu zuen, zein, nahiz eta Odiseatik errepikatua izan, ez zen gutxiago adierazgarria.
Les habitants d'Artigues, de l'âge de Martin-Guerre, se rappelaient encore avec admiration et jalousie son habileté au jeu de paume.   Artigues-eko biztanleak, Martin-Guerre-en adinekoak, miretsirik eta bekaizti oroitzen ziren pilota jokoetan zuen trebeziaz.
Mais, depuis son retour, le faux Martin avait refusé toutes les parties qu'on lui proposait, sous prétexte d'une blessure reçue à la main droite.   Baina, itzuli zenetik, Martin faltsuak eskainiak izan zaizkion partida guziak errefusatuak zituen, esku eskuinean bildutako zauri baten aitzakiaz.
Le véritable Martin-Guerre se fit au contraire un plaisir, en présence des juges, de tenir tête aux plus forts joueurs de paume.   Egiazko Martin-Guerre-ek, aldiz, plazer handi batekin buru egin zien, epaileen bistan, pilotari hoberenei.
Il joua même assis et toujours enveloppé de son manteau.   Jarririk jokatu zuen ere, berokiaz estalia.
Son second ne faisait que lui ramener les balles, qu'il lançait avec une dextérité vraiment merveilleuse.   Trebetasun miresgarri batekin botatzen zituen pilotak, laguntzaileak itzultzen zizkiola baizik.
De ce moment-là, la sympathie publique, si importante dans ces occasions, fut du côté de Martin, c’est-à-dire, chose assez rare ! du côté du bon droit.   Memento horretarik goiti, publikoaren sinpatia, hain garrantzitsua horrelako kasuetan, Martinen alde bihurtu zen, hots, gauza arraroa! eskubidearen alde.
Les deux Diane, Alexandre Dumas, 1846
  Les deux Diane, Alexandre Dumas, 1846
L’Arrest Memorable du Parlement de Tolose, publié en 1561 par Jean de Coras, racontant la chronique de la véritable affaire Martin-Guerre

L’Arrest Memorable du Parlement de Tolose, publié en 1561 par Jean de Coras, racontant la chronique de la véritable affaire Martin-Guerre

 

Bibliographie

 

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis