Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux que nous appelons Gaulois, et qui dans leur langue se nomment Celtes. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les mœurs et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. (…) L'Aquitaine est bornée par la Garonne, les Pyrénées et la partie de l'Océan qui baigne les côtes d'Espagne; elle est située au nord-ouest.

Jules César (-100,-44)  était un général, homme politique et écrivain romain. Très habile stratège, il mena la Guerre des Gaules qui lui permit, en cinq ans, de repousser les frontières de Rome jusqu’à l’Atlantique. Il utilisa cette victoire pour marcher ensuite sur Rome elle-même où il se fera nommer dictateur à vie. Grand communiquant, il appuiera ses victoires politiques ou militaires d’écrits.

Commentarii de Bello Gallico ou Commentaires sur la Guerre des Gaules reste, malgré sa part de subjectivité, un document historique précieux.
Les basques n’y sont pas cités en tant que tels, mais  les Aquitains, qui se distinguent des Gaulois notamment par leur langue que beaucoup de spécialistes considèrent comme un « proto-basque » le sont.

Commentaires sur la guerre des Gaules   Galietako gerren iruzkinak
Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux que nous appelons Gaulois, et qui dans leur langue se nomment Celtes. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les mœurs et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de tous ces peuples (…) La partie habitée par les Gaulois commence au Rhône, et a pour limite la Garonne, l'Océan et le pays des Belges: elle va aussi jusqu'au Rhin du côté des Helvétiens et des Séquanais ; elle est située au nord(1). Le pays des Belges commence à l'extrême frontière de la Gaule  borné par la partie inférieure du cours du Rhin, sa position est au nord-est(1). L'Aquitaine est bornée par la Garonne, les Pyrénées et la partie de l'Océan qui baigne les côtes d'Espagne
elle est située au nord-ouest(1).
 

Galia osoa hiru partetan zatitua da, horietarik batean Belgikarrak bizi direlarik, bestean Akitanierak, hirugarrenean Galiarrak beren hizkuntzan beren buruak Zeltak deitzen dituztenak. Nazio horiek bataz besteaz desberdintzen dira dituzten hizkuntza, ohitura eta legeengatik. Galiarrak Akitanierez bereiziak dira Garonagatik, Belgikarrez Marne eta Senagatik. Belgikarrak dira herri horien artean bihoztunenak (…) Galiarrak bizi diren eremua abiatzen da Rodanon, eta mugatzat ditu Garona, Itsasoa eta Belgikarren herria: badoa ere Rhin ibairaino Helvetiar eta Secuanoen alde; iparraldean kokatzen da(1).  Belgikarren herria Galiarren muturreko mugan abiatzen da Rhin-aren ibilbidearen behereko parteak mugaturik, haren kokagunea Ipar-ekialdean da(1). Akitania Garonak mugatzen du, Pirinioek eta Espainiako bazterrak bustitzen dituen ozeanoaren parteak, Ipar-mendebaldean kokatzen da(1).

(…) A peu près à cette époque, P. Crassus était arrivé dans l'Aquitaine, qui, par son étendue et sa population, fait, comme nous l'avons dit, le tiers de la Gaule. Songeant qu'il aurait à faire la guerre dans les mêmes lieux où, peu d'années auparavant, le lieutenant L. Valérius Préconinus avait été défait et tué, et d'où le proconsul L. Mallius avait été chassé après avoir perdu ses bagages, il crut qu'il ne pouvait déployer trop d'activité et de précautions. Il pourvut aux vivres, rassembla des auxiliaires et de la cavalerie, appela près de lui les plus braves de Toulouse, de Carcassonne, de Narbonne, pays dépendants de la Province romaine, et voisins de l'Aquitaine, et mena son armée sur les terres des Sotiates (…)   Garai hartan inguru, P. Crassus iritsi zen Akitaniara, honek eremuz eta biztanlez jadanik erran dugun bezala Galiaren herena egiten duelarik. Han zenbait urte lehenago L. Valérius Préconius lotinanta desegina eta erailia izana zen, eta L.Mallius prokonsulak puskateria galdu eta ehizatua izana zen. Leku berean gerra egin beharko zuela pentsatuz, ezin zuela aski adorez eta kontuz ibili uste izan zuen. Bizigailuak osatu zituen, laguntzale eta zalditeria bildu zituen, beregana deitu zituen erromatar probintziako menpe eta Akitaniako auzo ziren Tolosako, Carcasonako eta Narbonako herrietako bihoztunenak, eta Sotiaten herrira eraman zuen bere armada (…).

Après avoir reçu les armes et les otages, Crassus marcha sur les terres des Vocates et des Tarusates. Ceux-ci, vivement effrayés d'avoir vu prendre en quelques jours une place également défendue par la nature et par la main de l'homme, s'envoient de toutes parts des députés, forment une ligue, se donnent des otages et rassemblent des troupes. Ils députent aussi vers les États de l'Espagne citérieure, voisine de l'Aquitaine, pour demander des secours et des chefs. Dès qu'ils furent arrivés, ils se mirent en campagne, pleins de confiance en leurs forces.

 

Armak eta bahituak eskuratu ondoan, Crassus Basate eta Tarusateren herriei buruz bide egin zuen. Hauek, naturak baita gizonak zaindu tokia zenbait egunez garaitua ikusita beldurturik, batak besteari alde guzietarik diputatuak igortzen dizkiete, ligak osatzen dituzte, bahituak hartzen dituzte eta tropak biltzen dituzte. Akitaniaren auzo dagoen Hurbileko Espainiako Estatuei ere mezulariak bidaltzen dituzte, laguntza eta buruzagi batzuk eskatzeko. Iritsi orduko, kanpaina abiatu zuten, bere indarren baitan fidantzaz beterik.

(…) Tous les regards étaient fixés sur le champ de bataille : nos troupes forcent l'entrée et pénètrent dans le camp des ennemis, avant que ceux-ci puissent les voir, ou seulement savoir ce qui se passe.  Avertis par les cris qui se font entendre de ce côté, les nôtres pressent l'attaque avec cette ardeur que donne l'espoir de vaincre.  L'ennemi, enveloppé, perd courage, se précipite du haut de ses remparts et cherche son salut dans la fuite. La cavalerie l'atteignit en rase-campagne, en fit  un grand carnage, et ne revint que bien avant dans la nuit. De cinquante mille hommes fournis par l'Aquitaine et le pays des Cantabres, à-peine le quart échappa.   (…) Begirada guziak gudu zelaian finkatuak ziren: gure tropek sarrera bortxatzen dute eta etsaiaren kanpamendura sartzen dira, azken horiek deus ikusi aitzin, edo zer gertatzen den jakin aitzin. Alde horretarik iritsitako oihu batzuek abisaturik, gureek erasoa azkartzen dute irabazteko esperantzak ekartzen duen karrarekin. Etsaia, inguraturik, bihozgabetzen da, bere harresien gainetik botatzen da eta salbamendua ihesaldian bilatzen. Zalditeriak zelaian harrapatzen du eta sarraski handi bat egiten, gauean berant baizik ez itzuliz. Kantabria eta Akitaniak hornitutako berrogeita hamar mila gizonetarik doi-doietarik laurden bat eskapatu zen.
Au bruit de cette victoire, la plus grande partie de l'Aquitaine se rendit à Crassus et envoya d'elle-même des otages. De ce nombre furent les Tarbelliens, les Bigerrions, les Précians, les Vocates, les Tarusates, les Élusates, les Garites, les Ausciens, les Garomniens, les Sibusates et les Cocosates. Quelques états plus éloignés, mais peu nombreux, se fiant sur la saison avancée, ne suivirent pas cet exemple.   Garaipena entzunik, Akitaniako parte handiena Crassus-i errenditu zen eta bahituak bere baitarik igorri zituen; Horien artean baziren Tarbeliar, Bigerrioi, Preciano, Basate, Tarusate, Elusate, Garitak, Auskiar, Garonar, Suburate eta Kokosateak baziren. Beste estatu urrunduagoko batzuk, baina bakanekoak, sasoi aitzinatuan fidatuz, ez zuten horrela jokatu.

César, Commentaires sur la guerre des Gaules, Traduction d’Artaud, Editions Garnier Frères,  1867

(1) Par rapport à Rome

 

 

(1) Erromari konparatuz

La Gaule en 50 av. J.-C. source - https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des_Gaules#/media/File:Gaule_-50.png

 Bibliographie

 

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis