Sur les deux branches du port, la mer a déjà mangé la moitié de la ville. Ce que j'ai entrevu de la ville près du port est singulier. Pas de murs mitoyens. Chaque maison est séparée de la voisine par un espace vide d'un pied ; les incendies doivent être rares. […]

Plusieurs maisons portent la date de leur construction au-dessus de la porte ; l'inscription est sur pierre et les lettres sont saillantes. Je remarque une maison de 1670. Les fenêtres et volets sont en rouge sang de bœuf tirant sur le noir.

 

Henri Beyle, dit Stendhal (1783-1842) est partagé entre sa vocation d’écrivain et son poste de fonctionnaire, qui lui permet de voyager de par le monde, mais pas de choisir ses destinations.

En 1836, il obtient un congé de trois ans qu’il va utiliser pour écrire et découvrir la France au travers de voyages dont il tiendra un compte rendu détaillé dans ses notes.

Le journal de voyage de Bordeaux à Valence est une œuvre posthume, reconstruite d’après ses carnets. On y trouve ses impressions sur Bayonne et sur Saint-Jean-de-Luz.

 

Bayonne   Baiona
« Au levant de la Place d'Armes, tout près de la belle grille qui porte la date de 1834, j'ai remarqué en arrivant ce superbe bâtiment carré, composé d'arcades sur toutes les faces et qui n'en est encore qu'au premier étage. Si, comme un enfant me l'a dit, si c'est une nouvelle Comédie, rien de plus judicieux et de plus joli.  

“Armen plazaren ekialdean, 1834ko data daraman burdin hesiaren ondoan, iristerakoan ohartu naiz gaitzeko eraikuntza karratu horrez, alde guzietan arkuz osatutakoa eta mementoan lehen estaian baizik ez dena. Baldin eta, haur batek erran didan bezala, Komedia berri bat den, ez da ezer ez zentzuzkoagorik eta ederragorik.

S'il y a des voitures dans la ville, chacun pourra donner rendez-vous à sa voiture à une arcade différente et le chargement sera fait en un instant.  

Karrosak baldin badira hirian, bakoitzak arkupe desberdin batean hitz ordua ematen ahalko dio bereari, eta kargatzea istant batez eginen da.

 […] Je ne trouve rien à reprendre à la salle de spectacle de Bayonne, donnant au couchant sur la Place d'Armes et sur l'allée de beaux arbres qui longe l'Adour et la nouvelle grille ; au nord est l'Adour, et, au levant, le quai fort large formant place et par lequel arrivent toutes les voitures. Il est difficile de concevoir une position plus heureuse. Les promenades de Bayonne sont sur les remparts. »   […] Ez dut ezer zuzendu beharrik ikusten Baionako ikusgarri gelan, sartaldean Armen plazara, Aturriren hegiz hegi doan zuhaitz ederreko hiribidea eta burdin hesi berriari ematen duena; Iparrean dago Aturri, eta, sortaldean, kaia biziki zabal batek plaza bat sortzen du eta handik heldu dira karrosa guziak.  Kokagune egokiagorik asmatzeak zaila dirudi. Baionako pasealekuak harresien gainean dira.”
Saint-Jean-de-Luz   Donibane Lohizune
« Sur les deux branches du port, la mer a déjà mangé la moitié de la ville. Ce que j'ai entrevu de la ville près du port est singulier. Pas de murs mitoyens. Chaque maison est séparée de la voisine par un espace vide d'un pied ; les incendies doivent être rares. […]   “Portuko bi adarretan, itsasoak jadanik hiriaren erdia jan du. Portu ondoko hiriaz erdi ikusi dudana arraroa da. Elkarri datxizkien paretarik ez.  Etxe bakoitza bere auzoaz oin bateko arteka huts batez bereizia da; suteak bakan gertatu behar dira […]
Plusieurs maisons portent la date de leur construction au-dessus de la porte ; l'inscription est sur pierre et les lettres sont saillantes. Je remarque une maison de 1670. Les fenêtres et volets sont en rouge sang de bœuf tirant sur le noir. Un singulier petit château qui fait l'angle de la place et contre lequel on passe en allant en Espagne, a des petites tours carrées portées en encorbellement sur les angles à droite et à gauche. Cela est hardi.  

Etxe bat baino gehiagok eraikuntza data atearen gainaldean daramate; idazkuna harrian emana da eta hizkiak jalgitzen dira. 1670eko etxe bat ikusi dut. Arotzi eta leihoak beltzera doan idi-odol kolorekoak dira. Gaztelutxo berezi batek, plazaren angelua egiten duena eta zeinez bazterretik ibiltzen den Espainiara joateko, dorre karratu ttipi batzuk daramatza zurburu gisa, eskuineko eta ezkerreko angeluetan. Hau ausarta da.

Extraits du Le journal de voyage de Bordeaux à Valence en 1838 Stendhal, Ed. Horizons de France, 1927    

La place de Saint-Jean-de-Luz, vers 1850, Blanche Hennebutte-Feillet http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:196954

Bibliographie

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis