"Inesa  Indazubikoa,  horixe  naiz  ni  izatez.  Gure  etxe  atariko  lizar lodienak  baino  urte  gehiago  ditut  gainean  baina,  hala  ere,  oroimena  eta zentzuak  oro,  goizeroko  lehen  argiarekin  esnarazten  ditut  beti. Mahaspasa  zimelena  bezain  zimurra  nago,  bai.  Nire  gorputz  eta aurpegiko  azalak  itsas  mapa  edo  karta  zaharkitua  dirudi,  mila  eskuk erabili  eta  mila  haizek  astindutako  oihal  mehetua  baizik  ez  da  jada, edozein  unetan  kraskatu  eta  hauts  bihur  litekeela  dirudi.  Baina  argi dauzkat  oraindik  ere  adimena  eta  erne  gorputzaren  ahalmen  guztiak. Berarentzat  nahi  lituzke  ni  baino  arras  gazteago  denak  ere,  zerbait baldin  badut  eskertzekoa  beste  ezer  baino  gehiago,  horixe  baita:  osasun ona. (…)"

 

Argazkia: argia.eus CC-by-sa

Hasier Etxeberria, né le 6 avril 1957 à Elgoibar, est décédé à l’âge de 60 ans le 29 mars 2017. Journaliste de profession, et animateur notamment de l’émission littéraire Sautrela, blogueur par passion (zuzeu.eus),  il était aussi écrivain, publiant notamment des romans (Arrainak ura baino, 1999), des pièces de théâtre (Antso erregea, 2004) des livres de cuisine (Sukaliztegi partikularra, 1996) et de la littérature jeunesse.

Inesaren balada, publié en 2002, raconte l’histoire d’une jeune fille au XVIIIe siècle qui rêve de prendre la mer. Une seule solution s’offre à elle : se travestir en garçon et quitter les siens…

Naizena baino ez.   Celle que je suis
(…) Inesa  Indazubikoa,  horixe  naiz  ni  izatez.  Gure  etxe  atariko  lizar lodienak  baino  urte  gehiago  ditut  gainean  baina,  hala  ere,  oroimena  eta zentzuak  oro,  goizeroko  lehen  argiarekin  esnarazten  ditut  beti. Mahaspasa  zimelena  bezain  zimurra  nago,  bai.  Nire  gorputz  eta aurpegiko  azalak  itsas  mapa  edo  karta  zaharkitua  dirudi,  mila  eskuk erabili  eta  mila  haizek  astindutako  oihal  mehetua  baizik  ez  da  jada, edozein  unetan  kraskatu  eta  hauts  bihur  litekeela  dirudi.  Baina  argi dauzkat  oraindik  ere  adimena  eta  erne  gorputzaren  ahalmen  guztiak. Berarentzat  nahi  lituzke  ni  baino  arras  gazteago  denak  ere,  zerbait baldin  badut  eskertzekoa  beste  ezer  baino  gehiago,  horixe  baita:  osasun ona.
 

(…) Pour l’instant, je suis encore Inessa d’Indazubi. Davantage d’années pèsent sur mes épaules que sur le frêne de l’entrée ; et cependant, chaque matin, je réveille ma raison et ma mémoire au premier rayon du soleil. Il est vrai que je suis aussi fripée qu’un raisin de Corinthe, que mon corps et mon visage ne sont plus qu’une vieille carte en relief des fonds de l’océan, manipulée par mille mains, secouée par des vents innombrables, et qui semble risquer de se déchirer et de tomber en poussière d’un moment à l’autre. Flamme vacillante qui ne peut plus grand-chose contre les tempêtes et qui attend, je le crains, son ultime tremblement. Mais mon esprit demeure encore extraordinairement lucide et mon corps est toujours vif. Plus d’un jeune homme les voudrait pour lui, parce que s’il est une seule chose pour laquelle je doive rendre grâce, c’est que j’ai une santé de fer.

Gaur  egunean  ere  neu  izaten  naiz  itsas  mugako  horizontean ontziak  agertzen  ikusten  dituen  lehenengoa:  hara  goleta  bat,  edo bapore  bat,  edo  bi  mastako  bergantin  bat...  Eta  neu  izaten  naiz, halaber,  urrutiko  trumoiaren  orroa  entzuten  duena  inguruko  guztien aurretik.  Neu,  udazkeneko  lehen  kurriloa  iparraldetik  eta  udaberriko lehen  amiamokoa  hegoaldetik  bistaratzen  ikusten  dituena.  Oraindik ere.  

Celle qui s’adresse à vous est encore aujourd’hui la première personne qui aperçoit les navires à l’horizon : observez, là-bas une goélette et, plus loin, un brigantin à deux mâts... vous les voyez ? C’est moi qui pressens encore, et avant qui que ce soit, le rugissement lointain de la tempête. Moi qui découvre le premier vol de grues venant du nord, en automne, moi qui remarque la première cigogne qui remonte du sud, au printemps.

Inesa  Indazubikoa,  bai,  horixe  naiz  ni  izenez  eta  izatez. Zazpigarrena,  zazpi  alabako  gurasoen  etxean.  Onerako  eta  txarrerako, zazpigarrena.  1789  garren  urteko  Santa  Ines  egunean  sortutakoa.  Hala ere,  ez  harritu  baten-baten  ahotan  Inesa  ez  den  beste  izenen  batekin ezagutzen  banauzue  inoiz,  izan  ere,  izenak  eta  izanak  asko  eduki  ditut nik gaurdaino, katuen antzera.   Moi, Inessa d’Indazubi, car c’est ainsi que mon nom et mon lieu de naissance passeront à la postérité, septième fille d’une famille de sept sœurs ; la septième, pour le meilleur et pour le pire, née le jour de la sainte Inès de l’an de grâce 1789. Mais que personne ne soit surpris de me voir répondre à l’appel d’un autre nom, car à ce jour, mes diverses apparences et mes multiples identités d’emprunt ont été aussi nombreuses que les sept vies que l’on a coutume de prêter aux chats.
Batez  ere  bi  izan  dira  Kantauri  guztian,  eta  urrunagoko  itsasoetan ere  bai,  jarri  dizkidaten  gizonezkoen  izenak:  Beñat  Mutua  eta  Nikolas Pozoin.  Bi  izen  aldrebes  horiek  biltzen  dute  egiazko  Inesa  Indazubikoa baizik ez naizen emakume xahar honen oihartzuna eta itzala.   Les noms d’hommes que l’on m’a donnés et qui m’ont rendu particulièrement célèbre sur le pourtour du golfe de Gascogne, et même sous d’autres cieux plus lointains, ont été au nombre de deux : Beñat Le Taciturne et Nicolas l’Empoisonneur. Ces surnoms plus ou moins heureux ne reflètent que l’ombre et l’écho de cette dame déjà vieille qui vous parle, qui n’est autre que la véritable Inessa d’Indazubi.
Gaztainaren  antzera,  oskol  askoduna  naiz  ni,  kanpotik  zorrotz  eta barrutik  ezti,  arantzazko  morkotsa  erakusten  dakit  batzutan  eta  mami azukrezkoaren  gozoa  bestetan.  Batean  hala  eta  bestean  hola,  nola esnatzen  naizen  neronek  ere  ez  dut  jakiten  segur.  Haizea  mendien atzetik  etorri  ohi  den  bezain  aldakor,  halaxe  agertzen  naiz  batzuetan musker  eta  bestetan  urre,  noiznahi  bare  eta  bestetzuetan  anker.  Haizea kontra  dabilenean,  mamu  beldurgarri  bihur  daitekeen  ardi  otzana  naiz ni,  edota  mila  eta  bi  aurpegi  erakuts  ditzakeen  deabru  maltzurra  ala aingeru  maitagarria.  Neronek  ere  ez  dut  askotan  jakiten  xuxen  nor naizen, hainbeste izaeraren artetik.   Plusieurs gangues me recouvrent, comme il en est du fruit du châtaignier. Piquante au-dehors et douce à l’intérieur ; je puis parfois montrer un aspect hostile, mais je sais aussi être agréable comme un sourire. Je puis passer d’une attitude à l’autre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tout dépend de quel pied je me suis levée. Aussi changeante que le vent qui fouette la montagne, c’est ainsi que je me montre, tour à tour perfide, candide, parfois conciliatrice, parfois intraitable. À l’instar de la paisible brebis qui se transforme en bête sauvage pour lutter contre la tempête, ange aimable ou démon malicieux au double visage. Souvent, parmi tant de personnalités différentes, je ne saurais moi-même dire qui je suis réellement.
“Zazpigarrena,  sorgina  fina”  esan  zioten  gure  amari  jaio  nintzen egunean eta hark entzundakoa sinistu egin zuen itsu-itsuan.   « La septième fille, une sorcière à coup sûr », lança-t-on à ma mère le jour de ma naissance. Et elle crut le proverbe les yeux fermés.
“Zazpi  alabatatik  zazpigarrenak,  derrigorrez  behar  du  sorgin”  esan zioten  gure  aita  alproja  eta  mozkorriloari  eta  hark  ere  sinistu  egin  zuen, goitik behera, inguruko mihi zorrotzek ziotena.   « De sept filles, la septième est forcément sorcière », rappela-t-on aussi à mon ivrogne de père, qui ne se fit pas prier pour croire ce que lui répétaient les mauvaises langues.
“Zazpi ahizparen artean zazpigarrenak marka dakar” esan zieten nire  sei  ahizpei,  eta  haiek  ere  ez  zuten  esan  kontrakorik,  esamesei  men eginez eta betiko geratuko zitzaidan ospea irentsiz.   « De sept filles, la septième porte la marque de la patte d’oie des sorcières dans les yeux », expliqua-t-on à mes six sœurs, qui ne doutèrent pas un instant avant d’acquiescer et de donner crédit à une superstition qui, le temps aidant, se transforma en une réputation qui me colla à la peau toute ma vie durant.
Izan ala ez izan, sorgin izendatu ninduten guzti-guztiek jaiotze beretik.  Begi  orotan  niganako  begiramenduen  seinaleak  ikusi  izan  ditut sehaskatik  bertatik.  Izuz  eta  espantuzko  urruntasunean  hazi  eta  hezi ninduten  etxekoek  eta  kanpokoek,  nola  hazten  duen  birigarroak kukuaren kumea: bertakoa izan arren, beti arrotz.   Vérité ou mensonge, à peine née, il était certain pour eux tous que j’étais une sorcière. Dès le berceau, je me souviens avoir perçu les signaux trahissant cette certitude transparaître dans diverses attitudes, au sein de ma famille ou au-dehors, que ce soit dans des regards suspicieux ou dans l’attention insuffisante que l’on m’accordait. Je conserve aussi le souvenir d’une éducation fondée sur la peur, le rejet de tous, à l’image de l’accueil que la grive réserve au petit du coucou. Bien qu’elle l’élève dans son nid, elle le considère toujours comme un intrus.
Alabaina,  sorginarena  barik,  beste  lan  bat  ezarri  nion  umetan  nire buruari  handitzen  nintzenerako  eta,  alajinkoa,  zinez  egina  dut  eta frogatua.  Sorgin  gabe,  mutil  izan  nahi  nuen  nik  txiki-txikitandik. Zehatzago esanda, itsasmutil, marinela, alegia. (…)   Néanmoins, au lieu de cultiver mon prétendu signe de sorcière, je me donnai un autre objectif pour le jour où je serais grande, et ce presque dès ma plus tendre enfance. Dieu m’est témoin que j’y suis parvenue, et que je l’ai démontré à l’envi. Je ne sais si j’étais tout à fait prédestinée à être sorcière, mais ce dont je pris conscience dès mon plus jeune âge, c’est que je voulais, par-dessus tout, être un garçon. Pour être plus précis, un mousse... Un marin, quoi.
Inesaren balada-ren zati bat, Elkar 2002  

Extrait de La ballade d’Inessa, Quai rouge, 2005

Traduction de Fermin Arkotxa

 

Présentation du livre au travers du concours de booktrailer de galtzagorri.eus

Bibliographie

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article

Tous les textes choisis

Textes choisis