Contes et légendes basques

Contes et légendes basques

L'or de la Rhune ou l'origine des Trois-Fontaines

Ce conte est extrait du manuscrit Saltsa-Maltsa de Jean Elissalde Zerbitzari. Il faut référence à un conte publié par Piarres Larzabal dans l’almanach Gauden Gu Euskaldun.

Voir l'article "Ascain - Saltsa-Maltsa": http://www.bilketa.eus/fr/collections/notre-selection/1485-ascain-saltsa-maltsa

Voir le document numérisé: http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:541866

  • Larrungo urrea edo Iturri-Ederren jatorria

    Larrungo mendiak gordetzen omen du urre meta bat eta egun guziz iragaiten omen dira haren gainetik bai gizonak bai kabaleak. Huna nola ditaken hori. Duela frango urte, artzain xahar bat bazagon bere etxolan, artaldea alatu ondoan. Ardi esne xorta bat eginik edan-eta hari zen beti bezala gasna egiten. Oraino goiza zen. Lano txar batzuek mendiak kukutzen zituzten eta denbora pentsaketan bezala zabilan ean txarrerat edo onerat eman behar zuen.
    Hala zagolarik horra nun heldu zaion hogoita bortz urtetako mutil gazte bat, bizar beltz bat kokotsetik dilindan, bainan itxura onekoa.
    -    «Agur, jauna!
    -    Agur, agur! Hemengo aldi?
    -    Bai, ardiketan nabila: zu, gasna egiten?
    -    Beharko! Horrek hazten gaitu!».
    Hola hola gure bi gizonak solastatzen dira. Hari zen artzain xaharra erran eta erran nola otsoek ardi hainitz ebasten zuten, arranoek eta azeriek bildots frango xahutzen.
    Bertzea aldiz bazagon burua behera begiak lurrari emanak. Egiazki zonbeit zozotzat hartuko zinduten. Bainan huna nun atzartzen den betbetan. Halako beha-kolpe bitxi batekin erraiten dio lagunari:
    -    «Mattin egitzu bi zilo.
    -    Zertako bi zilo eta zerekin?».
    Akabatzerat utzi gabe, lagunak:
    -    «Hiru!
    -    Zer zare nitaz trufatu nahia? Beharrik zire gazte, bertzenaz kaska on batzuk harturik gan behar zinduke gaur!».
    Bertzeak manatu zion begi zorrotz batekin:
    -    «Lau zilo!».
    Oraingoan gure artzaina samurtu zen:
    -    «Bakea emak, mutil zirtzila! lepoa bihurtzen deat gero! edo makilarekin bizkar hezurra hausten!».
    Orduan gizon gazteak behatu zion mendiari, eta segidan jin zen jauzika ahari mutur beltz bat. Bi belaunen gainean emanik hasi zen adarrekin lurraren zilatzen eta lau zilo egin zituen. Artzain xaharrak ez zakien zer asma:
    -    «Zer duk, marro? Hola burtxoratu haiza? Nahuk urruntzen haizela?».
    Eta emaiten diozka bi kaska. Bainan mizpirazko makila hausten zaio... ezen aharia urre bilakatua zen! Orduan mutil gazteak erran zion artzainari:
    -    «Entzun baninduzu, urre hori zure izanen zen, bainan orai Larrungo mendiarentzat izanen da!»...
    Orduan marroa suntsitu zen betbetan eta lau zilotarik atera ziren lau ur xirripa. Geroztik deituak dira Iturri-Ederrak. Hetarik bat jada agortua da. Gizon bizardunak erran zion oraino:
    -    «Euskal-Herriak iraunen du ur hunek dirauno! Ni naiz... Jesus!».

    Jean Elissalde Zerbitzari, Saltsa-Maltsa

  • L'or de la Rhune ou l'origine des Trois-Fontaines

    On dit que sur les flancs de la Rhune se cache un tas d’or et que tous les jours passent par-dessus à la fois les hommes et les bêtes. Voici comment cela est possible. Il y a de nombreuses années, un vieux berger était dans sa cabane, après avoir fait paître son troupeau. Après avoir bu une goutte de lait de brebis il faisait, comme toujours, son fromage. Il était encore tôt. Quelques mauvais nuages couvraient les montagnes, et le temps hésitait à aller au bon ou au mauvais.
    C’est ainsi qu’il était quand un jeune homme de vingt-cinq ans apparu, la barbe noire pendante au menton, mais de bonne figure.
    -    « Bonjour, monsieur !
    -    Bonjour, bonjour, vous allez par ici ?
    -    Oui, je vais chercher des brebis, et toi tu fais du fromage ?
    -    Il faut bien ! C’est ce qui nous nourrit ! »
    C’est ainsi que nos deux hommes discutaient. Le vieux berger était en train de raconter comment le loup volait beaucoup de brebis, que les rapaces et les renards faisaient perdre pas mal d’agneaux.
    L’autre, par contre baissait la tête, les yeux à terre. Vous l’auriez sûrement pris pour un imbécile ; mais voila qu’il se réveille tout-à-coup. Avec un drôle de regard, il dit à son compagnon :
    -    « Mattin, fait deux trous.
    -    Pourquoi deux trous et avec quoi ?
    Sans le laisser terminer, l’ami :
    -    « Trois !
    -    Tu veux te moquer de moi ? Heureusement que tu es jeune, sinon tu aurais du repartir d’ici après avoir pris quelques bons coups ! »
    L’autre lui ordonna d’un regard perçant :
    -    « Quatre trous ! ».
    Cette fois-ci le berger se fâche :
    -    «  Fiche-moi la paix, pauvre garçon ! je te tords le cou sinon ! et je te casse la colonne vertébrale avec mon bâton ! »
    Alors le jeune homme regarda la montagne, et immédiatement en surgit un bélier au museau noir. A genou, il commença à creuser la terre avec ses cornes. Le vieux berger ne savait que faire :
    -    « Qu’as-tu, bélier ? As-tu perdu la tête ? Tu veux que je te fasse t’éloigner ?
    Et il lui donne deux coups. Mais le bâton de néflier se casse… car le bélier était devenu d’or ! Alors le jeune homme dit au berger :
    -    « Si tu m’avais écouté, cet or serait à toi, mais maintenant, il sera pour la montagne de la Rhune ! »…
    Alors le bélier se défit tout à coup et de quatre trous jaillir quatre sources. On les appelle depuis Iturri-ederrak [Littéralement les belles sources, les trois fontaines en français]. L’une d’entre elles est déjà tarie. L’homme barbu lui dit alors :
    -    « Le Pays basque durera tant que cette eau coulera ! Je suis… Jésus ! »

Les lamina de la ferme Uhalde

Ce conte est extrait du manuscrit Saltsa-Maltsa de Jean Elissalde Zerbitzari.

Voir l'article "Ascain - Saltsa-Maltsa : http://www.bilketa.eus/fr/collections/notre-selection/1485-ascain-saltsa-maltsa

Voir le document numérisé : http://gordailu.bilketa.eus/zoom.php?q=id:541866

  • Uhaldeko harrobiko laminak

    Harritzeko izanen zen Azkaineko zoko-mokoetan ez baginu lamina istoriorik kausitu. Bat erran dezagun, polita delakotz. Uhaldeko harrubian denbora batez baziren laminak. Gau guziez tximiniari behera Uhaldeko sukalderat sartzen ziren eta han esne ontzi guziak husten. Ez zezaketen buru Uhaldeko nagusi gaixoek. Behin etxekoandreak bere baitan eginik josteta horrek aski iraun zuela, oro oherat igorri zituen hamar orenetako eta bera sukaldean gelditu. Berea gogoan, zartagin bat eman zuen suan olioz betea. Gauerdi zen lehen lamina tximiniari behera jautsi zelarik. Lamina ibili zen jo eskuin, jo ezker, leihotik mahairat, mahaitik pegartegirat, baina nehon deusik ezin atzemanez hurbildu zitzaion azkenean etxekoandreari:
    -    Zer erretzen duzu zartagin horretan atsotto?
    -    Neronek nire burua, lamintto.
    -    Zer?
    -    Neronek nire burua. Hurbil zaitez gehixeago ikusteko!
    Eta hainbertzenarekin, laminari ohartzeko astirik utzi gabe, olio zartagina besainka igorri zion bi begien erdirat. Pentsa laminaren garrasiak! Etxe guzia iratzarrarazi zuten! Erran gabe doa lekuak atxatxo hustu zituela laminak eta bi jauziz han zela harrubian bere lagunen erdian!...
    -    Nork ezarri zaitu planta horretan, laguntto?
    -    Neronek nire burua.
    Eta ez zioten lagunek bertzerik ateratu dohakabeari, marruma ikaragarri batzuk salbu. Egia usnatu zuten halere eta biharamun arratsean mendekatzea deliberatu. Uhaldeko etxekoandreak ez zioten denborarik utzi: herriko erretorea deitu zuen eta inguruetako zilo guziak benedikarazi. Otoitzek hil ote zituzten laminak, edo urrundu? Ez dakite Azkaindar zaharrenek. Menturaz Arraioko lamina-ziloetarat joan ziren eta han kokatu: Uhaldean ez da beti geroztik bat bakarra agertu…

    Jean Elissalde Zerbitzari, Saltsa-Maltsa

  • Les lamina de la ferme Uhalde

    Il aurait été étonnant si nous n’avions pas trouvé d’histoire de lamina dans les recoins d’Ascain. Racontons-en une, parce qu’elle est jolie. À une époque, il y avait des lamina dans les carrières de la maison Uhalde. Chaque nuit, ils entraient en descendant la cheminée dans la cuisine d’Uhalde et y vidaient tous les pots de lait. Les malheureux maitres d’Uhalde ne savaient y faire face. Un jour, la maîtresse de maison, jugeant que le jeu avait assez duré, envoya tout le monde au lit à dix heures et resta dans sa cuisine. Son idée en tête, elle mit sur le feu une poêle pleine d’huile. Il était minuit quand le premier lamina descendit par la cheminée. Le lamina alla voir à gauche, alla voir à droite, de la fenêtre à la table, de la table au cruchier, mais ne pouvant trouver quoi que ce soit nulle part, il s’approcha finalement de la maitresse de maison :
    -    Que fais-tu cuire dans cette poêle, petite vieille ?
    -    Moi-même tout seul, petit lamina.
    -    Quoi ?
    -    Moi-même tout seul. Approche-toi un peu plus pour voir !
    Et arrivé là, sans laisser au lamina le temps de remarquer quoi que ce soit, elle lui envoya directement l’huile de la poêle entre les deux yeux. Imaginez les cris du lamina ! Il réveilla toute la maisonnée ! Il va sans dire qu’il quitta les lieux rapidement et qu’en deux bonds il était à la carrière près des siens !...
    -    Qu’est-ce qui t’as mis dans un tel état, petit ami ?
    -    Moi-même tout seul.
    Et se amis ne purent rien tirer de plus du pauvre malheureux, à part quelques gémissement effrayant. Ils subodorèrent toutefois la vérité et décidèrent de se venger le lendemain soir. La maîtresse de maison ne leur en laissa toutefois pas le temps : elle avait appelé le curé du village et fait bénir tous les trous des environs. Les prières ont-elles tué les lamina, ou les ont-elles juste éloignés ? Les plus vieux Azkaindar ne le savent pas ; peut-être qu’ils ont été dans les « trous à lamina » d’Arraioa et qu’ils s’y terrent. Dans tous les cas, pas un seul n’est réapparu à Uhaldea depuis.

Le château de Laustania, Jean Barbier, 1929

Voir : http://www.bilketa.eus/fr/collections/textes-choisis/701-le-chateau-de-laustenia-jean-barbier-1929

  • Laustaneko jauregia

    Orai duela aspaldi, aspaldi, Laustaneko Jaunak, bere jauregia txarregi kausiturik, jauregi berri bat egin zezoten galdatu omen zioten Lamineri.

    Laminek baietz: gogotik eginen zutela, eta gau-erdiz geroztikako lehen oilar-kantua gabe oraino, baldin eta Jaunak bere arima emaiten bazioten saritzat. Eta Laustaneko Jaunak baietz hitzeman zioten.
    Laminek gau hartan berean hasi zuten beren lana, eta Arradoiko harri eder gorri batzu pullikixko lanthurik, harri hek batek bertzeari, bixi bixia emaiten zituzten, ahapetik elgarri erranez: «To, Gillen! —Harzak, Gillen! —Emak, Gilen!». Eta lana bazoan, bazoan karraskan.

    Laustaneko Jauna oilategiko zurubi kaskotik Lamineri beha zagon, halako puska ilhun zerbait eskuan.

    Hor, Laminek eskuetan hartu zuten azken harria: «To, Gillen! —Harzak, Gillen!... Azkena duk, Gillen!...».

    Ordu-berean, Laustaneko Jaunak ixtupa mustuka bati su emanik, argi handi bat eraiki zen bet-betan, oilategiaren aintzinean, eta oilar gazte bat, iziturik, ustez eta iguzkia aintzindu zitzaion egun hartan, kukurukuka eta hegalez zaflaka eman zen.

    Azken Laminak, jadanik eskuetan zuen azken harria firrindilaka arthiki zuen ur-handiko osinera, marraka samin batean: «Madarikatu oilarra!» eta bere lagunekin suntsitu zen bera osinean.

    Harri hura nehork egundaino ezin athera du osinetik; han da bethi ur zola zolan, Laminek aztaparrez daukatela, eta Laustaneko jauregiak harri bat eskas izan du bethiko denboretan.

    Ichtorio michterio, Jean Barbier. Imp. Du Courrier, 1929

  • Le château de Laustenia

    Il y a maintenant bien longtemps, le seigneur de Laustania, trouvant trop pauvre son château, demanda, dit-on, aux Laminak qu'ils lui en fissent un nouveau.

    Les Laminak le voulurent bien. Volontiers ils feraient le château ; et même, ils le feront avant le premier chant du coq postérieur au coup de minuit. Une condition : en guise de salaire, le seigneur leur donnerait son âme. Et le seigneur de Laustania en fit la promesse.

    Dans la nuit même, les Laminak commencèrent leur besogne. Ils taillèrent parfaitement de belles pierres rouges d'Arradoy. Et puis, ils se les passaient vivement de l'un à l'autre, en se disant à voix basse : « Tiens, Guillen ! – Prends, Guillen ! – Donne, Guillen ! » Et le travail avançait, avançait furieusement.

    Du haut de l'escalier du poulailler, le seigneur de Laustania regardait les Laminak. Dans une main il tenait un certain paquet gris.

    Et voici que les Laminak empoignèrent la dernière pierre : « Tiens, Guillen ! – Prends, Guillen ! – C'est la dernière, Guillen ! »

    Dans le même instant, le seigneur de Laustania mettait feu à un gros morceau d'é ; une grande lueur s'éleva devant le poulailler. Un jeune coq s'effraya, craignant que le soleil ne l'eût devancé ce jour là : il chanta kukuruku et se mit à battre des ailes.

    Avec un hurlement aigu, le dernier Laminak dans le gouffre de la rivière jeta la dernière pierre que déjà il tenait dans ses mains : « Maudit coq ! » Et il s'abîma lui-même dans le gouffre avec ses compagnons.

    Cette pierre, jamais personne n'a pu la retirer du gouffre. Elle est toujours là, au fond de l'eau : les Laminak la retiennent avec leurs griffes. Et, depuis toujours, il manque une pierre au château de Laustania.

    Légendes du Pays basque d'après la tradition, illustrations de P. Tillac, 1930, Delagrave, Paris. Rééd. Elkar, Donostia, Bayonne, 1983

Le renard, le corbeau et le muletier, Jean-Pierre Duvoisin, 1884

Voir: http://www.bilketa.eus/fr/collections/textes-choisis/430-azeria-belea-eta-mandozaina-duvoisin

  • Azeria, belea eta mandozaina

    Dron dron dringilindron
    Bataren gaitza bertzearen on.

    Egun batez, Borjatto azeria (azeri guziek Borjatto dute izena) iguzkitara zagon berotzen. Hor heldu zayo belea khexu handitan, zerbait arrangura handi burutan balu bezala, eta ahapetik erraten dio:

    Borjatto, adi zak berri handia. Haritz baten gainean gogoetaka nindagolarik, bat-batean ikusi diat Petut mandozaina Latsagako mentatik atheratzen. Eskutik dilindan ekhartzen zikan zikhiro azpi eder bat. Gozoki behatu ziok bi edo hirur aldiz; gero mandoaren eskerreko xixteran sarthu dik. Ai! galtzea merezi bailikek... holako zathi goria mandozain zirtzil batentzat egina othe duk? Begiz ontsa hartu diat zein tokitan ezarri duen. Orai, erraten duten bezain xothila balimbahaiz, errexki atzemanen diok zikhirokia, eta bi-biek janen diagu; ezen gosez niagok, ez nauk oraino gosaldua. Petut astaputz Galharretako patarrari lothua duk orai; eta gainera deneko, ikusiko duk guri buruz ethortzen. Athera hakio bidera, mira zak ezkerreko xixtera, eta gurea dukek zikhirokia. Zer asea guretzat!

    Solasa Borjattoren gogokoa ahal zen. Beharriak xut-turik, kokoriko jartzen da Galharretako patarrari beha.

    Beleak etzuen gezurrik erran: mandozaina tun tun tun heldu zen bere mandoaren gainean jarria. Azeria urrunera ohartzen zayo. Ordua zen ikusteko zer egin. Nola mando gainerat igan nausia ohartu gabetarik? Azeriak ephe guti frango du debrukeria zerbaiten asmatzeko. Zer egin zuen?

    Errara, luze bezain zabal, bidearen gainean etzaten da, begiak hertsirik, alegia hila. Petutek ikusten du; harritzen da; mandotik jautsirik, lotzen da gure maltzurrari, bere baithan eginez, naski ihistari zembaitek tiroa emanik, oilo-jale xirtxilak han akhabatu dituela bere txarkeriak. Behatzen dio gainera eta azpira: ilea momorra du, larrua zabal eta gori. Petutek dauka hartarik otxin bat bederen atheratuko duela. Ixter batetik harturik, azeria arthikitzen du mando gainera, eta sakatzen du eskuineko xixteran.

    Ordu artean gauza hein bat ontsa goan zitzayon azeriari. Bainan nahi litakeen hartarik, ardura zerbait eskas izaten ohi da. Zikhiro azpia ezkerreko xixteran zen, eta Borjatto eskuinekoan. Lana zen batetik bertzera iragaitea gizona ohartu gabetarik. Azeria hari da zerbait joko asmatu beharrez. Fortuna alde jartzen zayo. Iguzkia beroa da, buruan jotzen du mandozaina; horra non loak daraman gizagaizoa.

    Azeria arteaz baliatzen da; emekitto sartzen da bigarren xixteran, beheiti igortzen du zikhirokia, eta bera jauzi batez badoha lurrera. Ahoan harturik jakia, zalhu oihampean itzaltzen da.

    Helkariari ernerik beha zagokon belea. Azeriak joko hortan lekerreginik ere, axola guti zuken; haragiak zion axola. Ikusi duenean azeria puskaren jabe dela, ondotik badohakio galdatuz bere zathia. Azeriak ihardesten dio: Zer diozu, maitea? uste duzu zure paparoaren bethetzeko jarri naizela biziaren galtzeko menetan? — Tattiko! zoroa lizate hori eginen lukena. Gaixoñoa, ergelketa bertzetara bazohazke. Petutek ere ase on baten ametsa zuen; ni aseko naiz zuen bien orde.

    Dron dron dringilindron
    Bataren gaitza bertzearen on.

    Jean-Pierre Duvoisin, Baigorriko Zazpi Liliak, 1884

  • Le renard, le corbeau et le muletier

    Dron dron dringilindron
    Le malheur de l’un fait le bonheur de l’autre.

    Un jour, le renard Borjatto (tous les renards s’appellent Borjatto) se chauffait au soleil.  Le corbeau vient le voir, anxieux, comme si un gros souci le tracassait, et lui dit à voix basse :

    Borjatto, écoute la grande nouvelle. Tandis que, posé sur un chêne, je réfléchissais, j’ai tout à coup aperçu Petut le muletier sortir de l’auberge de Latsaga. Il portait un beau gigot de mouton qui pendait de sa main. Il l’a regardé tendrement deux ou trois fois ; puis il l’a rentré dans le panier de gauche de la mule. Ah ! Il mériterait bien de le perdre… Un aussi beau morceau est-il fait pour un vil muletier ? J’ai bien regardé en quel endroit il l’a mis. Maintenant, si tu es vraiment aussi subtil qu’on le dit, tu pourras facilement lui prendre le mouton, et nous le mangerons tous les deux ; parce que j’ai faim, je n’ai pas encore déjeuné. Le stupide Petut a entamé la montée de Galharreta et dès qu’il sera en haut, tu le verras venir vers nous. Sors sur sa route, regarde le panier de gauche, et à nous le mouton. Quelle ventrée pour nous !

    Ces propos pouvaient plaire à Borjatto. Les oreilles dressées, il s’accroupit en regardant la côte de Galharreta.

    Le corbeau n’avait pas menti : le muletier venait au pas, assis sur sa mule. Le renard le vit de loin. Que faire maintenant ? Comment grimper sur la mule sans que son propriétaire ne s’en rende compte ? Le renard avait fort peu de temps pour inventer un tour. Que fait-il alors ?

    Bouche ouverte, il se couche de tout son long sur la voie, et fait le mort. Petut le voit ; il s’étonne ; descendant de sa mule, il s’approche du coquin, se disant que, victime d’un chasseur, ce voleur de poule en a fini avec ses méfaits. Il l’observe de haut en bas : il a le poil doux, la peau souple et encore chaude. Petut se dit qu’il pourrait en tirer au moins une pièce. Il l’attrape par une cuisse, le jette par dessus la mule, et le fourre dans le panier de droite.

    Jusque là, les choses se déroulaient plutôt bien pour le renard. Mais on n’obtient pas toujours tout ce qu’on souhaiterait. La cuisse de mouton était dans le panier de gauche, et Borjatto dans celui de droite. Il y avait fort à faire pour passer de l’un à l’autre sans que l’homme ne s’en rende compte. Il reste au renard à inventer un nouveau tour. La fortune lui sourit. Le soleil est chaud, et frappe le muletier à la tête ; et voilà que le sommeil gagne le pauvre homme.

    Le renard en profite ; il entre doucement dans le deuxième panier, jette à bas le morceau, et saute à son tour. Prenant le mets entre ses dents, il disparaît à l’ombre de la forêt.

    Le corbeau observe les événements avec attention. Peu lui importe que le renard puisse y laisser la vie ; c’est la viande qui l’intéresse. Voyant le renard emportant le morceau, il le rattrape pour lui demander sa part. Le renard lui répond : Que dis-tu mon cher ? Crois-tu que c’est pour remplir ta panse que j’ai risqué ma vie ? — Et puis quoi encore !  Bien fou celui qui ferait cela. Mon pauvre, tu iras trouver d’autres benêts. Petut aussi rêvait d’un bon repas ; je me remplirai le gosier pour vous deux.

    Dron dron dringilindron
    Le malheur de l’un fait le bonheur de l’autre

Recherche

Rechercher un document

Rechercher un article